Binance aurait cédé les données de ses clients aux services de renseignements russes

Mis à jour par Matias Calderon
EN BREF
  • Binance aurait accepté de transmettre les données de ses clients à la cellule de renseignement financier russe.
  • Le responsable de Binance en Europe de l'Est et en Russie, Gleb Kostarev, aurait consenti à la demande de l'agence nationale.
  • La société a depuis limité ses services en Russie en raison des sanctions en cours contre ce pays.
  • promo

    Profitez de 70 CFD sur les cryptomonnaies, sans frais de commission et avec des spreads ultra bas Profitez

Selon un rapport de Reuters, en avril 2021, Binance aurait accepté de remettre les données de ses clients à l’unité de renseignement financier de la Russie.

À l’époque, l’agence de Russie connue sous le nom de Rosfinmonitoring, ou Rosfin, cherchait supposément à retrouver la trace de millions de dollars en Bitcoin (BTC) collectés par le leader de l’opposition russe emprisonné Alexei Navalny. Le réseau de ce dernier avait récemment été ajouté à une liste d’organisations terroristes. Les données transmises comprenaient les noms et adresses des utilisateurs.

Le responsable Binance d’Europe de l’Est et de la Russie, Gleb Kostarev, aurait consenti à la demande de Rosfin de partager les données des clients de la plateforme, selon des messages transmis. Il aurait ainsi dit à son associé qu’il n’avait pas “beaucoup vraiment le choix” en la matière.

Avant l’invasion de l’Ukraine par la Russie, lancée le 24 février, Binance a déclaré avoir “cherché activement à se soumettre à la réglementation en Russie”, ce qui l’oblige à répondre aux “demandes appropriées des régulateurs et des organismes d’application de la loi”.

En avril de l’année dernière, le ministère russe des Finances avait rédigé un “projet de loi sur la réglementation des monnaies numériques”, qui aurait obligé les sociétés crypto à créer une unité locale en Russie et à divulguer sur demande les données de leurs clients aux autorités.

Binance a provisoirement accepté la proposition qui exigeait également que les bourses crypto s’associent avec des banques russes, ce qui permettrait des dépôts beaucoup plus importants.

Des informations compromettantes

Cependant, lorsque M. Navalny a été poursuivi l’année dernière et que sa fondation a été classée en tant qu’organisation terroriste, bon nombre de ceux qui ont ensuite fait des dons par l’intermédiaire des banques russes ont été interrogés par les forces de sécurité. Les partisans ont ensuite été encouragés à “apprendre à utiliser les cryptomonnaies” et on leur a conseillé d’utiliser Binance, ce en téléchargeant des documents d’identité pour vérifier leurs comptes.

Le chef de cabinet de Navalny, Leonid Volkov, affirme que le cadre réglementaire proposé par les autorités russes pourrait compromettre l’identité des donateurs de cryptomonnaies du groupe d’opposition. “Ces personnes seront en danger”, a déclaré Volkov.

La réaction de Binance

Avant la guerre en Ukraine, Binance avait soutenu la législation locale, estimant qu’elle permettrait de clarifier la réglementation. Cependant, à ce stade, les sanctions occidentales contre les banques russes ont rendu, selon les propos de Binance “pratiquement impossible pour toute plateforme d’initier ou d’envisager des projets futurs dans la région”.

En début de semaine, la plus grande plateforme de cryptomonnaies au monde en termes de volume a annoncé qu’elle allait restreindre les comptes des ressortissants russes, ainsi que des sociétés basées en Russie détenant plus de 10 800 $ en valeur. Ces mesures ont été prises dans le cadre de la nouvelle série de sanctions de l’Union européenne visant les cryptomonnaies.

Ces allégations alimentent le récit de Michael Chobanian, fondateur d’une plateforme de cryptomonnaies ukrainienne, et selon lequel Binance avait coopéré avec le gouvernement russe.

Les représentants légaux de Binance ont ensuite déclaré à Reuters que leur “engagement actif avec le gouvernement russe a maintenant cessé en raison du conflit.”

Avis de non-responsabilité

Toutes les informations présentes sur notre site web sont publiées de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. Toute action entreprise par le lecteur sur la base des informations trouvées sur notre site web est entièrement à ses propres risques.