Voir plus

Entreprises crypto : la “Grande démission” des hauts dirigeants

5 mins
Par jeffgogo
Rejoignez Notre Communauté de Trading sur Telegram

EN BREF

  • De nombreux PDG de haut niveau ont abandonné leurs postes, incitant les entreprises crypto à relancer la chasse aux talents.
  • Ces hauts dirigeants, qui étaient auparavant passionnés par leurs métiers, ont fini par jeter l'éponge pour différentes raisons.
  • L’exode des PDG révèle que le marché crypto est en pleine mutation.
  • promo

Depuis quelques semaines, les démissions de PDG d’entreprises crypto se succèdent. Un exode massif qui pousse les acteurs du secteur à rechercher de nouveaux talents en interne ou ailleurs.

Alors que le bear market bat son plein et que le spectre de la récession plane sur le marché, six PDG d’entreprises crypto ont quitté leurs postes en août. Il s’agit notamment de Michael Moro de Genesis Trading, Sam Trabucco de la société de trading d’actifs numériques Alameda Research, Jesse Powell de l’exchange crypto Kraken, Alex Mashinsky de la société en faillite Celsius Network et Brett Harrison, président de FTX U.S.

Ceci dit, la démission la plus surprenante est probablement celle de Michael Saylor, ancien PDG de MicroStrategy et fervent défenseur de Bitcoin. Quelques semaines avant la démission de M. Saylor, la société avait fait état d’une perte de 1,06 milliard de dollars au deuxième trimestre, notamment en raison d’une dépréciation de 917 millions de dollars de ses avoirs en BTC.

Quelles sont les raisons de cet exode ?

Chacun des démissionnaires mentionnés ci-dessus avait ses propres raisons, mais une chose est sûre : ces PDG étaient passionnés par leurs métiers. Par exemple, Alex Mashinsky, l’ancien PDG de Celsius, regrette d’avoir “fait couler l’entreprise”, qui a accusé des pertes de 1,2 milliard de dollars. En tant que PDG, il est devenu une “distraction”, dit-il.

De son côté, Sam Trabucco était tout simplement stressé et avait donc besoin de “se reposer et accorder la priorité à d’autres choses”. Pour sa part, Jesse Powell ne ressentait “plus aucun plaisir” à diriger une grande entreprise qu’il a cofondée il y a onze ans. “C’est devenu épuisant pour moi”, a-t-il déploré.

Michael Moro a quant à lui quitté son poste peu de temps après l’effondrement de Three Arrows Capital, qui devait près de 2,4 milliards de dollars à Genesis. Avec Celsius et Voyager Digital, Genesis est devenu l’une des plus grandes victimes de la crise engendrée par l’effondrement du TerraUSD en mai.

Enfin, Brett Harrison, qui a passé un an à la tête de FTX US, n’a jamais vraiment expliqué les raisons de son départ soudain. Il s’est toutefois félicité d’avoir fait passer les effectifs de l’exchange de 3 à 100 employés, qui “travaillent ensemble pour transformer une nouvelle bourse crypto en un groupe multi-filiales”.

Entreprises crypto : un secteur en pleine mutation

Quelles que soient les raisons, cette “Grande démission” de PDG indique que les conditions du marché crypto sont en train de changer. En effet, le bear market actuel a fait chuter les bénéfices et les flux de trésorerie des entreprises crypto à des niveaux alarmants. Entre la récession imminente, les incertitudes géopolitiques suscitées par la guerre et l’inflation galopante, les entreprises crypto ont vraiment du fil à retordre.

Les démissions de M. Moro de Genesis et de M. Mashinsky de Celsius sont le résultat des décisions prises en plein bull market. D’après plusieurs spécialistes, la réaffectation de Michael Saylor au poste de président exécutif aurait été décidée pour les mêmes raisons.

En effet, le nouveau PDG de MicroStrategy se focalisera sur le cœur de métier de l’entreprise, à savoir les logiciels mobiles. Selon certains, la suspension des achats de Bitcoin par MicroStrategy montre que la société regrette les décisions du passé.

“Alors que le bear market peut être la véritable cause [des démissions], des hauts dirigeants comme M. Mashinsky sont partis à cause de la faillite de leurs entreprises, des poursuites judiciaires et de violations flagrantes des lois financières”, a déclaré Alex Malkov, cofondateur d’Islamic Coin, à Be[In]Crypto.

“Les contrôles renforcés des organismes de surveillance financière, ainsi que l’activité législative, incitent de nombreux hauts dirigeants à réévaluer leurs actions. La tendance baissière a également réduit les avantages sociaux que les grandes entreprises crypto accordaient à leurs cadres”. 

L’exode des PDG : quel lien avec la réglementation ?

Après l’effondrement tragique de la blockchain Terra en mai, les gouvernements du monde entier ont commencé à resserrer l’étau sur les entreprises crypto. Aujourd’hui, tout nous porte à croire que le secteur de la crypto entre dans une nouvelle phase, une phase où les législateurs prendront les choses en main. 

La décentralisation est un pilier majeur de l’industrie crypto. Pour des plateformes comme Kraken, donner la priorité à la décentralisation serait un acte de rébellion contre les cadres réglementaires existants, qui mettent le pouvoir entre les mains d’entités centralisées comme les gouvernements. 

De même, Jesse Powell, un grand partisan de Bitcoin qui défend les principes de la confidentialité et de la liberté individuelle, a peut-être démissionné pour éviter de se plier aux codes des législateurs.

Dans une interview avec Fortune, l’ancien PDG a déclaré vouloir “passer plus de temps à faire autre chose…développer des produits ou défendre les fondamentaux du secteur”. Rappelons que lorsque le conflit russo-ukrainien a éclaté, M. Powell a refusé de bloquer les comptes liés à la Russie, “à moins d’y être contraint par la loi”.

De son côté, Brett Harrison, l’ancien PDG de FTX US, a indiqué dans sa lettre de démission que l’industrie crypto se trouve “à une période déterminante de son histoire”, et qu’il était plus préoccupé par l’arrivée de ce qu’il appelait “les grands acteurs du marché”.

Entreprise crypto : la Grande démission 

Vadim Keff, analyste crypto et cofondateur de la société blockchain T7T Labs, pense que cette vague de démissions découle de plusieurs facteurs. Mais selon lui, “nous ne devrions pas tout mettre sur le dos des événements récents”.

“Je pense que la plupart des départs de PDG d’entreprises crypto sont liés au phénomène de la “Grande démission” et non pas à quelque chose de spécifique à la crypto, a confié M. Keff à Be[In]Crypto. Notons que le terme “Grande démission” fait référence à la vague de démissions d’employés pendant la pandémie du covid. 

Pour appuyer ses propos, M. Keff a cité un rapport du cabinet de conseil Deloitte. Selon le rapport, environ 70 % des dirigeants d’entreprise, tous secteurs confondus, envisagent sérieusement d’abandonner leurs postes et de se tourner vers des emplois qui favorisent davantage leur bien-être.

“Alors que le marché des actifs numériques se développe à grande vitesse, le travail des PDG d’entreprises crypto se fait de plus en plus difficile. Il est donc naturel que certains PDG préfèrent se retirer, surtout s’ils occupent des postes de direction depuis plusieurs années”, a-t-il ajouté.

Quelle est la suite ?

Brett Harrison, l’ancien PDG de FTX, continuera à travailler dans le secteur pour supprimer “les barrières technologiques qui ralentissent l’adoption et à la croissance du marché mondial de la crypto”. De son côté, Sam Trabucco consacrera plus de temps à sa famille, alors que Jesse Powell restera président du conseil d’administration de Kraken.

Les meilleures plateformes de cryptos | Juillet 2024
Les meilleures plateformes de cryptos | Juillet 2024
Les meilleures plateformes de cryptos | Juillet 2024

Trusted

Avis de non-responsabilité

Avis de non-responsabilité : Conformément aux directives de The Trust Project, BeInCrypto s'engage à fournir des informations impartiales et transparentes. Cet article vise à fournir des informations exactes et pertinentes. Toutefois, nous invitons les lecteurs à vérifier les faits de leur propre chef et à consulter un professionnel avant de prendre une décision sur la base de ce contenu.

wpua-150x150.png
Fatima-Zahra C
Diplômée de Toulouse Business School, Fatima-Zahra a entamé sa carrière en tant que consultante chez Deloitte, avant de se reconvertir dans la presse économique et fintech. En plus de son travail de journaliste, Fatima-Zahra a géré les relations presse de plusieurs cabinets d’avocats à Paris, Londres et Casablanca. Tombée sous le charme des cryptomonnaies en 2021, elle a travaillé en tant que traductrice chez BeInCrypto de 2021 à 2023. Ses sujets d’expertise : Cryptomonnaies, Finance...
READ FULL BIO
Sponsorisé
Sponsorisé