Les comptes Instagram de plusieurs influenceuses du milieu crypto ont été suspendus.

La première de ces suspension a eu lieu peu après que les influenceuses aient commencé à se plaindre du manque de figures féminines au sein de l’industrie. Ces plaintes ont suivi l’annonce des nominés de la toute première remise de prix des Influencer Awards de Binance.

De tous les nominés, deux seulement sont des femmes. Certains observateurs, dont les personnes censurées par Instagram, affirment que les individus non masculins ne sont pas assez représentés dans l’industrie. Les femmes ayant lancé ce débat ont reçu de nombreuses réactions haineuses pour avoir simplement parlé de ce problème.

Cette situation semble maintenant avoir engendré plusieurs suspensions de comptes Instagram, ce pour des raisons inconnues.

Que s’est-t’il passé ?

Fin juin, l’importante plateforme d’échanges Binance a annoncé sa toute première édition des Binance Influencer Awards. Cette cérémonie de remise de prix aura lieu lors d’une conférence virtuelle de Binance afin de célébrer le troisième anniversaire de la plateforme. Cette conférence, intitulée OffTheCharts, est prévue pour le 14 juillet.

Les titres de meilleurs influenceurs seront distribués par région. L’exchange a ainsi demandé à plusieurs communautés de présenter leurs nominations, pour lesquelles seules deux influenceuses ont été retenues.

L’argentine Catalina Castro (@TechconCatalina), créatrice de contenu, fait partie des six influenceurs sélectionnés pour les Binance Spanish Influencer Awards. L’étasunienne Rachel Siegle (@CryptoFinally), a été choisie comme faisant partie des meilleurs influenceurs et influenceuses d’Amérique du Nord.

D’après un communiqué de presse de Binance, les vainqueurs seront nommés en fonction de votes réalisés par le biais de Google et des réseaux sociaux, combinés à l’avis de l’équipe de Binance. Le vote du public représentra ainsi 60% du choix, combiné à 40% de l’opinion de Binance.

Les influenceurs parlent du manque de figures féminines

L’exchange a finalement annoncé les nominés de chaque région du monde au début du mois de juillet. La liste d’influenceurs, constituée principalement d’hommes, n’est pas passée inaperçue.

Rachel Siegel, qui n’a pas peur de critiquer l’attitude à l’égard des femmes dans le milieu des cryptomonnaies, a remarqué qu’elle était la seule femme nominée dans la catégorie U.S et mondiale. Le 3 juillet, à l’annonce de ces nominations, elle a encouragé ses abonnés qui “croient à l’inclusion” à voter pour elle.

Je suis tellement honorée et reconnaissante d’être nominée par Binance en tant que meilleur influenceur crypto d’Amérique du Nord.

Si vous croyez à l’inclusion, si vous m’avez déjà soutenue, accordez-moi un vote, s’il vous plait.

Les jours suivants, la jeune femme ainsi que d’autres influenceuses de renom ont continué à insister à ce sujet. Rachel a depuis reçu non beaucoup de soutien, mais également de critiques.

Pourquoi tant de haine ?

En réponse aux critiques de Rachel Siegel, beaucoup en ont profité pour s’opposer à l’idée que plus de figures féminines devraient être représentées dans la communauté. L’un des thèmes récurrents repose sur l’idée que les réseaux sociaux doivent célébrer les influenceurs en fonctions de leur valeur, et non de leur genre ou d’autres attributs échappant à leur contrôle.

D’autres s’en sont pris à Rachel à un niveau plus personnel, attirant l’attention sur le fait que son contenu pourrait sembler assez élémentaire. Ils ont également mentionné plusieurs selfies en tenues légères visibles sur son compte Instagram. D’après ces individus, cela ne contribue pas à soutenir son intégrité, ou sa qualité de créatrice de contenu.

Rachel Siegel est relativement nouvelle dans cette industrie, et a été durement critiquée pour son contenu éducatif. Elle a également gagné en notoriété assez rapidement et est récemment apparue en tant “qu’Experte Crypto” dans une émission de la chaîne MTV, ce qui lui a généré beaucoup de mauvaise publicité.

Certains affirment que son genre à lui seul lui a permis d’obtenir de meilleurs retours avec un contenu de qualité moindre. Ses fans, de leur côté, pensent que cet argument n’est basé que sur de la jalousie à l’égard d’une femme forte d’un succès au sein d’une industrie d’avant-garde.

Même les autres nominés s’en sont pris à la jeune femme. GreenEggsnHam (@HamEggsnSam), lui aussi nominé dans la catégorie des Binance Influencer Awards d’Amérique du Nord, a publié un tweet dans lequel il demande à voter pour lui. Il a également accompagné ce message d’un emoji de “facepalm” et d’un second de visage hilare, avec la phrase suivante :

Voulez-vous vraiment que CryptoFinally gagne ?

Ok, c’est le moment du grand vote !

Le lien apparaît ci-dessous, c’est un simple sondage Twitter. Si je gagne, je pourrai faire un discours de remerciements de 15 à 30 seconde lors de la conférence de Binance.

Laissez-moi vous dire une chose : vous ne serez pas déçu de ce que j’aurai à dire. Cela ne ressemblera à aucun autre discours de remerciements.

Les censures d’Instagram

Instagram semble même avoir suspendu les comptes de certaines personnes les plus véhémentes à ce sujet. Mme Siegel, ainsi que d’autres influenceuses de renom, ont informé le 6 juillet qu’elles n’avaient plus accès à leur compte. De plus amples recherches ont alors révélé que leur compte Instagram avait été supprimé.

Jusque-là, les personnes touchées sont Rachel Siegel, Catalina Castro, Lea Thompson (@GirlGoneCrypto) et Eryka Gemma (@BankofEryka). Ces quatre créatrices de contenu ont toutes critiqué la dominance masculine au sein de l’industrie crypto, à la fois avant et durant cette débâcle de nominations de Binance.

Mme Siegel a publié une vidéo dans laquelle elle explique en détail cette suspension. Elle y a notamment affirmé qu’Instagram ne lui a transmis aucun avertissement au sujet d’un quelconque enfreinte aux conditions d’usage de la plateforme. Elle a également confié qu’elle utilisait principalement Instagram pour y publier des selfies, et qu’elle n’y a pas promu d’opportunités de placements ou réalisé la moindre activité qui puisse être perçu comme controversée.

La jeune femme affirme que ses détracteurs ont planifié une attaque contre elle pour avoir exprimé son souhait d’une meilleure inclusion des femmes :

C’est clairement une attaque visée. Il peut pas s’agir d’une coïncidence, que nos trois comptes Instagram aient été supprimés le lendemain du jour où nous avons parlé du manque de femmes nominées.

Dans cette vidéo, elle précise cependant qu’elle ne critique pas Binance. Le PDG de l’exchange, Changpeng Zhao, a d’ailleurs publié un tweet de soutien à son égard. Il y a notamment dit :

ça ne va pas. Nous devons lutter contre ça.

Une industrie dominée par les hommes = une remise de prix dominée par les hommes ?

Tous savent que les hommes dominent actuellement l’espace crypto, ainsi que l’ensemble de l’industrie de la technologie. Il est donc compréhensible que ses membres sous-représentés désirent une meilleure inclusion.

Il s’agit toutefois d’un problème complexe. D’un côté, si une femme gagnait ce titre d’influenceuse, cela pourrait en effet encourager d’autres femmes à se lancer dans ce milieu. Cette victoire pourrait contribuer grandement à changer l’image de l’industrie crypto comme étant un “club de garçons”, et aider à en faire un espace plus inclusif.

D’un autre côté, l’intégrité de cette remise de prix pourrait s’en trouver menacée si les juges ignorent certains créateurs de contenu simplement parce qu’ils ne représentent pas une certaine minorité. Dans ce cas, le ou la gagnante méritait-il ou elle vraiment son titre de meilleur influenceur/influenceuse crypto ? Ou s’agirait-il plutôt du symbole d’une plus ample inclusion ?

Bien que certains se soient focalisés, peut-être injustement, sur le tenues légères que porte Rachel Siegel sur son compte Instagram, on pourrait également argumenter que sa nomination serait aux dépens d’autres influenceuses. En effet, cela pourrait alimenter l’idée que seules les femmes qui dévoilent leur corps méritent d’être reconnues et célébrées.

Un conflit de genres

Cette situation encouragera-t-elle les femmes qui ne correspondent pas aux standards traditionnels de beauté à se joindre à ce secteur ? Ou n’enverrait-elle pas au contraire le message que le seul moyen de réussir dans le milieu crypto serait de se plier aux désirs des hommes ?

Quelle que soit votre opinion à ce sujet, il semble injuste de rejeter le contenu de Rachel Siegel simplement parce qu’il paraît simple. Si l’adoption des cryptomonnaies est primordiale, son contenu accessible et souvent humoristique entre dans une niche ignorée d’autres influenceurs.

À vrai dire, beaucoup d’autres influenceurs se concentrent exclusivement sur les données de graphiques et ne s’efforcent pas vraiment d’attirer les novices complet du milieu crypto. Cette différence à elle-seule mérite d’être reconnue.

Cette censure d’Instagram dévoile une possible facette toxique du milieu crypto

Si les influenceuses dont le compte a été supprimé disent vrai au sujet de cette théorie d’attaque organisée, cela dépeint une image pour le moins lugubre du milieu. En effet, l’un des principaux fondements des cryptomonnaies est leur résistance à la censure. Faire en sorte de suspendre un compte Instagram va à l’encontre même de ce principe.

En fin de compte, peu importe la raison pour laquelle le milieu manque de figures féminines. Chercher à faire taire ceux et celles qui expriment une opinion différente est la preuve flagrante d’une atmosphère toxique que Rachel Siegel, Catalina Castro et d’autres ont justement dénoncée au travers de leurs réseaux sociaux.

Si l’industrie crypto souhaite être prise au sérieux et perçue comme véritablement inclusive, de tels actes de censure ne sont clairement pas la manière d’agir.

Vous souhaitez vous joindre à la communauté BeInCrypto?
Rejoignez gratuitement notre groupe Telegram pour des nouvelles exclusives, des conseils de trading et une foule d’interactions avec d’autres passionnés de cryptomonnaies.

Images gracieusement fournies par Shutterstock, TradingView et Twitter.