Craig S. Wright demande au tribunal de ne pas révéler publiquement ses adresses Bitcoin

Partager l’article
EN BREF
  • Les avocats de Craig Wright ont demandé au tribunal de sceller ses supposées adresses Bitcoin.

  • L'équipe légale de l'informaticien semble chercher à lui éviter de nouvelles humiliations publiques.

  • Ses avocats affirment que les clés publiques sont de l'ordre de ses finances personnelles et qu'elle ne devraient pas être révélées.

  • promo

    Participez à LA PLUS GRANDE ICO d’Espagne: achetez le B2M dès maintenant.

The Trust Project est un consortium international d'organismes de presse basé sur des normes de transparence.

L’équipe légale de Craig S. Wright (CSW) cherche actuellement à lui éviter de nouvelles humiliations publiques en demandant au tribunal de ne pas révéler les supposées adresses Bitcoin (BTC) de son client.

Sponsorisé



Sponsorisé

D’après Stephen Palley, partenaire du cabinet juridique de Washington Anderson Kill, l’équipe légale de CSW aurait présenté une requête au tribunal afin de ne pas révéler ses adresses Bitcoin. Dans le document, on lit notamment :

Le D. Wright a une bonne raison de rédiger et sceller les données personnelles que les plaintifs ont jointes à leur requête. Les informations financières personnelles sont indéniablement protégées par la clause de confidentialité stipulée.

Source: Twitter

Cette requête a été présentée quelques jours après que l’un des premiers mineurs du Bitcoin a signé un message cryptographique incluant 145 addresses. CSW avait affirmé être le propriétaire de ces adresses durant son bras de fer légal avec le domaine Kleiman. Dans son message, l’individu inconnu rejette les déclarations de M. Wright, lequel affirme être le fameux créateur du Bitcoin, connu sous le pseudonyme de Satoshi Nakamoto. Il l’a également traité de “menteur et d’escroc”.

Sponsorisé



Sponsorisé

L’équipe légal de M. Wright affirme pour sa part que les clés publiques font partie de ses finances personnelles et que la diffusion de celles-cis engendrerait “une forme ou probabilité de dommage”.

Le Bitcoin White Paper, ou “Code blanc du Bitcoin reconnaît la nécessité de maintenir l’anonymat des clés publiques, tout en incluant cependant une clause qui indique que quiconque peut “vérifier les signatures afin de s’assurer de la chaîne de possession”.

Le milieu crypto doute grandement de l’affirmation de CSW quant à son identité de créateur du Bitcoin. De même, plusieurs rapports de plagiat suivent cet informaticien australien. L’Université Charles Stuart a notamment déclaré qu’elle mènera une enquête au sujet d’accusations de plagiat de thèse doctorale faites contre M. Wright.

 

Vous souhaitez vous joindre à la communauté BeInCrypto?
Rejoignez gratuitement notre groupe
Telegram pour des nouvelles exclusives, des conseils de trading et une foule d’interactions avec d’autres passionnés de cryptomonnaies.  

 

Images gracieusement fournies par Shutterstock, TradingView et Twitter.

Avis de non-responsabilité

Toutes les informations présentes sur notre site web sont publiées de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. Toute action entreprise par le lecteur sur la base des informations trouvées sur notre site web est entièrement à ses propres risques.
Sponsorisé
Share Article

The opinion of BeInCrypto staff in a single voice.

SUIVRE CET AUTEUR

Signaux de marché, études et analyses. Rejoignez notre chaîne Telegram dès aujourd’hui !

Rejoignez-nous

Gagnez jusqu’à 10 000 USD chaque semaine avec l’AMM + Arena de CoinFLEX !

Gagnez dès maintenant