Dogecoin : histoire de la création d’une blague devenue millionnaire

Partager l’article
EN BREF
  • Dogecoin a récemment atteint une capitalisation boursière de plus de 50 milliards de dollars.

  • La cryptomonnaies née en 2013 a initialement démarrée comme une blague.

  • Des phénomènes tels que la réflexivité et le mimétisme expliquent comment un mème a pu se transformer en projet millionnaire.

  • promo

    Participez à LA PLUS GRANDE ICO d’Espagne: achetez le B2M dès maintenant.

The Trust Project est un consortium international d'organismes de presse basé sur des normes de transparence.

Le 16 avril 2021, Dogecoin a dépassé les 50 milliards de capitalisation boursière, soit la moitié des avoirs de HSBC, la société britannique de services financiers. Le DOGE a commencé comme une blague et sa situation a depuis pris une tournure pour le moins intéressante. Comment cela a-t-il été possible ?

Sponsorisé



Sponsorisé

L’histoire de Dogecoin a commencé avec l’australien Jackson Palmer, ingénieur logiciel chez Adobe. Stupéfait par la concurrence des cryptomonnaies ainsi que la frénésie avec laquelle tant de gens essayaient de rejoindre cette nouvelle industrie, et dans l’intention d’en rire, M.Jackson a annoncé dans un tweet que Dogecoin allait être la prochaine grande cryptomonnaie après Bitcoin.

Cette blague combinait deux des sujets les plus discutés sur Internet à l’époque : les cryptomonnaies et le mème Doge. Le tweet a suscité beaucoup d’attention. Pour rigoler, Palmer a décidé de continuer sur sa lancée.

Sponsorisé



Sponsorisé

Il a alors acheté le domaine Dogecoin.com, a téléchargé la célèbre image du chien Shiba Inu (la race du mème Doge) et l’a photoshoppée sur une pièce. Il a ensuite laissé une note sur son site web : “si vous voulez faire de Dogecoin une réalité, contactez-nous”.

Pendant ce temps, au Colorado, aux États-Unis, à l’autre bout du monde, Billy Markus, un ingénieur de logiciels travaillant pour IBM et fanatique des jeux vidéo, a vu le tweet de Palmer. Markus venait de terminer “Bells”, un projet sur lequel il travaillait pendant son temps libre.

“Bells” était une cryptomonnaie nommée d’après la monnaie utilisée dans le jeu Animal Crossing de Nintendo. C’était en 2013, l’une des années de croissance la plus rapide du cours de Bitcoin. Markus a décidé de prendre un week-end pour créer quelque chose d’amusant, profitant de la nature open source de Bitcoin.

L’idée est que “Bells” n’était pas une cryptomonnaie “sérieuse”. Il s’agissait d’une monnaie numérique basée sur un jeu vidéo mettant en scène des animaux qui vivent dans un village et vont pêcher ensemble. Pourtant, apparemment, la communauté crypto n’a pas bien compris qu’il s’agissait d’une plaisanterie.

Après l’échec de “Bells”, Markus a lu le message de Palmer sur Dogecoin.com et s’est rendu compte que le tweet allait dans le même sens que sa tentative de cryptomonnaie, soit quelque chose de léger et de drôle.

Deux ingénieurs informatiques unis pour créer une blague millionnaire

Markus a décidé de contacter Palmer pour lui proposer de travailler ensemble au développement de Dogecoin. Palmer n’a pas répondu dans un premier temps, mais a tout de même décidé de se mettre immédiatement au travail sur le projet.

Markus a commencé à reconfigurer le code source public de Bitcoin pour convertir ses éléments orientés vers l’utilisateur en ce qui allait devenir Dogecoin. Il a ainsi créé 100 milliards de DOGE (contre 21 millions de bitcoins) et les a rendus plus faciles à miner.

Il a changé la police de caractères (pour comic sans, bien sûr) et a remplacé le mot “miner” par “dig”, soit “creuser” en anglais (parce que les chiens ne minent pas, ils creusent…).

Markus a déclaré :

“Il m’a fallu environ 3 heures pour le faire, et la plupart de ce temps, j’ai fait des modifications pour changer le texte en Comic Sans, personnaliser certains graphiques, et changer la formulation de différentes parties de l’interface utilisateur.”

Finalement, Palmer a répondu à son message et les deux ingénieurs ont fait équipe. Un peu plus d’une semaine après le tweet blagueur de Palmer, Dogecoin était lancé. C’était en décembre 2013.

Ni Markus ni Palmer n’ont miné de DOGE à l’avance – pourquoi le faire s’il s’agissait d’une simple blague ? Markus disposait d’un PC de jeu relativement puissant équipé de deux cartes graphiques ; il a donc officiellement été la première personne à miner Dogecoin.

Étant donné la nature du minage (qui devient de plus en plus difficile au fur et à mesure que la pièce est minée), l’ordinateur de Billy Markus n’était plus assez puissant pour miner Dogecoin après environ cinq minutes seulement. Il a partagé la moitié de ce qu’il avait miné avec Palmer, et voilà. Ils ont tous les deux obtenu pour environ 5 000$ de Dogecoin.

La première percée du DOGE a eu lieu sur Reddit

Dogecoin a explosé presque instantanément sur Reddit, générant une valeur marchande de 8 millions de dollars à l’époque. La cryptomonnaie a gagné sinsi en popularité grâce à la pratique du “pourboire” de Reddit, qui consistait à récompenser les personnes présentes sur le site pour avoir fait de “bonnes actions”, comme partager une idée ou rendre une plateforme plus accessible.

C’est donc le “tipping bot” de Reddit qui a propulsé Dogecoin dans la stratosphère. Si un utilisateur publiait quelque chose comme “hey, ‘dogebot’, donne à cette personne cinq dogecoin”, cet utilisateur Reddit recevait automatiquement cinq DOGE.

Dogecoin : une monnaie au service d’un monde meilleur

En janvier 2014, Jackson Palmer ainsi que l’équipe de Dogecoin ont eu une idée hilarante. Pour la première fois en dix ans, l’équipe jamaïcaine de bobsleigh s’était qualifiée pour les Jeux olympiques d’hiver, mais n’avait pas assez d’argent pour y participer. En tant que grands fans de la comédie “Cool Runnings“, Palmer et l’équipe Dogecoin ont décidé de faire quelque chose pour remédier à ce problème.

Ils ont posté une adresse Dogecoin sur le subreddit, ainsi qu’une demande de dons. Quelques heures plus tard, ils avaient réuni 25 000 dollars, un geste qui symbolisait l’esprit des débuts de Dogecoin.

Plus tard, Palmer et Markus ont fait don de tous leurs DOGE à des organisations caritatives. Ils ont ainsi aidé à construire des puits d’eau au Kenya et ont collecté des fonds pour aider à former des chiens d’assistance pour les enfants autistes.

Le mirage a fini par s’estomper

À mesure que la communauté s’est développée, l’esprit initial dans lequel Dogecoin a été lancé a été difficile à préserver. Les gens ont commencé à s’inquiéter du cours du DOGE, et Markus a alors commencé à se heurter à des membres de la communauté. Pour lui, Dogecoin était encore une crypto “pour les nuls”.

En 2014, la capitalisation boursière de Dogecoin avait atteint près de 90 millions de dollars, si bien que de plus en plus de personnes voyaient dans cette cryptomonnaie une occasion de s’enrichir. Finalement, Markus a décidé que c’en était assez, et vers 2015, il a décidé de quitter l’aventure Dogecoin.

Plus tard, Palmer finira par quitter le projet également après un incident avec Moolah, un exchange de cryptomonnaies conçu pour faciliter l’achat et la vente de Dogecoin.

Alex Green, qui dirigeait Moolah, a commencé par distribuer des DOGE en échange de votes positifs sur le subreddit Dogecoin. Il a également fait des dons généreux à des œuvres de charité auxquelles la communauté a participé, avec par exemple 2 500 dollars à une association de lutte contre le cancer, ou 3 000 dollars pour aider à mettre en piste le véhicule Dogecoin Nascar.

Octobre 2014, cependant, Moolah a fait complètement faillite. En conséquence, de nombreuses personnes de la communauté Dogecoin ont fini par perdre beaucoup d’argent. La situation s’est encore aggravée lorsqu’on a découvert que le nom du réalisateur de Moolah n’était pas Alex Green mais Ryan Kennedy.

Comme si cela ne suffisait pas, la police britannique s’en est mêlée. Après une enquête de trois ans, Kennedy a dû faire face à de multiples accusations de fraude et de blanchiment d’argent, en plus d’accusations beaucoup plus graves comme le viol de trois femmes.

En janvier 2018, la capitalisation boursière de Dogecoin a dépassé les 2 milliards de dollars. Pourtant, ce chiffre a dégringolé tout au long de l’année et, en novembre, il atteignait à peine 250 millions de dollars.

Elon Musk et les redditors : la résurrection de Dogecoin


Dogecoin n’a plus donné lieu à beaucoup de discussions jusqu’à récemment. Fin janvier 2021, les redditors à l’origine de la hausse du prix de GameStop (GME) ont ensuite porté leur attention sur Dogecoin, provoquant une hausse de 250% de son prix.

Peu après, le fondateur de Tesla, Elon Musk, a déclenché une nouvelle explosion du cours du DOGE en publiant un tweet à son sujet, illustré par l’image d’une fusée décollant vers la lune. Enfin, Dogecoin a atteint son plus haut niveau historique le 16 avril 2021, avec une capitalisation boursière de plus de 50 milliards de dollars.

Comment cela a-t-il été possible ? Réfléxivité et mimétisme

Quelle est la différence entre un jeu et un actif financier ? Quand un jeu devient-il de la vraie finance ? À l’heure où la spéculation logicielle envahit le monde, la frontière entre réalité et jeu peut facilement s’estomper. Les phénomènes de réflexivité et de mimétisme sont en cause.

Le concept de réflexivité décrit les relations circulaires entre cause et effet, en particulier celles qui sont ancrées dans les structures de croyances humaines. Une relation réflexive est bidirectionnelle, dans laquelle la cause et l’effet s’influencent mutuellement, générant une boucle de rétroaction.

Le philosophe d’économie George Soros, influencé par les idées présentées par son tuteur, Karl Popper (1957), est l’une des figures qui a le plus étudié la pertinence de la réflexivité pour l’économie.

Selon Soros, la pensée a deux fonctions : la fonction cognitive et la fonction manipulatrice. Ces deux fonctions relient notre esprit et le monde dans des directions opposées.

Dans la fonction cognitive, la réalité détermine les opinions des gens. En d’autres termes, les faits façonnent nos pensées.

Dans la fonction de manipulation, les intentions des participants ont un effet sur le monde. Le sens de la causalité est inversé et nos pensées façonnent alors les faits.

Lorsque les deux fonctions opèrent en même temps, elles peuvent interférer ou interagir l’une avec l’autre. Les opinions des participants influencent ainsi le cours des événements et le cours des événements influence les opinions des participants.

L’influence est continue et circulaire ; c’est ce qui en fait une boucle de rétroaction, d’où la célèbre analogie de la roue. Les prix alimentent le désir, le désir alimente les prix.

Les actifs à haute réfléxivité, des ailes pour l’espoir humain

Tout ce qui nécessite une description au-delà des simples propriétés physiques est l’objet de la réflexivité. Les choses très réfléchies nécessitent une narration pour être comprises. De plus, les actifs réflexifs sont sujets à la volatilité, car leurs récits ont tendance à être extravagants.

Par exemple, si quelqu’un affirme que Bitcoin va révolutionner le monde, il s’agit d’une déclaration hautement réflexive. Cette déclaration est claire et succincte, mais pas immédiatement vérifiable, et déclenche donc la capacité humaine à croire en quelque chose. Dans ce cas, il s’agit de la promesse d’un monde meilleur et plus libre.

Dogecoin a commencé par une déclaration très réfléchie :

“Dogecoin va être la nouvelle star”.

C’est tout ce qu’il a fallu pour donner des ailes à l’espoir de beaucoup de gens, qui ont alors comméncé à y croire.

Plus tard, la nature charitable du projet avec des actions telles que le soutien à l’équipe jamaïcaine de bobsleigh ou la construction de puits d’eau au Kenya a sans aucun doute renforcé le récit de Dogecoin comme quelque chose de révolutionnaire venu contribuer à un monde meilleur, sans rien attendre en retour.

Le public a rapidement adhéré à l’idée et a voulu acheter la monnaie, ce qui a commencé à faire grimper son prix. Cela n’a fait qu’accroître le désir d’autres personnes d’avoir du DOGE, ce qui a accru la demande, qui a également fait augmenter le prix, amorçant ainsi le cercle réflexif.

Les redditters comme les tweets d’Elon Musk n’ont fait qu’accroître ce phénomène. La vérité est qu’il n’y a pas de projet solide derrière Dogecoin, et rien ne peut donc le limiter. Tout message, tout récit qui touche l’utilisateur, peut déclencher le désir de posséder du DOGE.

Un mème fonctionne par mimétisme

Cela dit, la déclaration de Jackson Palmer était également accompagnée de quelque chose de très important : un mème. Le biologiste évolutionniste Richard Dawkins a défini en 1976 le concept de mème comme une idée, un comportement ou un style qui se propage rapidement d’une personne à l’autre dans une culture.

Les mèmes sont conçus pour aider à transmettre un état émotionnel d’une manière facile à comprendre. Ils sont de grands générateurs d’empathie et reflètent une expérience partagée entre le créateur et le spectateur.

Le mème Doge original utilisé par Palmer montrait l’image d’un chien dont l’expression a rapidement généré une connexion avec le public, peut-être parce que la formidable expressivité de l’animal donnait lieu à une infinité d’interprétations.

Dogecoin est-il néfaste pour les cryptomonnaies ?

Le phénomène de Dogecoin a suscité de nombreuses critiques dans l’écosystème des cryptomonnaies. Beaucoup y ont vu l’excuse parfaite pour attaquer Bitcoin et les autres cryptos, les accusant d’être une bulle et mettant en garde contre le danger subi par tous ceux qui avaient investi dans le DOGE.

Cela dit, si une bulle spéculative est dangereuse pour les investisseurs les moins avertis, elle permet également d’attirer l’attention sur un secteur.

Dans le secteur des cryptomonnaies, il est clair qu’il existe des projets de nature disparate. Certains, comme Ethereum ou Bitcoin, ont une proposition solide et une adéquation produit-marché consolidée, et d’autres sont une blague comme Dogecoin.

Quoi qu’il en soit, les bulles spéculatives ne sont pas quelque chose de nouveau. Elles se sont déjà produites dans l’histoire et continueront très certainement à se manifester à l’avenir, car elles se forment grâce au désir, à la nostalgie et à la peur ; autant d’émotions qui font partie de la nature humaine.

Dogecoin est-il une bulle spéculative ? Dans ce cas, quand éclatera-t-elle ?

La formation d’une bulle suit plusieurs étapes. Il y a d’abord un engouement des investisseurs face à quelque chose de nouveau et de révolutionnaire, comme une technologie.

Viennent ensuite le boom et l’euphorie. Puis, les investisseurs avisés commencent à vendre et à prendre des bénéfices, ce qui commence à faire baisser le prix. Les investisseurs finissent par paniquer face à cette baisse, et la bulle éclate.

Robert J. Shiller, lauréat du prix Nobel d’économie 2013, définit dans son livre L’exubérance irrationnelle une bulle économique comme une situation dans laquelle la nouvelle d’une hausse des prix stimule l’enthousiasme des investisseurs, qui se propage par contagion psychologique de personne à personne.

L’enthousiasme amplifie les récits qui pourraient justifier la hausse des prix. Cela attire une catégorie croissante d’investisseurs qui, malgré leurs doutes sur la valeur réelle de l’investissement, y sont attirés en partie par l’envie de la réussite des autres et en partie pour le plaisir du jeu.

Toutefois, M. Shiller estime également qu’il est très difficile de savoir quand une bulle se terminera, ou même si elle se terminera. Le problème des bulles spéculatives est que le concept crée l’image mentale d’une bulle de savon en expansion, destinée à éclater soudainement et irrévocablement.

Cela dit, les bulles spéculatives ne se terminent pas si facilement. En réalité, elles peuvent se dégonfler quelque peu, au gré de l’histoire, puis regonfler.

C’est ce qui s’est passé avec Dogecoin après la faillite de Moolah en 2014, faisant dégongler le prix. En 2021, grâce aux redditors et à Elon Musk, le prix s’est à nouveau gonflé.

Le DOGE disparaîtra-t-il entièrement un jour ?

Les actifs hautement réfléchis comme le DOGE sont très volatils, précisément parce qu’ils dépendent d’un réci. Il n’y a pas de fondamentaux derrière eux qui puissent en soutenir le cours.

La capitalisation boursière du Dogecoin était d’environ 625 millions de dollars le 1er janvier 2021 et de plus de 50 milliards de dollars quatre mois et demi plus tard. Au moment de la rédaction de cet article, pourtant, sa capitalisation boursière est de 31 milliards, affichant une baisse de près de 40%.

Dans un an, elle pourrait avoir encore baissé de 90%, sans aucun doute, mais personne ne peut être sûr que dans deux ans, quelqu’un ne tweetera quelque chose sur le DOGE, et que son prix ne remontera pas vers de nouveaux sommets historiques.

Avis de non-responsabilité

Toutes les informations présentes sur notre site web sont publiées de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. Toute action entreprise par le lecteur sur la base des informations trouvées sur notre site web est entièrement à ses propres risques.
Sponsorisé
Share Article

Albert Dansa est un passionné de technologie et de tout ce qui traite de perturber les codes. Il investit depuis 2017 dans l'écosystème blockchain, en plus d'étudier et surveiller continuellement le secteur de la finance décentralisée. Albert a étudié la philosophie et la musique à Barcelone, passionné par la connaissance et tout ce qui peut faire évoluer l'être humain.

SUIVRE CET AUTEUR

L’ICO de Bit2Me VIENT DE DEMARRER! Achetez le token B2M dès maintenant.

J’achète!

Signaux de marché, études et analyses. Rejoignez notre chaîne Telegram dès aujourd’hui !

Rejoignez-nous