Bitcoin : le gouvernement suédois a payé 1,5 $ million en BTC à un trafiquant de drogue

Partager l’article
EN BREF
  • Un trafiquant de drogue condamné et emprisonné reçoit 1,5 million de dollars en Bitcoin après qu'une erreur des procureurs ait été découverte.

  • Les procureurs ont déclaré qu'ils devaient à présent lui payer la différence après deux ans d'inflation du cours du BTC.

  • L'amende initiale de 100 000$ a initialement été payée avec trois des 36 BTC du prisonnier, les 33 autres devant être restituées au criminel.

  • promo

    Participez à LA PLUS GRANDE ICO d’Espagne: achetez le B2M dès maintenant.

The Trust Project est un consortium international d'organismes de presse basé sur des normes de transparence.

Les autorités suédoises ont été obligées de payer 33 BTC au criminel, ce qui revient à environ 1,5 million de dollars.

Une prisonnier suédois s’est vu attribuer environ 1,5 million de dollars de Bitcoin par le même gouvernement qui l’a arrêté et enfermé. Selon The Telegraph, le fournisseur emprisonné s’est enfermé il y a deux ans après avoir été condamné pour avoir vendu de la drogue en ligne et amassé illégalement 36 BTC via ces ventes.

Heureusement pour lui, la procureuse de l’affaire, Tove Kullberg, a utilisé la valeur fiduciaire de la cryptomonnaie pour plaider son dossier initial. Ainsi, le tribunal a jugé que 33 bitcoins, valant 100 000$ à l’époque, suffiraient à payer son amende.

Cependant, au cours des deux années qui ont suivi la condamnation initiale, le cours de Bitcoin a grimpé en flèche et la valeur du fonds du prisonnier a augmenté, atteignant 1,5 million de dollars. Le problème pour eux est que seulement 3 BTC sont nécessaires pour satisfaire le règlement initial du tribunal de 100 000$ basé à l’époque sur ces 36 bitcoins. En conséquent, cela laisse 33 BTC dans le portefeuille du criminel, et que la Suède doit maintenant lui rendre.

La réaction de la procureuse face à ce paiement en BTC

Dans une récente interview à la radio, Kullberg a admis que la façon dont elle avait choisi de déclarer les fonds en dollars et non en crypto était une erreur. Kullberg déclara que cette action était «malheureuse à bien des égards» et «qu’il a entraîné des conséquences que je n’étais pas en mesure de prévoir à l’époque».

Kullberg ajouta que «la leçon à en tirer est de conserver la valeur de Bitcoin, que le profit du crime devrait être de 36 BTC, quelle que soit sa valeur à l’époque». La procureuse ajouta aussi que l’erreur s’était produite parce qu’il s’agissait de la première fois que ce type d’affaire était abordée dans l’histoire juridique suédoise.

Kullberg suggère que le gouvernement devrait investir dans la formation interne des procureurs et autres agents de justice pour comprendre les cryptomonnaies, et comment ce facteur devrait être pris en compte dans les décisions juridiques :

“Plus nous augmentons le niveau de connaissances au sein de l’organisation, moins nous ferons d’erreurs.”

Avis de non-responsabilité

Toutes les informations présentes sur notre site web sont publiées de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. Toute action entreprise par le lecteur sur la base des informations trouvées sur notre site web est entièrement à ses propres risques.
Share Article

Depuis 2017, Dhoulkifli se spécialise dans l'analyse de crypto-projets, notamment les ICO. Il a travaillé pour plusieurs acteurs privés et publics en tant qu'analyste, médiateur, rédacteur et chercheur.

SUIVRE CET AUTEUR

Signaux de marché, études et analyses. Rejoignez notre chaîne Telegram dès aujourd’hui !

Rejoignez-nous

Gagnez jusqu’à 10 000 USD chaque semaine avec l’AMM + Arena de CoinFLEX !

Gagnez dès maintenant