29 millions de dollars en BTC saisis de banchisseurs d’argent néerlandais du dark web

Partager l’article
EN BREF
  • Un couple de Hilversum, aux Pays-Bas, a été condamné pour blanchiment d'argent après avoir utilisé des bitcoins sur des services du dark web.

  • Le tribunal de district de Rotterdam a ordonné au couple de restituer 2 532 BTC et 250 000 euros.

  • Selon les documents du tribunal, les condamnés ont échangé de l'argent liquide contre des BTC provenant de clients anonymes dans des fast-foods très fréquentés.

The Trust Project est un consortium international d'organismes de presse basé sur des normes de transparence.

Le tribunal de district de Rotterdam, aux Pays-Bas, a saisi 2 532 bitcoins (environ 29 millions de dollars) à un couple coupable de blanchiment d’argent sur des plateformes du dark web.


Selon une déclaration du tribunal, l’homme et son épouse, de la ville de Hilversum située en Hollande du Nord, ont également été respectivement condamnés à deux ans et deux ans et demi de prison pour blanchiment d’argent.

Le ministère public néerlandais a poursuivi avec succès le couple pour avoir blanchi plus de 16 millions d’euros (18,9 millions de dollars) en deux ans et demi, après avoir établi que la source de l’importante somme de bitcoins en leur possession provenait de transactions illégales sur le dark web.


Pays-Bas : Le tribunal saisit 25 millions d’euros en bitcoins auprès de deux blanchisseurs d’argent.

Les détails de l’affaire

Selon la déclaration du tribunal, deux sommes distinctes de 1 488 BTC et 1 044 BTC ont été saisies chez les suspects, ainsi que 250 000€ en espèces. En outre, les deux suspects ont été condamnés individuellement à une amende de 45 000€ et ont été contraints de restituer 138 000€ et 40 000 dollars.

Le tribunal a établi que le couple avait acheté des bitcoins pour échanger d’importantes sommes en euros en espèces auprès de particuliers et d’entreprises. Ces transactions n’ont pas été divulguées aux autorités néerlandaises et ont été effectuées en utilisant des méthodes permettant de garder l’anonymat des clients.

Il a été expliqué par le tribunal que les échanges avaient généralement lieu dans un fast-food d’une grande ville, sans aucune diligence raisonnable ou protocole de connaissance client. Cette méthode est généralement avantageuse pour les criminels du dark web qui cherchent à échanger leurs monnaies fiduciaires contre des devises sans passer par les contrôles habituels des plateformes d’échange de devises crypto-fiduciaires.

 

“Des traces du dark web”

Le tribunal a jugé que les BTC acquis portaient la marque d’une activité du dark web. L’utilisation de bitcoins sur le dark web a été liée à des activités criminelles comme la pornographie enfantine et le meurtre commandité, et les autorités ciblent souvent ces marchés clandestins.

Dans un extrait des documents du tribunal, on peut lire :

Les négociants ne demandaient pas de papiers d’identité à leurs clients, alors que des montants importants étaient souvent échangés. Les suspects, un homme et sa femme, sont entrés en contact avec des clients par le biais de publicités sur Internet et d’un lieu de commerce du dark web. Une grande partie des bitcoins échangées portaient des traces du dark web. Le tribunal a établi que les suspects ont blanchi plus de 16 millions d’euros en deux ans et demi.

Share Article

I first got into crypto at the University of Hull in 2010 when my friend Jacky and I ironically bought a few bitcoin thinking of it as some kind of internet-joke-thing. We both got rid of it soon after, but while I totally forgot about it and focused on building a career in television, he kept an eye on the crypto scene and a few years later back home in Hong Kong, he made a small fortune investing in Ethereum. That showed me! These days in addition to my writing and television career, I am now a busy crypto advocate because I believe cryptocurrencies and blockchain technology are a key driver of Nigeria's technological transformation, contributing in no small measure to Africa's unique leapfrogging phenomenon. <a href="mailto:editorinchief@beincrypto.com">Email me!</a>

SUIVRE CET AUTEUR