Les femmes peuvent trouver l’indépendance financière grâce aux cryptomonnaies

Partager l’article
EN BREF
  • Cette année, le nombre de femmes qui travaillent, échangent et investissent en cryptomonnaies a connu une nette augmentation.

  • Indépendance financière ou simple volonté d’investir, les raisons d’acheter de la cryptomonnaie sont variées.

  • Pourtant, le nombre de femmes impliquées dans la blockchain demeure faible.

  • promo

    Participez à LA PLUS GRANDE ICO d’Espagne: achetez le B2M dès maintenant.

The Trust Project est un consortium international d'organismes de presse basé sur des normes de transparence.

Les discussions autour de la place des femmes dans le monde de la cryptomonnaie sont récurrentes, le marché étant connu pour être dominé par les hommes. Toutefois, l’année 2021 a mis en évidence l’intérêt de plus en plus croissant des femmes à l’égard des monnaies virtuelles et de la blockchain. Ces dernières s’intéressent, investissent et travaillent plus que jamais dans le monde des cryptomonnaies.

Sponsorisé



Sponsorisé

Pour les professionnelles de la finance, il s’agit d’une longue histoire d’exclusion et de sexisme. La lutte des femmes dans le marché financier traditionnel est bien connue de tous.

S’agissant des carrières, atteindre des postes élevés est une lutte. Par exemple, en 2020, seulement 37 des 500 PDG du classement Fortune 500 étaient des femmes, ce qui était considéré comme un record.

Sponsorisé



Sponsorisé

Côté investissement, la finance traditionnelle a longtemps exclu les femmes. Jusqu’aux années 60, les femmes aux Etats-Unis avaient toujours besoin de la permission de leurs maris pour ouvrir un compte bancaire.

Bien que des progrès aient été réalisés, la façon dont les femmes sont abordées au sujet de l’argent demeure fortement genrée. Une étude a révélé que 65% des conseils financiers donnés aux femmes se focalisent sur la réduction des dépenses plutôt que sur des stratégies d’investissement intelligentes.

Cependant, une petite proportion de femmes impliquées dans le monde des cryptomonnaies commencent d’ores et déjà à marquer le territoire et de plus en plus de nouvelles entrantes les rejoignent.

Un nouvel élan de croissance 

On pourrait croire que Bitcoin est partout, notamment en raison du récent bull market qui attire de plus en plus d’opérateurs et d’autres parties intéressées. Pourtant, la croissance des femmes dans ce marché reste globalement lente.

Une étude menée par Grayscale auprès des investisseurs a révélé que seulement 15% des investisseurs en bitcoin sont des femmes. Cependant, 47% des femmes interrogées ont déclaré qu’elles envisagent d’investir dans le Bitcoin, soit une amélioration de 43% par rapport à 2019.

Dans l’ensemble, 2020 et 2021 ont connu une croissance beaucoup plus rapide des femmes dans le domaine de la cryptomonnaie. Selon une étude réalisée par CoinMarketCap, le premier trimestre 2020 a enregistré une hausse de 43,24% par rapport à la même période de l’année dernière.

En outre, l’étude a révélé que les pays européens et les États-Unis ont enregistré un taux de croissance de plus de 50%, mais ce sont les pays d’Amérique latine qui ont connu une réelle poussée de croissance, notamment le Venezuela, la Colombie et l’Argentine qui ont enregistré une croissance trimestrielle de plus de 80 %.

“Je pense que l’idée selon laquelle la cryptomonnaie est réservée aux hommes est fausse. Les femmes dépassent les hommes dans plusieurs domaines, et les communautés féminines sont plus soudées. Plus il y aura de femmes dans cette industrie, mieux ce sera, car la communauté est la base de toute fondation.”

Ales Kovalevich, PDG de BDC Consulting.

Bâtir une communauté de femmes dans l’espace crypto

Qu’il s’agisse des femmes ou des hommes, la croissance de la communauté crypto repose principalement sur le facteur relationnel et l’influence de l’entourage. Pour se lancer, beaucoup de personnes ont besoin des recommandations de leurs connaissances.

Selon un sondage réalisé par BDC Consulting auprès des femmes impliquées dans le domaine des cryptomonnaies, un tiers des femmes interrogées ont affirmé que la motivation principale qui les a poussées à se lancer dans la crypto était une recommandation d’une personne de leur réseau. Cela inclut les partenaires, les amis et les collègues de travail. 

“Les hommes me demandent souvent pourquoi la plupart des femmes ne s’intéressent pas à Bitcoin et aux actifs numériques. J’ai tendance à leur poser cette question en guise de réponse: qui vous a parlé de Bitcoin pour la première fois, et, dans votre vie quotidienne, avec qui discutez-vous de cryptomonnaies ? Les réponses révèlent souvent que les hommes ont tendance à évoquer ce sujet avec les autres hommes, beaucoup plus qu’avec les femmes”, explique Chloe White, responsable australienne de la feuille de route nationale de la blockchain citée dans le rapport de BDC.

Elle a ajouté :

“Je pense que cette tendance impacte de façon significative l’équilibre hommes-femmes dans les réunions de communautés et dans les forums virtuels, ainsi que le schéma de l’industrie dans son ensemble.”

Cela ne veut pas dire qu’il n’existe pas de communautés émergentes. Par exemple, les groupes de rencontre axés sur les femmes sont populaires. Ces espaces encouragent une plus grande participation, ce qui est essentiel pour une meilleure adoption de la cryptomonnaie.

“La cryptomonnaie et la blockchain permettent non seulement la génération de richesse à court terme, mais elles représentent également le prochain pilier des logiciels d’entreprise. Si nous voulons qu’un logiciel soit universellement adopté, nous ne pouvons pas nous permettre d’exclure des personnes qui représentent 50 % de notre future base d’utilisateurs. Les femmes ont leur place partout où les décisions sont prises”, souligne Christiana Cacciapuoti, vice-présidente senior en charge du marketing et de l’innovation chez MadHiveTech et directrice exécutive d’AdLedger.

Choisir la liberté financière grâce aux cryptomonnaies

Comme mentionné, l’indépendance financière des femmes est une possibilité relativement nouvelle. En conséquence, il n’est pas surprenant que cette liberté soit une priorité pour celles qui sont impliquées dans la cryptomonnaie.

La liberté financière est un moteur clé pour beaucoup de personnes dans le monde de la crypto. Cependant, il y a une dimension supplémentaire lorsqu’il s’agit des femmes, car en plus d’échapper aux systèmes fiduciaires gérés par les gouvernements, les cryptomonnaies suppriment également les obstacles rencontrés par les femmes. Ces derniers incluent les restrictions sur les comptes bancaires communs pour les femmes mariées et un accès plus simple à l’argent.

Selon l’enquête menée par BDC, 44% des personnes interrogées affirment qu’elles investissent dans les cryptomonnaies afin de trouver une indépendance financière.

Aliaksandr Dabranau, coordinateur du projet d’étude, explique :

“Nous étions impressionnés par le fait que, pour les femmes, la liberté financière constitue l’atout le plus important des cryptomonnaies. De plus, il était surprenant de constater que le concept de liberté soit si multidimensionnel et si bien développé.”

“Les femmes apprécient la simplicité des transferts d’argents, l’indépendance vis-à-vis de l’employeur et du budget familial ainsi que l’absence de restrictions pour les citoyennes de certains pays et beaucoup d’autres expressions de liberté”, souligne-t-il.

Un environnement hostile

Cependant, bien qu’il puisse y avoir une amélioration de la croissance et de l’intérêt des femmes pour la crypto, cela ne veut pas dire que les barrières d’entrée ont été supprimées.

Certaines communautés crypto peuvent être peu accueillantes. La plupart des problèmes rencontrés sont les mêmes que ceux qui suivent les femmes dans les industries dominées par les hommes depuis bien des années.

Il s’agit notamment du harcèlement et du manque d’inclusion. Sans surprise, les personnes interrogées par BDC ont estimé que les informations et les espaces relatifs aux cryptomonnaies sont créés par les hommes et pour les hommes. Cela peut correspondre à des événements ou même des espaces communautaires sur Discord ou Telegram.

Certains ont constaté que les hommes se comportaient différemment avec les membres de ces espaces virtuels dès lors qu’ils réalisaient qu’il s’agissait de femmes. Cela inclut notamment le harcèlement sexuel. D’autres ont répondu qu’elles sont les bienvenues, puisqu’il y a si peu de femmes dans ces communautés. Proprement dit, les femmes sont considérées comme une exception surprenante plutôt qu’une règle.

Pour Dylan Kranz, PDG de Linum Labs, les facteurs entravant l’accès des femmes à la blockchain font partie d’un problème plus vaste dans les domaines de la technologie et des STEM :

“Je pense que le changement vient du fait que les gens s’habituent davantage à la technologie dans son ensemble. Il est également difficile de faire la différence entre la blockchain envers les femmes et la technologie dans son ensemble envers les femmes.”

“Nous l’avons vu avec beaucoup de secteurs des sciences et des technologies où l’implication des femmes était relativement faible, mais les choses commencent à s’améliorer. En effet, cela commence dès le préscolaire et le lycée, les femmes n’étant pas particulièrement prédisposées à poursuivre les mêmes carrières que leurs homologues masculins. Mais ce schéma commence à changer et nous constatons désormais que le nombre de femmes qui se lancent dans ces industries devient de plus en plus important”, explique-t-elle.

Plus grande est la participation, mieux sont les résultats

Cette croissance est considérée positive par les femmes qui sont déjà dans les mondes de la crypto et de la blockchain. Ales Kovalevich explique que cet espace dominé par les hommes ne doit pas exclure celles qui veulent s’y joindre, d’autant plus qu’elles constituent des acteurs importants pour atteindre une plus grande diversité.

“La première femme conductrice de camion-snack a aussi rencontré des problèmes au début, non pas parce que c’est un métier difficile, mais parce que c’est considéré comme un métier d’homme. On pense à tort que les cryptomonnaies et la finance sont toujours exclusifs aux hommes, mais ce n’est qu’un stéréotype, et sentir qu’elles ne sont pas seules est important pour ces femmes qui contribuent à faire avancer l’industrie”, affirme-t-il.

En outre, les groupes minoritaires sont de plus en plus renforcés par l’accroissement de leurs membres. Pour les femmes qui intègrent ce monde, un soutien accru de la part des personnes déjà impliquées est essentiel.

Surbhi Audichya, développeuse blockchain chez Hifi Finance, explique :

“Alors que de plus en plus de femmes intègrent la technologie blockchain, elles ouvrent de nouveaux horizons aux autres femmes à travers le monde. Elles apporteront leur soutien aux femmes qui devaient faire face à l’isolation en exerçant des métiers à prédominance masculine.”

“La blockchain a absolument besoin de vous. Au premier abord, cela risque d’être un peu intimidant, mais cet espace est vraiment encourageant. J’ai rencontré des développeurs formidables qui m’ont aidée tout au long de mon aventure dans la blockchain”, précise-t-elle.

Certaines femmes ne sont pas prises en compte

Tandis que le nombre de femmes impliquées dans la blockchain s’améliore peu à peu, d’autres questions doivent être soulevées, notamment : quelles sont les catégories de femmes incluses dans les études sur les cryptomonnaies ?

En effet, tout comme les études sur la finance mondiale, les études relatives aux cryptomonnaies ont tendance à s’intéresser uniquement aux pays développés et à négliger les habitants des pays où les circonstances sont différentes. 

Pour la communauté crypto en général, ce n’est pas toujours le cas. Les cryptomonnaies et la technologie blockchain ont constitué des outils importants pour les habitants des pays en développement.

Cependant, le sondage de BDC Consulting n’a pas puisé dans les spécificités socio-économiques et régionales, chose qui est très courante dans ce type de sondages.

Par exemple, les personnes interrogées venaient en grande partie des Etats-Unis, d’Europe et d’Asie, alors que les Nigérians représentaient l’ensemble du continent africain. 

Le Nigeria représente un gros marché de cryptomonnaie dans le continent, mais il demeure une région particulière avec un ensemble spécifique de contextes économiques et culturels.

La faute ne revient pas à l’enquête, car il doit y avoir des paramètres et une portée. Mais cela signifie tout de même qu’il y a des personnes que l’on laisse de côté lorsqu’on évalue l’implication des femmes dans les cryptomonnaies.

Avis de non-responsabilité

Toutes les informations présentes sur notre site web sont publiées de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. Toute action entreprise par le lecteur sur la base des informations trouvées sur notre site web est entièrement à ses propres risques.
Sponsorisé
Share Article

Nachdem sie im Nachrichten- und Lifestyle-Journalismus gearbeitet hatte, beschloss Leila, ihr Interesse an Kryptowährungen und Blockchain in ihren Job zu bringen. Sie leitet jetzt den Feature and Opinions Desk bei BeinCrypto, der perfekt zu ihrer Begeisterung für die sozialen und politischen Auswirkungen von Crypto passt.

SUIVRE CET AUTEUR

Signaux de marché, études et analyses. Rejoignez notre chaîne Telegram dès aujourd’hui !

Rejoignez-nous

Signaux de marché, études et analyses. Rejoignez notre chaîne Telegram dès aujourd’hui !

Rejoignez-nous