Voir plus

Bitcoin sur les traces d’Ethereum ? C’est ce que veut Greenpeace

2 mins
Mis à jour par Matias Calderon
Rejoignez Notre Communauté de Trading sur Telegram

EN BREF

  • L’organisation à but non lucratif Greenpeace a relancé sa campagne "Change the Code".
  • Pour sa nouvelle attaque contre la pièce de Satoshi, l’organisation pro-climatique a choisi d’exprimer ses propos à travers l’art.
  • promo

L’organisation à but non lucratif Greenpeace a relancé la campagne dans laquelle elle invite les développeurs de Bitcoin à migrer le réseau vers un protocole de Proof of Work (PoS). Ce, afin de réduire la consommation énergétique de la blockchain.

Greenpeace attaque Bitcoin

Greenpeace s’en prend une nouvelle fois au Bitcoin. A travers sa fameuse campagne baptisée « changer le code, pas le climat », l’organisation continue d’exhorter les développeurs de la blockchain à passer vers la PoS. Tout comme l’a fait leurs homologues de la cryptomonnaie concurrente Ethereum.  

Pour sa nouvelle attaque contre la pièce de Satoshi, l’organisation pro-climatique a choisi d’exprimer ses propos à travers l’art. En effet, elle a posté l’image de l’œuvre de l’artiste activiste, Benjamin Von Wong, qui a réalisé un crâne de 3,3 mètres de haut dénommée « Skull of Satoshi ». 

Selon Greenpeace, l’œuvre d’art est un symbole de protestation contre la pollution engendrée par le réseau Bitcoin.

« Le crâne de Satoshi symbolise l’énorme impact du minage Bitcoin sur le climat et sert d’avatar pour encourager les institutions financières à assumer la responsabilité de l’impact sur le climat des investissements, des produits et des services bitcoins qu’elles proposent ».

Peut-on lire sur le site de l’organisation

La consommation énergétique du BTC : ce que vous cachent les écolos

A l’heure où la sobriété énergétique est en train de devenir une norme, l’empreinte carbone du Bitcoin, est parfois jugée trop excessive. En effet, au moment d’écrire cet article, la consommation énergétique du Bitcoin est estimée à 136,18 TWh selon l’index Cambridge Bitcoin Electricity Consumption Index ( CBECI). Néanmoins, la vraie question : À combien s’élève la part du renouvelable dans l’empreinte carbone de la crypto ? 

Les récentes données sont plutôt encourageantes. Les graphiques partagées David Batten, investisseur en technologies climatiques montrent que le minage BTC utilise désormais 52,6 % d’énergie renouvelable. L’association Bitcoin Mining Council affirme que la blockchain pourrait atteindre la neutralité carbone d’ici 2030. 

Malgré cette volonté de l’écosystème à se pencher vers le renouvelable, les activistes écologiques continuent de croire que la solution idéale est la migration du réseau vers un protocole PoS.

Morale de l’histoire : La vérité attend. Seul le mensonge est pressé.

Les meilleures plateformes de cryptos | Juillet 2024
Les meilleures plateformes de cryptos | Juillet 2024
Les meilleures plateformes de cryptos | Juillet 2024

Trusted

Avis de non-responsabilité

Avis de non-responsabilité : Conformément aux directives de The Trust Project, BeInCrypto s'engage à fournir des informations impartiales et transparentes. Cet article vise à fournir des informations exactes et pertinentes. Toutefois, nous invitons les lecteurs à vérifier les faits de leur propre chef et à consulter un professionnel avant de prendre une décision sur la base de ce contenu.

Samuel-Cange-2.jpg
Samuel Cange
Samuel Cange est un rédacteur crypto expérimenté, titulaire d'un master en économie de l'Université de Namur (Unamur). Ayant débuté sa carrière chez Cryptonaute en 2020, Samuel a développé une compréhension approfondie du marché des cryptomonnaies et de l'industrie de la blockchain. Il excelle dans les domaines de la Blockchain, de la Tokenisation, de la DeFi et du DePin, et est passionné par les marchés financiers et les technologies disruptives. Actuellement, Samuel apporte son...
READ FULL BIO
Sponsorisé
Sponsorisé