Faillite de Mt. Gox : un créancier récupère ses bitcoins

Partager l’article
EN BREF
  • CoinLab, L'ancien partenaire de Mt. Gox, propose aux créanciers un accord préalable au procès.

  • Les créanciers qui refusent l'accord peuvent toujours poursuivre Mt. Gox en justice.

  • Les prix actuels de Bitcoin créent une énorme chance pour ceux qui accepteraient l'accord.

The Trust Project est un consortium international d'organismes de presse basé sur des normes de transparence.

Coinlab, ancien partenaire de Mt. Gox, a conclu un accord avec le directeur financier Nobuaki Kobayashi le 15 janvier.



L’accord CoinLab a permis à un créancier, et permet maintenant à tous créanciers de réclamer jusqu’à 90% du bitcoin lié à la faillite de l’entreprise Mt. Gox, selon Bloomberg.

Creancier: CoinLab à la rescousse

Les créanciers acceptant la transaction recevront des paiements anticipés, au lieu d’attendre le verdict de plusieurs affaires judiciaires liées à la faillite de l’entreprise.



Selon CoinLab, l’accord n’est pas valable pour tout les créanciers. En effet, si certains décident de refuser cet accord, ils devront attendre le jugement des dossiers en cours, dit Coinlab.

La société Mt. Gox était une plateforme d’échange de crypto-monnaie japonaise, et fut à un moment donné leader dans son domaine. Les entrepreneurs Peter Vessness et Mike Koss ont créé CoinLab en 2011 pour aider la plateforme à trouver des investisseurs aux États-Unis.

Un long, long voyage

En 2014, la plateforme s’est brusquement fermée, les enquêtes révélant qu’elle avait perdu plus de 850 000 bitcoins appartenant à ses clients. Peu de temps après, l’entreprise dépose son bilan, laissant ces clients incertains, et pas de réponse à la possibilité de récupérer l’un de leurs bitcoins.

Mt. Gox a attribué la perte à une série de violations, que les clients de la plateforme et la communauté des crypto-monnaies ont jugées suspectes.

Les autorités japonaises ont par la suite accusé l’ancien PDG de la société, Mark Karpelès, de détournement de fonds. Ils l’ont accusé d’avoir accédé au système informatique de la plateforme pour falsifier les données sur son solde impayé afin de dissimuler les piratages.

Au cours des six années qui ont suivi la fermeture de la société, les autorités japonaises ont récupéré une grande partie des bitcoins manquants avec l’aide de plusieurs sociétés d’analyse de crypto-monnaie.

Aucun de ces bitcoins n’a trouvé son chemin vers les clients de Mt. Gox, en raison des nombreuses enquêtes et poursuites judiciaires.

Les millionnaires de Mt. Gox

L’accord CoinLab apporte l’espoir d’une fin pour un créancier, et maintenant la totalité des clients de Mt. Gox. Pour certains, c’est la reprise de la tempête.

Le jour où Mt. Gox a déposé son bilan, le bitcoin se négociait à 489 $. Cela place la valeur des bitcoins perdus à un peu plus de 415 millions de dollars.

Le Bitcoin a grimpé en flèche à plus de 37 000$ suite à une série d’investissements institutionnels en 2020. La valeur des bitcoins perdus (maintenant récupérés) est maintenant de 31,5 milliards de dollars.

Beaucoup des anciens clients de Mt. Gox sont devenus des millionnaires au cours des six années où leurs bitcoins ont été détenus.

Bien que de nombreux membres de la communauté soient heureux que justice soit rendu pour dédommager les anciens clients de Mt. Gox, ils craignent que la compensation ne déclenche une énorme vente causée par les clients dont la vie pourrait changer du jour au lendemain.

Avis de non-responsabilité

Toutes les informations présentes sur notre site web sont publiées de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. Toute action entreprise par le lecteur sur la base des informations trouvées sur notre site web est entièrement à ses propres risques.
Share Article

Emmanuel est entré dans l'espace de la cryptomonnaie en 2013 en tant que courtie. Crypto-enthousiaste, entrepreneur et investisseur, il a construit et dirigé plusieurs projets et communautés dans l'espace. Emmanuel s'intéresse notamment à la DeFI, aux CBDC et à l'investissement.

SUIVRE CET AUTEUR