ArbiStar: fraude des biens et système de Ponzi élaboré?

Partager l’article
EN BREF
  • Tulip Research a qualifié ArbiStar d'arnaque Ponzi d'un milliard de dollars en crypto.

  • La société aurait tenté de dissimuler sa trace financière alors que l'argent des investisseurs s'évaporisait.

  • La société espagnole de trading crypto ArbiStar est liée à Hydra, le géant russe du Darknet.

The Trust Project est un consortium international d'organismes de presse basé sur des normes de transparence.

Imaginez vous engager dans une relation de confiance avec une société d’investissement en cryptomonnaies bien connue qui possède toutes caractéristiques d’une entreprise d’investissement prospère. Elle ont un portefeuille de trading impressionnant et la promesse d’un retour sur investissement substantiel grâce à l’utilisation d’un bot de trading d’arbitrage de cryptomonnaie sophistiqué pour assurer un paiement élevé.


Ce que ses investisseurs ne savent pas, cependant, c’est que cette entreprise impressionnante est une escroquerie absolue. De leur site Web à leurs publicités – l’ensemble du cadre de leur modèle commercial est un prétendu plan de Ponzi élaboré, conçu pour voler autant d’argent que possible à beaucoup de ses investisseurs avant de prétendre que leur bot d’arbitrage a mal fonctionné en raison d’un bug ayant généré une erreur de calcul. Cela l’aurait alors supposément amené à vider ses avoirs de manière incorrecte, en prétendant distribuer des bénéfices supérieurs au profit réel. Dans l’ensemble, cela serait considéré comme une arnaque de sortie, ou “scam exit”. 

«Le Ponzi Crypto d’un milliard de dollars»

C’est apparemment le cas d’ArbiStar, une société d’investissement crypto basée en Espagne, qui aurait volé près d’un milliard de dollars d’investissements à 120 000 clients. C’est ce qu’a rapporté Tulip Research, un cabinet de recherche d’enquête sur la fraude judiciaire spécialisée dans l’analyse de la blockchain pour les activités frauduleuses, qui décrit la société en tant que système de Ponzi d’un milliard de dollars.


Ce soi-disant dysfonctionnement du bot aurait affecté 30 000 investisseurs dont le retour a tout simplement disparu sous le couvert de «lourdes pertes». Apparemment, ces pertes faisaient partie d’un schéma minutieusement chorégraphié, avec un impressionnant tour de main.

La société a même déclaré qu’elle gèlerait les comptes des parties concernées dans le but d’empêcher de nouvelles pertes, affirmant que l’argent serait censé être retourné avec des soldes négatifs. Ils iraient même jusqu’à cesser de recevoir des investissements, donnant l’illusion qu’ArbiStar entraînerait des options de contrôle des dommages dans un effort pour sauver autant de leurs fidèles clients que possible.

Selon ArbiStar, l’erreur de calcul causée par le bot aurait créé un trou de liquidité représentant 28% des fonds totaux. Cependant, certains ont déjà dénoncé le PDG d’ArbiStar, Santi Fuentes, pour détournement de fonds.

Mais qu’est-il vraiment arrivé à tout cet argent? Certains de ces fonds auraient trouvé leur chemin sur le dark web, dans un tristement célèbre marché noir connu sous le nom d’Hydra, le plus grand du dark web de Russie.

Mais l’histoire ne s’arrête pas là. Ce n’est d’ailleurs que le début.

La sombre histoire de Santi Fuentes

ArbiStar est une société d’investissement dans le commerce de cryptomonnaie située en Espagne et dirigée par Santi Fuentes. La société utilise le marketing à plusieurs niveaux (MLM), également connu sous le nom de marketing de réseau, de marketing de parrainage/référence et de vente pyramidale.

De nombreuses entreprises respectées et prospères construisent leur modèle commercial en utilisant des stratégies MLM pour arriver là où elles en sont aujourd’hui. Mary Kay et Avon ne sont que quelques-uns des noms qui viennent à l’esprit. Cependant, entre de mauvaises mains, ce modèle peut être abusé, d’où le terme populaire de «système pyramidal». Pour cette raison, il peut être difficile de faire la distinction entre une entreprise légitime et des systèmes pyramidaux donnant l’apparence d’un établissement respectable.

Si le marketing de parrainage est la façon dont l’entreprise se développe au sens conventionnel, il est intéressant de noter qu’ArbiStar ne vend aucun produit ou service disponible de quelque nature que ce soit. Les personnes qui deviennent affiliées à la marque ArbiStar ne peuvent annoncer que l’adhésion à ArbiStar elle-même, d’où la pertinence du terme «ponzi» – une forme flagrante de racket d’investissement qui utilise l’argent collecté auprès des nouveaux membres pour payer les parties prenantes existantes.

Bien que l’exploitation d’une pyramide puisse soulever des doutes pour être une pratique douteuse, la sonnette d’alarme a véritablement sonné par le fait qu’ArbiStar n’aurait fourni aucune preuve d’avoir enregistré sa société auprès de la Commission nationale du marché des valeurs mobilières, le régulateur espagnol des valeurs mobilières.

Comme reporté, M. Fuentes ne s’est enregistré auprès d’aucun d’entre eux, ce qui soulève la question suivante: qu’est-ce qu’ArbiStar opère réellement dans ses coulisses si Fuentes ne veut pas que l’entreprise soit soumise aux lois réglementaires sur les valeurs mobilières?

En ce qui concerne la biographie de Fuente sur le site Web d’ArbiStar, il affirme qu’il est “l’une des personnes les plus expérimentées dans le monde du marketing de référence. Il a dirigé des équipes de milliers de personnes avec beaucoup de succès.”

Au contraire, certaines des sociétés auxquelles Fuentes était associées dans le passé auraient eu une réputation moins qu’admirable. Cependant, Fuentes aborde ces circonstances dans une autre section de sa biographie d’entreprise, qui se lit comme suit:

Il a également été connu en tant que chef d’équipe d’échec de certains projets où les entreprises n’étaient pas transparentes et trompaient leurs équipes de vente. Pour cette raison, il est la personne idéale pour diriger ArbiStar 2.0.

Cette déclaration indique indirectement que le modèle commercial précédent de la société n’a pas abouti.

Ce qui est également intéressant à souligner, c’est que Fuentes est passé de la vente de café médicinal l’investissement avec peu de moyens pour indiquer qu’il avait une expérience dans ce domaine.

Un modèle de sécurité en série et de fraude pyramidale

Auparavant, avant de s’impliquer dans les projets de Ponzi, Fuentes était un distributeur d’Organo Gold en 2013, qui est une infusion médicinale chinoise de café et de produits de santé au champignon Ganoderma.

Avant de diriger ArbiStar, Fuentes était l’un des principaux investisseurs de Global Unity en 2014, lui-même lié au programme WCM777 Ponzi basé en Californie, lancé par le ressortissant chinois Ming Xu.

L’empire financier de Xu est tombé comme un château de cartes dans le cadre d’une enquête de la “United States Securities Exchange Commission” et a été rapidement arrêté. Cependant, il a eu le temps de collecter 65 millions de dollars, et d’écrémer ses investisseurs crédules de 28 millions de dollars. Il a déposé ces fonds dans divers comptes bancaires aux États-Unis, puis les a détourné vers Hong Kong et Shanghai Banking Corporation, qui a fini par jouer un rôle dans le processus de blanchiment, même après avoir été averti que le WCM777 fonctionnait frauduleusement.

Même avec Xu, le WCM777 et ses affiliés qui ont violé la loi de la bourse des valeurs et se sont vu infliger de lourdes amendes, cela n’a apparemment rien fait pour dissuader Fuentes de poursuivre des entreprises similaires dans une atmosphère de fraude.

Après la chute de Global Unity, en 2015, Fuentes a réussi à remonter la pente en tant qu’investisseur de premier plan pour une autre société d’investissement connue sous le nom de MoneyBox TV, qui s’est avérée être un autre programme de Ponzi.

Semblable à ArbiStar – qui était encore à venir – ils ont basé leur business model sur le MLM avec commission de référence, qui semble être un thème courant dans ce cas. La société était située en Italie et était dirigée par le PDG Simone Di Sabato, qui avait également été impliqué dans des pratiques commerciales par ailleurs douteuses.

ArbiStar est né peu de temps après. Comme souligné ci-dessus, leur bot arbitre se bloque tandis que l’argent des investisseurs disparaît, et alors qu’ArbiStar semble contrôler les dommages. Ce qui s’est passé ensuite peut sembler surprenant. C’est pourtant ainsi qu’ArbiStar 2.0 a vu le jour, réorganisant ses efforts de «développement de robots crypto automatisés».

ArbiStar et un géant du Dark web

Dans les limites du dark web se trouve un géant enterré dans des serveurs souterrains en Russie, connu sous le nom de marché d’Hydra. Tulip Research a ainsi lié ArbiStar à Hydra.

Ce marché darknet (DNM) est le plus grand marché noir du pays et a fait ses débuts en janvier 2015 lorsqu’il a lancé la plateforme avec un fort accent sur la fourniture d’une plateforme souterraine permettant aux utilisateurs anonymes d’acheter des médicaments, mais également des services de piratage, des documents falsifiés, décharges de données volées et autres biens illicites. Cette décision a eu lieu près de deux ans après que le Bureau fédéral d’enquête ait fermé le célèbre DNM de la Route de la soie.

Une capture d’écran de l’interface Hydra Market.

Le prolifique Hydra DNM prétend avoir 3 millions de comptes enregistrés sur son réseau et traite plus de 100 000 transactions crypto quotidiennes. De plus, ce DNM compte 400 000 clients récurrents, selon une analyse publiée l’année dernière par le média d’investigation Proekt.

En comparaison, le plus grand DNM de l’Ouest était AlphaBay, qui aurait 400 000 utilisateurs enregistrés au plus fort de son succès. Ses opérations ont été fermées en 2017 par les autorités américaines et les forces de l’ordre internationales.

Comme indiqué par le site Web d’Hydra l’année dernière – qui est niché sur le réseau Tor et n’est accessible que via un anonymiseur IP – leur objectif est d’étendre ses opérations de drogues illégales dans le monde, ce qui comprend spécifiquement les pays occidentaux en cherchant à collecter 145 millions de dollars d’investissements grâce à une vente de tokens. Cette opération devait être lancée en décembre 2016.

La place de marché a encouragé les clients à acheter un ensemble de 100 tokens au prix de 100 USD chacun – qui peuvent être achetés directement sur leur site Web pour Bitcoin (BTC) – ce qui permettrait à un acheteur de détenir également 0,003% des droits de la société. tous les bénéfices générés par Hydra, bien qu’ils ne sachent pas à quelle blockchain les tokens seraient associés.

Selon un mémorandum publié par Hydra, «cela ouvrira une nouvelle ère en Occident. L’ampleur de l’expansion est difficile à imaginer. »

Hydra a dû reporter cette entreprise en raison de la pandémie, ce qui renforce l’impression que l’opération a également tous les fondements d’une arnaque de sortie.

Le message révélant le report du lancement du projet en raison de la pandémie.

Cependant, il est curieux de noter qu’Hydra semble avoir une position proactive concernant le report, avec un message convivial à leur base d’utilisateurs:

Tous ceux qui ont acheté les tokens voient leur argent intégralement reversé sur leurs comptes. Merci d’être avec nous. Nous vous ferons savoir quand nous reviendrons sur le projet. 

Cependant, les informations concernant le succès de cette opération de financement sont plutôt ambiguës et vagues. On ignore en grande partie à l’heure actuelle s’il a réussi ou non à attirer des investisseurs.

La transaction suspecte lie ArbiStar à Hydra

Après avoir évalué une transaction effectuée par ArbiStar, Tulip Research a découvert une transaction suspecte liant vraisemblablement ArbiStar au marché Hydra. Le 16 septembre 2020, Tulip Research a rapporté sur son fil Twitter:

 

L’adresse à partir de laquelle ArbiStar a payé 274 utilisateurs le 23/03/2019, a reçu les Bitcoins d’une adresse qui, dans la même transaction, a également envoyé BTC à 18 comptes liés à Hydra Market: le marché noir russe le plus célèbre sur le darknet. 

Tulip Research a découvert que l’adresse qu’ArbiStar avait payée à un total de 274 utilisateurs en mars 2019 avait également accepté la transaction de 11917 BTC qui distribuait également des satoshis à 18 comptes différents connectés au Hydra DNM.

Bien que ce lien puisse sembler insignifiant, compte tenu du poids de l’histoire pertinente d’ArbiStar et en particulier de son créateur, il n’est pas possible d’ignorer les traces qu’il a laissées sur son passage, et que beaucoup ont suivi. 

Par exemple, Tulip Research a également découvert qu’ArbiStar utilisait BTCPayServer au cours de l’année écoulée en tirant parti d’une fonctionnalité appelée PayJoin. PayJoin est un pay-to-end-point, permettant des transactions de particulier à particulier plus privées et ajoutant un élément d’obscurcissement par rapport aux méthodes de transaction traditionnelles. Cela dans le but de brouiller les traces de l’argent.

Les chercheurs légistes ont pu suivre les différents mouvements effectués par l’entreprise avec les transactions entrantes avant sa mise en œuvre. En appliquant des méthodes heuristiques, des adresses séparées peuvent être liées et ainsi distinguées comme appartenant à une seule organisation.

Il est intéressant de noter que dans une récente interview, Fuentes a reporté la responsabilité de la prétendue erreur de bot à l’équipe de développement, qui ne fonctionne apparemment plus pour ArbiStar depuis la date à laquelle la société a détecté qu ’« ils n’avaient pas bien fait leur travail ». Fuentes a expliqué:

Ce n’est pas le bot qui est défectueux, sinon la communication entre ses opérations et ce qui est affiché sur les écrans du client. À partir du moment où l’inadéquation a été détectée, nous avons bloqué la sortie des paiements (retraits). Depuis le 1er août, il n’y a eu aucune promotion ou publicité du Community Bot sur les réseaux sociaux. 

Fuentes a souligné que le montant d’argent en litige n’a rien à voir avec le montant annoncé dans les médias. Il a en outre révélé que le plan de la société était de rembourser toutes les personnes concernées dans un délai de 12 mois, afin que les victimes de la soi-disant erreur de bot récupèrent leurs contributions et obtiennent des bénéfices avec les produits de la société.

Lorsque demandé si ArbiStar avait une licence pour recevoir de l’argent des investisseurs, Fuentes a déclaré que cela n’était pas nécessaire puisque la société traitait de la cryptomonnaie, qui, selon la loi, n’est pas considérée comme de l’argent.

Cependant, avec tous les facteurs aggravants et l’historique des comportements pertinents, il reste encore à déterminer exactement pourquoi ArbiStar continue de persister sans contrôle par les autorités de réglementation des valeurs mobilières ou quelle est sa relation précise avec le titanique du dark web, Hydra.

Share Article

The opinion of BeInCrypto staff in a single voice.

SUIVRE CET AUTEUR