Le hackeur de Twitter et arnaqueur en Bitcoin va purger trois ans de prison

Partager l’article

Graham Ivan Clark, l’adolescent de Tampa qui a orchestré le piratage de célèbres comptes Twitter l’année dernière, a plaidé coupable aux accusations de fraude. Il purgera une peine de trois ans de prison, suivie de trois ans de probation.

Sponsorisé



Sponsorisé

En se faisant passer pour plusieurs personnes et entreprises célèbres par le biais de leurs comptes Twitter, le hackeur Clark a demandé à leurs utilisateurs d’envoyer des bitcoins (BTC) à une adresse qu’il contrôlait.

“Je redonne à la communauté”, commençait un tweet du compte appartenant au Président Joe Biden. “Tous les bitcoins envoyés à l’adresse ci-dessous seront renvoyés en double ! Si vous envoyez 1 000$, je vous renverrai 2 000$. Je le ferai que pendant 30 minutes… Profitez-en !”

Sponsorisé



Sponsorisé

Clark avait également envoyé des messages similaires à partir d’autres comptes Twitter célèbres. Il a récolté environ 117 000 $ en BTC grâce à cette escroquerie.

Détails de l’affaire

Clark avait 17 ans lorsqu’il a perpétré l’attaque l’année dernière avec l’aide de deux complices. Il a été condamné en tant que “jeune délinquant”. S’il avait été condamné en tant qu’adulte, Clark aurait été condamné à une peine minimale de dix ans. Cependant, s’il viole sa liberté conditionnelle, il purgera la peine minimale obligatoire.

“Graham Clark doit être tenu responsable de ce crime, et les autres escrocs potentiels doivent en subir les conséquences”, a déclaré un membre de l’accusation dans un communiqué. “Dans ce cas, nous avons été en mesure d’appliquer ces conséquences tout en reconnaissant que notre objectif avec tout mineur, dans la mesure du possible, est de lui faire apprendre sa leçon sans compromettre son avenir.”

Le Florida Department of Law Enforcement a découvert que Clark avait accédé aux systèmes de Twitter par le biais de l’ingénierie sociale. Clark a utilisé la tactique d’ingénierie sociale “people hacking”. Clark a pu accéder au portail du service clientèle de l’entreprise en convainquant un employé de Twitter qui travaillait dans son service informatique.

Selon l’accord sur le plaidoyer, Clark ne pourra plus utiliser d’ordinateurs sans la permission et la supervision des forces de l’ordre. Il devra également se soumettre aux fouilles de son domicile et renoncer aux mots de passe de tous les comptes qu’il contrôle. L’avocat de la défense de Clark a confirmé qu’il avait remis toutes les cryptomonnaies qu’il avait volées.

La faute du hackeur, pas de Bitcoin

Bien que le BTC ait la mauvaise réputation de faciliter les activités illégales, le système blockchain sur lequel elle fonctionne est intrinsèquement sûr de par sa conception. Tout risque d’escroquerie lié aux cryptomonnaies provient de l’infrastructure entourant la blockchain. Cela peut également inclure les êtres humains.

Par exemple, les utilisateurs de la plateforme de tokens non fongibles (NFT), Nifty Gateway, ont signalé que leurs comptes avaient été piratés le week-end dernier. Le pirate a pu voler et acheter des NFT en utilisant les informations d’identification des cartes de crédit liées aux comptes.

En outre, le lundi 15 mars, plusieurs projets de finance décentralisée (DeFi) sur la Smart Chain de Binance ont fait l’objet d’une attaque du système de noms de domaine (DNS). Les pirates ont détourné les noms de domaine de PancakeSwap et Cream Finance. Cela signifie qu’ils ont détourné le trafic destiné à atteindre ces sites vers une adresse inconnue. Là, le pirate a demandé leurs phrases clés aux utilisateurs, qui pourraient permettre à d’autres d’accéder à leurs portefeuilles.

Une maxime courante dans le monde de la cryptomonnaie est de ne jamais partager ses phrases clés ou ses clés privées avec quiconque, et encore moins sur Internet.

Avis de non-responsabilité

Toutes les informations présentes sur notre site web sont publiées de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. Toute action entreprise par le lecteur sur la base des informations trouvées sur notre site web est entièrement à ses propres risques.
Sponsorisé
Share Article

Nick is an Oral Communication Skills Professor and Data Science Specialist in Budapest, Hungary with an MSc in Business Analytics. He is a relative latecomer to the field of cryptocurrency and blockchain technology, but is intrigued by its potential economic and political usage. He can best be described as an optimistic center-left skeptic.<a href="mailto:editorinchief@beincrypto.com">Email him!</a>

SUIVRE CET AUTEUR

L’ICO de Bit2Me VIENT DE DEMARRER! Achetez le token B2M dès maintenant.

J’achète!

Signaux de marché, études et analyses. Rejoignez notre chaîne Telegram dès aujourd’hui !

Rejoignez-nous