Empreinte carbone de la crypto : Ethereum a réduit ses émissions de 99%. Qu’en est-il des 1% restants ?

Par Guest Op-Ed
EN BREF
  • La mise à jour The Merge a réduit les émissions carbone d’Ethereum de 99%.
  • Il existe toutefois d’autres moyens de réduire l’empreinte carbone du réseau.
  • Voici quelques idées pour rationaliser davantage la consommation énergétique.
  • promo

    Discutez des sujets les plus brûlants avec des traders et la communauté crypto sur Telegram Rejoignez-nous

Empreinte carbone de la crypto : En investissant dans des projets de compensation carbone ou en remplaçant ses modèles économiques actuels par des modèles plus durables, la crypto pourrait devenir plus écologique, explique Alexis Normand, cofondateur de Greenly.

La crypto a bouleversé le marché financier. Il s’agit d’un moyen révolutionnaire de payer sans recourir à un tiers lors de l’achat. En remplaçant les outils de paiement sans contact les plus populaires comme Venmo ou Apple Pay, la cryptomonnaie a suscité l’intérêt des investisseurs et des consommateurs.

Aussi intéressant et innovant qu’il soit, le concept de la cryptomonnaie n’est cependant pas si vert ni bénéfique pour l’avenir de l’environnement.

La cryptomonnaie, bien qu’elle ne soit pas efficace dans la lutte contre le changement climatique, présente plusieurs avantages uniques. Par exemple, l’un des plus grands avantages du recours aux cryptomonnaies est l’amélioration de l’utilisation corrompue des monnaies traditionnelles. En effet, la crypto donne le pouvoir à son utilisateur, tandis que le billet de vingt dollars que j’ai dans mon portefeuille aujourd’hui ne vaudra peut-être pas le même montant demain.

Cependant, cette valeur durable compense-t-elle l’effet délétère des cryptomonnaies sur l’environnement ? Et, comment peut-on réduire l’empreinte carbone de la crypto ?

Empreinte carbone de la crypto : le minage crypto en chiffres

La cryptomonnaie nécessite du minage, une utilisation intensive de l’énergie, et ne répond certainement pas aux exigences visant à atteindre zéro émission nette d’ici 2050. Par exemple, Bitcoin, l’une des cryptomonnaies les plus célèbres du secteur, utilise près de 91 térawattheures d’électricité par an, quoique les dernières données révèlent qu’il utilise 10,9 % d’énergie renouvelable. Cela équivaut à la consommation annuelle de la Finlande, qui compte 5,5 millions d’habitants. 

Ethereum, la deuxième plus grande cryptomonnaie après Bitcoin, a récemment finalisé “The Merge” dans le but de réduire sa consommation énergétique. Pour faire court, nous attendons toujours de voir les résultats positifs de ce projet qui visait à éliminer les intermédiaires – ou les mineurs de cryptomonnaies.

Le minage est l’étape la plus énergivore et la plus émettrice de carbone dans le processus de création d’une cryptomonnaie. En éliminant le besoin de minage, Ethereum tente de se positionner comme un géant de la crypto durable. Cela dit, il a encore du chemin à faire avant d’être considéré comme tel.

La quantité d’énergie utilisée par les entreprises crypto est alarmante. Ethereum, à lui seul, est responsable de 0,34 % de l’énergie totale mondiale. Bien que cela ne semble pas énorme, cela pèse sur l’approvisionnement limité d’énergie de la planète. Le fait qu’une société crypto, comme Ethereum, tente d’utiliser la technologie blockchain pour réduire ses émissions est une bonne chose. Cependant, l’ensemble du secteur de la crypto doit élargir ses efforts de durabilité.

Rien qu’en 2020, Ethereum a produit 16,6 millions de tonnes d’émissions de dioxyde de carbone. Pour qu’Ethereum compense ses émissions, il devrait planter plus de 84 millions d’arbres.

Y a-t-il une solution à tout cela ?

Alors, que peut-on faire pour réduire l’énorme empreinte carbone de la crypto ? Malheureusement, les entreprises crypto doivent se rendre compte que la simple réduction de leurs émissions ne suffira plus. Cette industrie, qui sert des organisations de tous les horizons, devrait reconnaître qu’aucune tactique de réduction ne permettra à l’humanité d’atteindre des émissions nettes nulles.

Toutes les activités, les entreprises et les efforts individuels vont créer une empreinte carbone. Cette partie est inévitable, mais ce que les entreprises et les individus font pour compenser leurs propres émissions ne l’est pas.

Tenter de réduire ses propres émissions n’est jamais une perte de temps. Par conséquent, les plateformes crypto comme Ethereum ne devraient pas cesser de chercher de nouvelles méthodes pour réduire leur consommation d’électricité. Cependant, ces dernières doivent s’efforcer de sortir des sentiers battus. Elles doivent trouver des moyens de contribuer aux projets de compensation carbone pour aider à réduire les émissions externes.

Empreinte carbone de la crypto : vers un investissement plus durable ?

Beaucoup de gens investissent dans les cryptomonnaies simplement pour gagner de l’argent. Alors que de plus en plus d’investisseurs crypto recherchent un gain financier, pourquoi les entreprises crypto ne cherchent-elles pas à s’aligner sur les idéaux d’investissement socialement responsable ou à impact positif ?

Les investissements à impact sont des investissements réalisés dans le but de créer des impacts sociaux et environnementaux bénéfiques en plus d’un rendement financier lucratif. Ces derniers peuvent être réalisés à la fois sur les marchés établis et en développement. L’investissement socialement responsable, quant à lui, fait référence à un type d’investissement dans lequel la partie prenante cherche également à créer un changement social ou environnemental bénéfique, mais va encore plus loin. L’investissement potentiel doit respecter plusieurs critères environnementaux, notamment le score ESG, la certification ISO 14001,etc.

Les plateformes crypto pourraient ne pas être en mesure de modifier complètement le modèle de leurs monnaies pour adhérer à ce type d’investissement. Mais, elles peuvent très certainement promouvoir les missions premières — contribuer à une cause sociale en conjonction avec leurs investissements. Par exemple, les sociétés crypto pourraient créer des programmes de dons pour investir dans les cryptomonnaies. Ce, en conjonction avec des projets classiques de compensation carbone qui aideront à atténuer les émissions excessives. Ces derniers peuvent inclure le reboisement, les voyages durables et l’aide des pays en développement à atteindre la neutralité carbone.

Empreinte carbone de la crypto

Les projets de compensation carbone

Un projet de compensation carbone consiste à contribuer financièrement à une autre organisation qui cherche à réduire les émissions excessives. Les entreprises comme Ethereum pourraient se consacrer à davantage de projets de compensation carbone. Aussi, elles ont la possibilité de rechercher de nouvelles sources d’énergie pour mener leurs activités de manière plus durable. Ce n’est qu’à partir de là que les cryptomonnaies pourraient commencer à avoir un impact réel sur les émissions.

Ces entreprises pourraient également créer des systèmes qui versent une partie des montants investis par les utilisateurs à des projets de compensation carbone, qui seraient choisis par la personne qui investit dans la cryptomonnaie. De cette façon, les utiliseront leurs bénéfices pour faire du bien à la planète.

Les projets comme Bitcoin et Ethereum sont des projets transversaux qui ne sont pas dans la même position que les startups qui recherchent une croissance exponentielle, puisqu’ils sont déjà bien établis. Ils ont toutes les ressources nécessaires pour prendre des mesures plus concrètes afin de réduire les émissions qui sont faites en dehors de leur propre périmètre. Comme expliqué précédemment, ils pourraient faire cela en investissant dans des projets de compensation carbone ou en modifiant leurs activités commerciales pour adhérer au développement de modèles durables.

À propos de l’auteur 

Alexis Normand est le cofondateur et PDG de Greenly, une startup qui aide les petites et grandes entreprises à évaluer et à réduire leur empreinte carbone. Avant de fonder son entreprise, Alexis a travaillé en tant que responsable du B2B chez Withings et chef de produit Nokia Digital Health. En 2019, Embleema, sa première startup blockchain, a été sélectionnée pour participer au programme TechStars.

Avis de non-responsabilité

Toutes les informations présentes sur notre site web sont publiées de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. Toute action entreprise par le lecteur sur la base des informations trouvées sur notre site web est entièrement à ses propres risques.