Aujourd’hui, les tokens DeFi sont le sujet le plus brûlant de l’industrie crypto. En quelques jours, certains jetons sont partis de pratiquement zéro à un cours à trois chiffres. En conséquent, il s’avère particulièrement délicat d’estimer leur valeur.

Juin a clairement été le mois de la DeFi, avec une hausse de 70% en termes de valeur totale bloquée (TVL) sur tous ses protocoles réunis. En comparaison, la capitalisation du marché de la cryptomonnaie a chuté de près de 4% (soit plus de 10 milliards de dollars) sur la même période.

Les gains massifs de la DeFi sont principalement dus à une mania de minage de liquidités. Cette activité permet aux investisseurs et spéculateurs de bloquer leurs biens crypto en tant que collatéraux sur des plateformes, ce contre un immense taux d’intérêts et une part de ces nouveaux tokens.

Il est également possible générer plus de gains lorsque des opportunités d’arbitrage se présentent entre divers protocoles et tokens. Cela dit, comme Balancer l’a appris ce weekend, ces plateformes peuvent également être victimes d’individus malveillants cherchant à exploiter la moindre de leurs failles.

Estimer les tokens DeFi

Le token de Compound Finance, COMP, est pour l’heure le favori de la DeFi avec une impressionnante montée d’environ 16 dollars en prix initial à un sommet maximum en date de 327$, d’après Uniswap. Comme on s’y attendait, il a depuis démarré une correction mais affiche toujours une très belle performance, avec un prix de 238$ au moment de la rédaction de cet article. Ces résultats ont défié les pronostics de ses détracteurs, qui avaient prédit et souhaité sa rechute à pratiquement zéro en l’espace de deux jours.

D’autres tokens DeFi ont également affiché de jolis résultats, sachant que les spéculateurs cherchent la prochaine bonne affaire. Le token de Synthetix Network, SNX, a notamment gagné 127% durant le mois de juin. LEND, le jeton d’Aave, vient de dépasser 100% de hausse depuis le début du mois dernier, Bancor affiche une croissance de près de 80% avec le BNT, contre 70% pour KNC de Kyber Network. La tendance est claire : les tokens DeFi étrillent au maximum les dévots des actifs crypto plus traditionnels.

Ryan Watkins [@RyanWatkins_], chercheur pour Messari, s’est penché en détails sur ce qui donne à ces tokens DeFi leur valeur. Dans une longue série de tweets, l’expert de l’industrie a expliqué que ces jetons produisent des revenus grâce à un mécanisme d’extraction de valeur au niveau de leur protocole.

M.Watkins a expliqué que les méthodes d’évaluation traditionnelles peuvent servir à cadrer la discussion au sujet de la valeur de ces jetons. Les trois méthodes les plus courantes sont l’actualisation des flux de trésorerie (DCF), l’analyse des sociétés comparables (Comps) et l’analyse de transactions précédentes (Precedents).

Le chercheur a ajouté que la méthode principale d’estimation de la valeur des jetons DeFi est la Comps (analyse des sociétés comparables). On réalise généralement cette dernière en divisant la capitalisation de marché de marché d’un jeton par ses gains. On obtient alors un multiple de gains, ou revenus, lequel peut être comparé entre les différents projets.

Ryan Watkins pense que cette évaluation relative est préférable, sachant qu’à ce stade, une estimation fondamentale serait peu fiable pour les jetons DeFi. En effet, ces derniers équivalent actuellement à une startup naissante, et présentent trop d’incertitude au niveau de leurs futurs flux de trésorerie.

Exceptionnellement, il est impossible d’utiliser une évaluation relative de la DeFi à ce stade, sachant que les tokens ont commencé à s’échanger publiquement depuis pratiquement leur création. Cela dit, cette occasion particulière de chercher à évaluer les tokens DeFi à ce stade présente certaines difficultés.

Le chercheur a cité un tableau de données de Julien Thevenard [@JulienThevenard], investisseur chez Venture Capital, afin de mettre en avant certains problèmes liés à la comparaison de multiples de revenus. On retrouve notamment une extrapolation du présent par certains revenus, des mécanismes de comptabilité dont la valeur diffère les uns des autres, et une économie de jetons changeante.

Tableau – Julien Thevenard [@JulienThevenard]

Il en a conclu que tous ces projets de DeFi sont extrêmement surestimés, sachant qu’ils génèrent de très modestes revenus.

La très grande majorité de la valeur que ces projets généreront se trouve loin dans le futur, lequel est fondamentalement incertain. Cela montre toutefois à quel point les évaluations relatives s’avèrent inutiles à ce stade.

Comme pour le boom des ICO en 2017, la récente hausse du cours des jetons DeFi et l’évaluation qui en découle se trouvent principalement guidées par la spéculation. Ceux qui gagnent le plus sont ceux qui dépensent le plus, et une fois de plus, ce sont les baleines qui dominent le milieu.

Avec le temps, lorsque la liquidité augmentera et que les frais de transactions seront à nouveau viables, une poignée de protocoles DeFi finiront probablement par se détacher du lot. Les autres, au contraire, couleront comme des milliers d’altcoins avant eux.

La DeFi n’est (pas encore) pour tout le monde

Il existe actuellement peu de facteurs qui fassent obstacle à la finance décentralisée. Cela dit, on peut mentionner la nature très technique des opérations des plateformes décentralisées, du moins pour ceux qui ne sont pas versés dans ce domaine. Ensuite, les frais de réseau très élevés d’Ethereum’s rendent impossibles les transferts les plus modestes pour les utilisateurs qui ne font pas partie des baleines.

Quelle que soit l’évaluation des tokens ou projets, la DeFi se doit de régler ces deux problèmes, ainsi que celui des menaces constantes d’infiltrations dans la sécurité du système et d’exploitations de ses failles afin de pouvoir devenir un nouveau paysage financier non bancaire, et accessible au grand public.

Comme l’a découvert BeInCrypto après une petite expérimentation, le transfert d’une modeste quantité de COMP recueillis sur leur plateforme vers un portfeuille Ethereum génère un frais de gaz de pratiquement la même somme que cette quantité de jetons. Une fois ces COMP convertis en monnaies fiduciaires et retirés, il n’en serait rien resté.

Ces soucis devraient être réglés prochainement avec l’évolution de cet écosystème et sa technologie. Ryan Sean Adams, auteur pour Bankless, a mentionné dans son dernier bulletin d’informations que chaque jour, un nouvel actif crypto monte en flèche et une nouvelle opportunité de minage de rendement se présente. Nous ne pouvons pas accorder toute notre attention à tous et c’est pourquoi nous ne devrions pas nous inquiéter si certains nous échappent.

Si vous possédez des cryptomonnaies, si vous montez un peu plus chaque semaine, si vous êtes avec nous dans cette aventure, sachez vous en satisfaire. Vous avez déjà gagné. Vous détenez des parts du futur système monétaire mondial.

Âgée de seulement quelques années, la DeFi a encore un long chemin à parcourir. Sa croissance explosive de cette année, cela dit, est le témoin du souhait de voir apparaître ce paysage financier décentralisé. Le climat actuel de pandémie mondiale et les manipulations monétaires des banques centrales ne feront que renforcer peu à peu l’enthousiasme et la demande pour la DeFi.

Vous souhaitez vous joindre à la communauté BeInCrypto?
Rejoignez gratuitement notre groupe Telegram pour des nouvelles exclusives, des conseils de trading et une foule d’interactions avec d’autres passionnés de cryptomonnaies.

Images gracieusement fournies par Shutterstock, TradingView et Twitter.