Bitcoin btc
$ usd
Reportage

Héritage crypto : avez-vous pensé à préparer votre succession ?

5 mins

EN BREF

  • La mort est inéluctable et imprévisible. Raison pour laquelle il est judicieux de préparer sa succession en amont.
  • Heureusement, il existe des outils qui aident les gens à protéger leurs données crypto, tout en permettant à leurs proches d’y accéder après leur décès.
  • Près de 75 milliards de dollars de BTC pourraient être perdus à jamais pour diverses raisons, y compris la mort.
  • promo

Héritage crypto : de nombreux crypto-millionnaires sont décédés subitement, laissant peu d’informations sur leurs wallets crypto. Comment préparer sa succession en toute sérénité ?

Étant généralement très soucieux de la confidentialité, les investisseurs Bitcoin ont tendance à garder leurs clés privées totalement secrètes. Par conséquent, lorsque la mort frappe à la porte, les familles des crypto-millionnaires n’ont souvent aucun moyen d’accéder à leurs fortunes.

Héritage crypto : comment préparer votre succession ?

En 2018, l’investisseur américain Matthew Mellon a tiré sa révérence, laissant peu d’indices sur sa fortune crypto, dont la valeur d’élevait 500 millions de dollars à l’époque. Il existe cependant des outils qui aident les gens à protéger leurs données crypto, tout en permettant à leurs proches d’y accéder après leur décès.

“L’une des façons de résoudre le problème de l’héritage avec les portefeuilles crypto est la récupération sociale”, a déclaré Lukas Schor, cofondateur de Safe, à BeInCrypto. “[Il existe] des solutions [qui] permettent de désigner un membre de la famille ou des amis de confiance qui peuvent récupérer les wallets en cas de décès du propriétaire”.

Safe (anciennement appelé Gnosis Safe) est un portefeuille crypto multi-signatures basé sur Ethereum. Ses utilisateurs ont la possibilité de déterminer la façon dont ils gèrent leurs crypto actifs et d’ajouter plusieurs appareils à partir desquels ils peuvent confirmer les transactions.

Certaines entités comme Casa’s Covenant proposent également des services similaires. Avec les portefeuilles multi-signatures, les clés privées peuvent être réparties entre différents héritiers afin de minimiser le risque de perte accidentelle ou d’intrusion. 

Par exemple, si le wallet crypto est doté d’une clé à six signatures (comme dans le cas de Casa). Trois signatures sont requises pour valider les transactions. Ces clés peuvent être partagées ou divisées entre différentes parties : conjoint, conseiller financier ou avocat, etc., qui devront tous confirmer la même transaction dans le cas du décès du détenteur.

cryptomonnaies

Doubles funérailles

Si l’investisseur ne partage pas les clés privées de son wallet crypto, ses proches ne recevront probablement jamais leur héritage crypto.

Partout dans le monde, il existe des dizaines d’exemples d’investisseurs Bitcoin qui sont décédés sans laisser leurs clés à leurs proches. Dans de telles situations, les familles des défunts vivent de “doubles funérailles”, car en plus d’avoir perdu un être cher, elles doivent accepter la perte d’une fortune irrécupérable qui aurait pu être la leur.

Cela démontre que la confidentialité infaillible de Bitcoin, qui constitue son plus grand avantage, peut également devenir son plus grand inconvénient.

En convertissant leur fortune en crypto, les investisseurs peuvent éviter les frais bancaires et les taxes élevés. Cependant, ils ne bénéficient pas des avantages du système financier traditionnel, notamment la répartition de l’héritage.

Ceci dit, le problème de l’héritage crypto pourrait bientôt devenir un souvenir lointain. “À long terme, nous nous attendons à ce que des institutions comme les banques, les assurances et les notaires assurent ce rôle de récupération de l’accès aux portefeuilles crypto”, a déclaré Lukas Schor, le cofondateur de Safe, à BeInCrypto.

“La récupération sociale et institutionnelle pourrait se faire grâce à un nouveau type de portefeuilles crypto appelés “wallets de contrats intelligents”. Il existe également un projet en cours appelé “abstraction des comptes”. [Ce dernier] utilise les portefeuilles de contrats intelligents comme Safe ou Argent comme outil par défaut pour la détention et l’échange de crypto actifs”.

3,7 millions de BTC perdus à jamais

Trenton Kennedy est responsable communication chez Chainalysis, une entreprise spécialisée dans l’analyse blockchain. Il a évoqué le sujet de l’héritage crypto dans un article publié en 2020, lorsque BeInCrypto lui a demandé de partager des données sur la quantité de BTC qui auraient pu être perdus à jamais pour diverses raisons, y compris la mort.

Selon lui, 20% de tous les BTC en circulation ont été peut-être perdus à jamais. Cela équivaut à 3,7 millions de BTC, soit 75,45 milliards de dollars au cours actuel. Il n’y a aucune mention directe de la mort dans les statistiques. Mais cela représente probablement une bonne partie de ces pertes.

Chainalysis a révélé que les mineurs ont émis environ 18,6 millions de BTC en juin 2020. “Un cinquième du total est resté dans les mêmes adresses pendant cinq ans ou plus. Nous considérons ces BTC comme perdus”.

Source

Quelques exemples

L’exemple de Matthew Mellon, en particulier, peut encourager les investisseurs crypto à penser au-delà de leur vie dans ce bas monde. M. Mellon est décédé en avril 2018 à l’âge de 54 ans. À l’époque, sa fortune crypto s’élevait à près de 500 millions de dollars de Ripple (XRP).

De son vivant, il a réparti sa fortune sur plusieurs cold wallets portant de faux noms et stockés dans des banques américaines. Le défunt millionnaire a emporté son héritage crypto avec lui. Il n’a pas nommé ses héritiers et n’a donné aucune information d’accès à ses wallets crypto.

En décembre 2018, le décès de Gerald Cotten, fondateur et PDG de la bourse crypto QuadrigaCX, a entraîné la perte de 145 millions de dollars stockés dans un cold wallet. À l’époque, Quadriga était la plus grande bourse crypto au Canada en termes de volume d’échange.

Héritage crypto : un grand flou juridique

Tout porte à croire que le problème de l’héritage crypto s’amplifiera davantage dans les prochaines années. Jusqu’à présent, la plupart des investisseurs crypto pensent rarement à préparer leur succession et se focalisent plutôt sur la protection de leurs actifs.

Outre le décès, la crypto peut être perdue pour diverses raisons, notamment le vol, la suppression accidentelle des clés privées, les failles de sécurité, les oublis de mots de passe, etc. C’est pourquoi les investisseurs crypto sont extrêmement soucieux de la confidentialité. 

Cependant, l’instauration de nouvelles réglementations pourrait offrir une meilleure protection à la communauté crypto en cas d’incident. 

En effet, les législateurs du monde entier ont commencé à élaborer des cadres juridiques pour Bitcoin et l’ensemble du marché crypto. Cela signifie que les lois nationales sur les successions pourraient s’appliquer à l’héritage crypto.

Néanmoins, il appartient toujours aux investisseurs de désigner eux-mêmes leurs héritiers dans leurs testaments. Cela dit, le fait d’écrire un testament ne signifie pas que les autorités transmettront automatiquement vos crypto actifs à vos proches.

Les clés privées sont toujours nécessaires pour déverrouiller les portefeuilles crypto. C’est pourquoi les investisseurs crypto doivent laisser des instructions claires sur la manière dont leurs héritiers peuvent accéder à leur fortune.

L’un des moyens les plus simples de protéger l’héritage crypto de vos proches consiste à leur confier des copies de vos clés privées, soit sur papier, soit au format numérique. Ceci dit, rien ne vous garantit que ces personnes sont vraiment dignes de votre confiance.

Héritage crypto : les investisseurs s’inquiètent du sort de leurs BTC

À en croire une étude réalisée en 2020 par le Cremation Institute des États-Unis, seul un quart des investisseurs Bitcoin ont un plan documenté sur la façon dont leurs fonds crypto seront distribués après leur décès.

De plus, environ 89 % des investisseurs interrogés s’inquiètent du sort de leurs actifs après leur mort, mais peu d’entre eux ont des plans clairs de succession. Sans surprise, l’écrasante majorité des jeunes investisseurs ne pensent même pas à ce sujet.

Selon l’étude, les jeunes générations – c’est-à-dire les investisseurs âgés de 18 à 40 ans – sont 10 fois moins susceptibles de préparer leur succession que les générations plus âgées. 

Avis de non-responsabilité

Avis de non-responsabilité : Conformément aux directives de The Trust Project, cet article présente les opinions et les perspectives d’experts du secteur ou d’autres individus. BeInCrypto s’engage à fournir des informations transparentes, mais les opinions exprimées dans cet article ne reflètent pas nécessairement celles de BeInCrypto ou de son équipe. Les lecteurs sont invités à vérifier les informations de leur propre chef et à consulter un professionnel avant de prendre des décisions sur la base de ce contenu.

Sponsorisé
Sponsorisé