Une importante société énergétique vise a réduire ses déchets carbone en minant du Bitcoin

Partager l’article
EN BREF
  • La société énergétique mondiale Equinor s'est associée à Crusoe Energy afin de réduire son brûlage de gaz à la torche.

  • Ce contrat permettra à Crusoe de miner du Bitcoin en utilisant l'énergie produite par l'excédent de gaz naturel.

  • Ce projet est l'une des multiples méthodes employées par les mineurs d'usage de ressources énergétiques habituellement gaspillées.

The Trust Project est un consortium international d'organismes de presse basé sur des normes de transparence.

L’une des plus grandes entreprises énergétiques de la planète vise à réduire ses émissions de carbone en s’associant avec Crusoe Energy Solutions. Equinor vendra l’électricité produite à partir des déchets de gaz naturel à Crusoe, qui l’utilisera pour miner du Bitcoin.



Les entreprises énergétiques “brûlent” généralement ce gaz naturel excédentaire, libérant ainsi des milliers de tonnes de carbone dans l’atmosphère chaque année. Le minage de Bitcoin étant effectuée sur place, Equinor peut immédiatement utiliser le gaz excédentaire pour produire de l’électricité afin d’alimenter les plateformes minières comme leur refroidissement.

Qui a dit que Bitcoin nuit à la planète ?

Les besoins énergétiques de Bitcoin sont régulièrement mentionnés pour discréditer la cryptomonnaie. Cependant, nous voyons de plus en plus de mineurs chercher des moyens de réduire leur propre consommation d’électricité (et, par extension, le coût de minage) en exploitant des ressources excédentaires.



L’accord mentionné ci-dessus est le dernier exemple en date d’un tel partenariat. Crusoe achètera l’électricité qu’Equinor produit en utilisant le gaz excédentaire de son champ pétrolier de Bakken, dans l’État américain du Dakota du Nord.

Crusoe utilisera ensuite cette électricité pour miner du Bitcoin sur place. Cela incitera financièrement Equinor à produire de l’électricité à partir du gaz, plutôt que de le brûler à la torche.

Crusoe a nommé cette initiative “réduciton des torchères par le numérique”. La nouvelle provient d’un communiqué intranet d’Equinor cité dans un rapport d’Arcane Research.

L’entreprise espère que ce partenariat permettra de réduire de manière significative le brûlage systématique de gaz à la torche sur le site de Bakken. L’objectif à terme est de satisfaire l’initiative de la Banque mondiale ‘Zero Routine Flaring by 2030″ [élimination du brûlage systématique de gaz à la torche d’ici 2030]. Le communiqué indique que le site émet actuellement environ 20 000 tonnes de carbone de portée 1 dans l’atmosphère chaque année.

Crusoe fournit une solution simple au problème de torchage des forages pétroliers et gaziers, sans que les compagnies énergétiques aient besoin d’investir massivement dans de nouvelles infrastructures.

La société Equinor elle-même n’est pas responsable du minage de Bitcoin. Elle vend simplement l’énergie à Crusoe qui gère toute l’exposition aux actifs crypto qu’elle mine.

Qualifiant le partenariat de “naturel”, Lionel Ribeiro, chef de projet chez Equinor, a commenté l’initiative de la manière suivante :

Le minage de la cryptomonnaie requiert beaucoup d’électricité pour alimenter les ordinateurs, alors qu’une denrée précieuse est gaspillée et que des émissions de carbone sont créées lors du brûlage à la torche. En connectant ces paires inverses, nous pouvons satisfaire les deux besoins sans avoir à dépenser de l’argent sur le marché.

Avis de non-responsabilité

Toutes les informations présentes sur notre site web sont publiées de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. Toute action entreprise par le lecteur sur la base des informations trouvées sur notre site web est entièrement à ses propres risques.
Share Article

A former professional gambler, Rick first found Bitcoin in 2013 whilst researching alternative payment methods to use at online casinos. Having concluded that the root of most of the world’s evils stem from a toxic financial system during his time reading International Politics at university, the disruptive potential of a decentralised, borderless asset was immediately clear. After transitioning to writing full-time in 2016, Rick was able to put his passion for Bitcoin to work for him professionally. He has since written for a number of digital asset publications in a variety of capacities.

SUIVRE CET AUTEUR