Musk contre Saylor sur Bitcoin : qu’en pensent-ils vraiment ?

Partager l’article
EN BREF
  • Elon Musk et Michael Saylor sont les PDG de sociétés qui ont acheté pour plus d'un milliard de dollars de BTC.

  • Tous deux sont connus pour leurs commentaires sur Bitcoin.

  • Cependant, voient-ils toujours les choses du même œil ?

The Trust Project est un consortium international d'organismes de presse basé sur des normes de transparence.

Les opinions du PDG de DogeCoin pour un jour et du PDG de MicroStrategy semblent être arrivés à une bifurcation. 



Le 19 février, MicroStrategy a annoncé que sa dernière émission de billets de premier rang s’élevait à 1,05 milliard de dollars. La société a pris cette dette afin d’acheter un autre milliard de Bitcoin. Le 8 février, Tesla a annoncé un achat de BTC pour 1,5 milliard de dollars. 

Ces deux nouvelles ont permis à Bitcoin d’entrer dans de nouveaux territoires. Après l’annonce de MicroStrategy, par exemple, le BTC a franchi pour la première fois la barre des 57 000$. Cela dit, les PDG de ces sociétés, Elon Musk et Michael Saylor, voient-ils la cryptomonnaie (et surtout Bitcoin) sous le même angle ?



Tout d’abord, il y a la monnaie fiat

Musk et Saylor semblent tous deux d’accord sur l’inadéquation de la monnaie fiduciaire. L’argent émis par le gouvernement est une proposition perdante, ce qui a amené Michael Saylor à Bitcoin en premier lieu. Les critiques affirment que MicroStrategy n’est qu’un dépôt de Bitcoin auquel est rattachée une société. Saylor a toujours soutenu que MicroStrategy est une société d’intelligence économique qui possède Bitcoin dans sa trésorerie. Les achats de Bitcoin sont une couverture contre la dévaluation du dollar américain.

Dans un tweet du 20 février avec le célèbre investisseur et magnat d’or Peter Schiff, Elon Musk a qualifié la crypto apha de “presque aussi terrible que la monnaie fiduciaire”. Mot clé : “presque”. Elon Musk a répété à plusieurs reprises que les monnaies fiduciaires, comme le dollar, sont au mieux un problème.

Les sociétés d’Elon Musk et Michael Saylor

MicroStrategy est devenue célèbre en 2020 pour ses achats de Bitcoin. Saylor a affirmé que la baisse du dollar l’avait forcé, en tant que PDG, à prendre en compte l’effet sur les liquidités de la société. Il devait y avoir un meilleur moyen de procéder, et il a déterminé que c’était avec Bitcoin. Depuis l’achat initial de 50 millions de dollars, MicroStrategy a acheté des milliards de dollars de BTC. En conséquence, des sociétés d’investissement telles que la société norvégienne Oljefundet ont acheté les actions de la société.

En 2021, MicroStrategy a littéralement ouvert ses comptes. La société a organisé un séminaire en ligne intitulé “Bitcoin for Corporations” et a partagé ses connaissances sur la manière dont une société peut inclure l’actif dans ses participations d’un point de vue juridique et comptable. 

L’entreprise Tesla, d’autre part, est resté silencieuse en termes de Bitcoin, jusqu’à l’achat de 1,5 milliard de dollars effectué le 8 février. Contrairement à Saylor et MicroStrategy, Musk semble diriger Tesla sur une ligne plus conservatrice. En réponse à un tweet du président de Binance CZ, Musk a qualifié l’achat de Bitcoin “d’assez aventureux pour une société du S&P 500”. Il a également noté que les décisions de Tesla ne reflètent pas nécessairement ses propres opinions. 

Musk et “presque”

Alors que Saylor a rarement montré l’ombre d’un doute sur Bitcoin, Musk s’empresse de préciser qu’en fin de compte, il est ingénieur. Ainsi, quand Elon Musk dit que le prix d’un jeton “semble” élevé, peut-être dit-il en réalité exactement ce qu’il pense.

Avis de non-responsabilité

Toutes les informations présentes sur notre site web sont publiées de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. Toute action entreprise par le lecteur sur la base des informations trouvées sur notre site web est entièrement à ses propres risques.
Share Article

James Hydzik é redator e editor de finanças e tecnologia morando em Kiev, Ucrânia. Ele está especialmente interessado no desenvolvimento da regulamentação em face das mudanças tecnológicas cada vez mais rápidas. Anteriormente, ele cobriu a região CEE para o Financial Times e revistas FDI.

SUIVRE CET AUTEUR