Bitcoin : un célèbre investisseur s’oppose au “Blood Coin” miné en Chine

Partager l’article
EN BREF
  • L'investisseur de renom Kevin O'Leary a déclaré qu'il n'achèterait pas de BTC miné en Chine.

  • Selon O'Leary, les entreprises ne sont pas disposées à sanctionner les BTC minés de manière non durable dans des pays où les droits de l'homme posent problème.

  • 65% du bitcoin a été extrait, principalement via le charbon et en Chine, où les violations des droits de l'homme sont nombreuses.

  • promo

    Participez à LA PLUS GRANDE ICO d’Espagne: achetez le B2M dès maintenant.

The Trust Project est un consortium international d'organismes de presse basé sur des normes de transparence.

Le célèbre investisseur Kevin O’Leary a déclaré qu’il n’achèterait pas de Bitcoin miné en Chine.

Sponsorisé



Sponsorisé

L’investisseur de renom Kevin O’Leary affirme qu’il refuse d’acheter tout Bitcoin extrait en Chine.

Lors de l’émission Capital Connection sur CNBC, O’Leary a évoqué ce qu’il considère comme un problème croissant avec le BTC.

Sponsorisé



Sponsorisé

Tout d’abord, il a souligné que Bitcoin n’avait pas encore fait de percée importante dans les portefeuilles institutionnels. Il affirme qu’une priorité croissante pour les investisseurs est de savoir d’où proviennent leurs investissements.

M. O’Leary a expliqué : “Nous avons des engagements concernant la façon dont les actifs sont fabriqués, si du charbon est brûlé, si les droits de l’homme sont impliqués, s’ils sont fabriqués en Chine. Toutes ces questions qui ont maintenant été mises en avant sur le bitcoin.”

En termes simples, a-t-il dit, “les institutions n’achèteront pas de [BTC] miné en Chine, de pièces qui ont été minées en brûlant du charbon pour produire de l’électricité, ou de pièces extraites dans des pays soumis à des sanctions.”

Il a ajouté qu’il y avait désormais une demande importante de BTC “vierges”. M. O’Leary a également déclaré que d’ici un an ou deux, des catégories distinctes de pièces émergeraient : ” les blood coins provenant de Chine, [et] les pièces “propres” minées de manière durable dans des pays qui utilisent l’hydroélectricité et non le charbon. “

L’obstacle moral de Bitcoin

Bien que le président des ETF O’Shares ait précédemment déclaré que Bitcoin était de la ” camelote “, il a récemment changé d’avis. Après avoir annoncé qu’il allait allouer 3% de son portefeuille personnel à la cryptomonnaie, il a déclaré avoir été inondé de préoccupations concernant la source de ses acquisitions.

À ce stade, M. O’Leary a déclaré qu’il s’efforçait de s’assurer que les bitcoins qu’il acquiert sont conformes. “J’opte pour des pièces propres. J’achète des actifs au sein de mineurs qui peuvent le faire”, a-t-il ajouté.  

Il poursuit en disant qu’il s’agit d’un obstacle majeur à surmonter pour ceux qui s’intéressent de plus en plus à la crypto. “Vous avez cette classe d’actifs maintenue en suspens dans une lutte remarquable, c’est une situation unique”.

O’Leary a expliqué que bien qu’auparavant, beaucoup de gens n’y pensaient pas vraiment, maintenant que de plus en plus de pays commencent à réglementer la cryptomonnaie, les investisseurs potentiels s’inquiètent de savoir si cet actif est conforme à leurs valeurs. 

Les problèmes de O’Leary avec la Chine

Bien que M. O’Leary ait nié que le minage de bitcoins par la Chine constitue une menace pour la sécurité nationale, il a admis que les États-Unis étaient “encore un peu en guerre commerciale” avec la Chine.

Malgré le fait qu’en avril 2020, 65% du bitcoin existant avait été miné en Chine, il affirme que le fait que le BTC provienne de ce pays est contraire à l’intérêt des institutions. “Pas seulement pour la question du charbon, mais aussi pour les questions de droits de l’homme. Souhaitent-ils soutenir un régime qui a des problèmes avec les droits de l’homme ou avec les musulmans, [ils] disent que nous ne voulons pas cautionner cela”, a expliqué O’Leary.

Enfin, O’Leary a souligné à quel point il est devenu discriminant lorsqu’il s’agit d’acheter des bitcoins. “Maintenant, je n’achète pas de pièces à moins de savoir où elles ont été minées, quand elles ont été minées, dans quelles conditions. Pas en Chine. Pas de Blood Coin pour moi.”

Avis de non-responsabilité

Toutes les informations présentes sur notre site web sont publiées de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. Toute action entreprise par le lecteur sur la base des informations trouvées sur notre site web est entièrement à ses propres risques.
Sponsorisé
Share Article

Nick is an Oral Communication Skills Professor and Data Science Specialist in Budapest, Hungary with an MSc in Business Analytics. He is a relative latecomer to the field of cryptocurrency and blockchain technology, but is intrigued by its potential economic and political usage. He can best be described as an optimistic center-left skeptic.<a href="mailto:editorinchief@beincrypto.com">Email him!</a>

SUIVRE CET AUTEUR

L’ICO de Bit2Me VIENT DE DEMARRER! Achetez le token B2M dès maintenant.

J’achète!

Signaux de marché, études et analyses. Rejoignez notre chaîne Telegram dès aujourd’hui !

Rejoignez-nous