Le carnage actuel du marché des actions n’est pas corrélé à la chute du prix du Bitcoin

Partager l’article

Alors que la panique mondiale face à la pandémie du coronavirus perdure, et que les marchés traditionnels y réagissent négativement, l’attention se porte sur le Bitcoin. Les gens se demandent pourquoi cet actif anti-corrélation n’est pas en plein essor. Il est aujourd’hui nécessaire de voir s’il existe ou non une corrélation entre l’effondrement du marché des actions et la chute du prix du BTC.


En début de semaine, S&P 500 a plongé de 2 000 points [CNBC]. On n’avait pas observé une telle chute depuis la crise financière de 2008, et cette baisse correspond également à -7,6% en valeur. De même, le prix du Bitcoin a chuté de 5% au cours des dernières 24h.

Ces deux pourcentages de pertes semblent assez similaires en termes de valeur. Pourtant, une baisse de 7,6% pour l’un des index les plus populaires du marché des actions est équivalent à une baisse de 41% pour Bitcoin. C’est du moins le cas si on prend en considération la volatilité historique, tel que l’explique Hunter Horsley, PDG de BitWise Invest, dans le tweet ci-dessous.


Aujourd’hui, S&P a baissé de 7,6%

En se basant sur la volatilité historique, -7,6% pour S&P équivaut à -41% pour le BTC.

Pourtant, durant les dernières 24h, le Bitcoin n’a baissé que de 5%

Et de seulement 0,5% depuis minuit.

Il n’y a pas de corrélation.

Les trésoreries grimpent (+1% pour le gouvernement) ! C’est une corrélation négative, ce qui est un sujet différent.

Affirmer que l’effondrement actuel du marché des action est en corrélation avec la chute du Bitcoin serait simplifier exagérément la situation. Le BTC est un actif volatile pouvant varier régulièrement de 5 à 10%. La chute de son prix n’est pas en mesure d’affecter les actionnaires de la même manière qu’une baisse de 7,6% chez S&P.

Il n’y a pas de corrélation entre le Bitcoin et le marché des actions 

Bitcoin est entré soudainement dans une mauvaise passe vers la fin du mois de février, ce après une montée de deux mois en début d’année. Cette baisse se présente dans une période pour le moins difficile au sein des marchés financiers du monde. Les craintes d’une récession planent toujours sur le globe et les effets de la pandémie du coronavirus accélèrent ou engendrent des mouvements de marché désastreux.

Pour les actionnaires, les valeurs refuges sont à l’ordre du jour. Pourtant, même l’or, la valeur refuge la plus fiable, a souffert des instabilités du marché en cette époque d’incertitude financière. Les personnes intéressées par la crypto-monnaie, ou déjà adeptes, se sont également inquiétées de son état. Et il faut bien avouer que la situation n’est guère plus plaisante pour le BTC.

Pourtant la chute du prix du Bitcoin ne semble pas être en corrélation avec ce qui arrive actuellement chez les marchés traditionnels. En effet, il se pourrait qu’une vente des BTC volés par PLUS Token ait contribué à cette baisse. Il existe également d’autres théories à ce sujet, mais rien n’est certain.

 

Un manque de corrélation négative 

Si on suppose que le Bitcoin n’est pas corrélé au marché des actions ou à d’autres actuellement sous pression, on peut alors espérer que la crypto-monnaie évoluera comme une sorte d’or numérique. Il s’agit d’ailleurs d’une comparaison assez fréquente.

Selon les actionnaires traditionnels, cela dit, le BTC reste un actif dans lequel investir en périodes “gourmandes”. En ces temps de paranoïa, les monnaies institutionnelles préfèrent ne pas s’interroger sur la capacité du Bitcoin à servir de valeur refuge. Au contraire, il est directement considéré comme étant un actif risqué, et laissé de côté.

 

Images gracieusement fournies par Shutterstock, Trading View et Twitter.

Share Article

Rédactrice en chef, Chef d'équipe. Originaire de Tours, France, et basée à Guadalajara au Mexique depuis 2012, je suis auteure et traductrice assermentée par le Conseil juridique de l'état de Jalisco, spécialisée en traduction de littérature, psychologie/psychiatrie, documents juridiques (US-Mexique) et finances/cryptomonnaies.

SUIVRE CET AUTEUR