Bitcoin btc
$ usd

Le ministre de la santé d’Iran demande d’éviter l’usage des billets en raison du coronavirus

2 mins
7 mars 2020, 12:00 CET
Mis à jour par Célia Simon
22 février 2022, 21:14 CET
Alors que la pandémie du covid-19 s’étend en Iran, le ministre de la santé du pays recommande aux citoyens d’éviter l’usage des espèces en billets. Quelle meilleure alternative alors qu’une monnaie numérique telle que le Bitcoin ?
La branche turque de BeInCrypto nous a informé que le ministre iranien de la santé a conseillé aux citoyens de ne pas utiliser de billets de monnaie fiduciaire. Cette nouvelle est tombée après que le député du ministère de la santé du pays ait attrapé le coronavirus à la fin du mois de février [BBC].

Pas de billets

On s’interroge actuellement sur la durée de survie du coronavirus sur diverses surfaces, mais le gouvernement iranien préfère ne pas prendre de risques. Sachant que la situation épidémique continue d’y empirer, la meilleure solution serait d’après eux de réduire le commerce. Ce en recommandant aux citoyens iranien de ne pas se servir de leurs propres espèces en papier. Pour le moment, cela dit, il n’y a eu aucune annonce appelant la population à utiliser des monnaies numériques à la place. Le gouvernement a préféré laisser la question ouverte à leur interprétation personnelle. Iran Bitcoin Cette situation offre une ouverture unique pour le Bitcoin et d’autres crypto-monnaies. Ces dernières sont non seulement tangibles, mais peuvent également servir de monnaie en périodes troubles. Puisqu’elle sont hors du système financier national, elles peuvent maintenir leur valeur lorsque le pays traverse une crise, contrairement aux monnaies fiduciaires. Peut-être verrons-nous bientôt les iraniens utiliser de plus en plus le Bitcoin, tandis qu’ils éviteront les monnaies en billets en cette période de grave pandémie. Alors que nous rédigeons cet article, l’Iran est le pays ayant reporté le plus de décès dus au virus en dehors de la Chine.

Le statut du Bitcoin en Iran

Cela fait maintenant un certain temps que l’Iran est étroitement associé à l’industrie minière du Bitcoin. En juillet 2019, suite à une répression injustifiée, le pays avait finalement allégé ses restrictions sur les mineurs. Le gouvernement a alors opté pour un nouvel accord de pouvoir avec les mineurs en raison de leur présence disproportionnée dans le pays. Cela dit, l’accès au Bitcoin a souffert des strictes restrictions internet du régime local. Le Bitcoin est également associé de près aux développements géopolitiques du pays. Suite à l’attaque américaine contre le général iranien Qassem Soleimani, le Bitcoin ainsi que l’or et l’argent ont grimpé en flèche. Une fois les tensions calmées, les prix sont redescendus de même, démontrant la relation étroite entre le rôle de possible couverture du Bitcoin et les événements mondiaux. Il n’existe cependant encore aucune preuve que les irianiens achètent plus de Bitcoin en raison de la pandémie. De toute évidence, ils ont des problèmes plus importants à affronter. Cela dit, maintenant que le Ministère de la santé reconnaît les risques potentiels des espèces en billets, il se peut que monnaies numériques gagnent en popularité au cours des prochains mois.   Images gracieusement fournies par Shutterstock, Trading View et Twitter.

Avis de non-responsabilité

Avis de non-responsabilité : Conformément aux directives de The Trust Project, BeInCrypto s'engage à fournir des informations impartiales et transparentes. Cet article vise à fournir des informations exactes et pertinentes. Toutefois, nous invitons les lecteurs à vérifier les faits de leur propre chef et à consulter un professionnel avant de prendre une décision sur la base de ce contenu.

Sponsorisé
Sponsorisé