CBDC, stablecoins et tokenisation : les banques reconnaissent de plus en plus les technologies décentralisées

Partager l’article

Ces derniers mois, divers rapports ont suggéré que les institutions financières vont vers une société sans espèces. Une société fondée sur les technologies décentralisées et les monnaies numériques de banque centrale.



Plusieurs pays du monde sont actuellement occupés à créer leurs propres monnaies numériques de Banque Centrale (CBDC). Cela dit, les banques songent également à implémenter des options de technologies de registre distribué (DLT). De tels changements seraient évidemment monumentaux pour l’industrie de la cryptomonnaie.

Le rapport de la BIS

Il y a peu, BeInCrypto a diffusé les éléments clé du rapport trimestriel de la Banque des règlements internationaux (BIS). Ce dernier s’étend notamment sur les divers usages des systèmes décentralisés et des cryptomonnaies dans le monde des finances.



Le rapport a mentionné la tokenisation, un usage extrêmement en vogue des cryptomonnaies, ainsi que les paiements transfrontaliers et les CBDC.

Ce ne sont que quelques-uns des usages possibles de ces technologies, mais les plus importants pour les banques centrales. Les cryptomonnaies visent à offrir les mêmes performances techniques que Visa Network, rendant un usage global possible. Les banques testent et raffinent ces technologies tout en cherchant des façons de les intégrer à leur propre système national.

Le rapport de la BIS demande également aux banques de partager les résultats de leurs programmes pilotes afin de définir au mieux un système décentralisé idéal. Cette décision vient avec l’arrivée de nouvelles méthodes de paiement privé, ce qui pourrait rendre obsolète les institutions financières actuelles.

Techniquement, les systèmes décentralisés ont encore à faire leurs preuves. Pourtant, cette vague de nouvelles options est soutenue par un taux stable d’adoption. C’est particulièrement le cas dans le monde de la finance décentralisée, ou DeFi. On retrouve par exemple des développements tels qu’une hausse des distributeurs automatiques de Bitcoin, une croissance exponentielle des investissements institutionnels ainsi que des renseignements réglementaires positifs. Ou encore, bien sûr, un niveau de soutien inférieur du marché nettement plus élevé.

Ces avancées ont engendré une forme de menace existentielle pour les institutions financières actuelles. C’est pourquoi la majorité d’entre elles ont choisi d’adopter la nouvelle technologie et d’apprendre à se réinventer.

Le gouverneur de la Banque d’Angleterre admet que le temps est au changement

Ce changement a été reconnu par les grands noms de l’industrie financière.

Sir Jon Cunliffe, Député gouverneur de la Banque d’Angleterre (BoE) et du Conseil de la stabilité financière, a précédemment reconnu les possibilités des crypto-monnaies. Ce fut également le cas du gouverneur Mark Carney avant lui.

Lors d’un discours à la London School of Economics, M. Cunliffe s’est étendu sur les stablecoins, CBDC et cryptomonnaies. Il a notamment parlé de l’opportunité d’améliorer l’actuel système de paiements de détail, notant que le système de régulation devra être en phase avec les développements technologiques. Il a également ajouté que les CBDC pourraient être très bénéfiques aux banques centrales.

Une nouvelle économie numérique faite de CBDC et stablecoins

L’an dernier, la discussion n’en finissait pas au sujet de l’impact des technologies de registre distribué (DLT), des cryptomonnaies et de la DeFi.

Précédemment moquées et ridiculisées par les autorités en place, ces technologies sont maintenant amplement reconnues et testées, de JP Morgan Chase aux gouvernements et entreprises technologiques. Même les banques ont peu à peu réalisé que les bénéfices des DLT ne peuvent être exagérés, une amélioration en tout point sur les systèmes traditionnels.

Le rapport de la BIS n’est pas le seul signe de changement chez les banques. La Chine a prévu de lancer un pilote de ses CBDC, tandis que le gouverneur fédéral des États-Unis, Lael Brainard a déclaré que la Réserve fédérale se penche actuellement sur le sujet.

 

Images gracieusement fournies par Shutterstock, Trading View et Twitter.

Share Article

Rahul Nambiampurath is an India-based Digital Marketer who got attracted to Bitcoin and the blockchain in 2014. Ever since, he's been an active member of the community. He has a Masters degree in Finance. <a href="mailto:editorinchief@beincrypto.com">Email me!</a>

SUIVRE CET AUTEUR