Coin burn : pourquoi détruit-on de la crypto ?

Partager l’article
EN BREF
  • Le coin burn : la destruction d'unités de cryptomonnaies.

  • Il s’agit de limiter le nombre d’unités de cryptomonnaie en circulation en les détruisant, afin de pouvoir faire augmenter leur prix.

  • Binance est la blockchain qui utilise le plus la pratique de coin burn

  • Ethereum s'apprête a utilisé cette méthode de destruction de tokens.

  • promo

    Participez à LA PLUS GRANDE ICO d’Espagne: achetez le B2M dès maintenant.

The Trust Project est un consortium international d'organismes de presse basé sur des normes de transparence.

Le coin burn, où combustion de pièces crypto, est une pratique largement utilisée par les gros propriétaires de cryptomonnaies. L’utilité principale est de faire augmenter la valeur des tokens. La blockchain de Binance utilise déjà de manière assumée cette technique. Cela sera le cas très bientôt pour l’Ethereum.

Sponsorisé



Sponsorisé

L’utilité du coin burn

Premièrement, l’expression “coin burn” se traduit littéralement en français par « brûlage de pièce ». Cela désigne une pratique particulière, comme son nom l’indique, la destruction d’unités de cryptomonnaies. Alors, une question se pose : pourquoi user de cette pratique et se séparer d’argent virtuel que nous possédons?

Si à première vue le coin burn semble contre-intuitif, il est en réalité le fruit d’un raisonnement très logique des mineurs, et ce, même si le prix que certains tokens atteignent et l’énergie nécessaire pour les miner sont affolants.

Sponsorisé



Sponsorisé

Dans le principe, il s’agit pour eux de limiter le nombre d’unités de cryptomonnaies en circulation afin de pouvoir faire augmenter leur prix. En effet, plus quelque chose est rare, et plus cette chose prend de la valeur. La destruction volontaire de ces unités permet donc de tirer artificiellement les prix vers le haut.

Le token de la plateforme d’échange crypto Binance est sans doute le cas de coin burn le plus connu du marché. Binance brûle en effet régulièrement d’énormes quantités de BNB. L’entreprise affirme que sa volonté est de stabiliser son prix et de mieux le maitriser sur le long terme.

En outre, la blockchain n’a pas un nombre de Binance Coin prédéfini. Il est donc très important et intéressant pour eux de détruire ces BNB. C’est ce qu’elle fait tous les trimestres. Par exemple, lors du dernier burn, qui a eu lieu le 18 juillet 2021, ce sont 1 296 728 BNB qui ont été détruits, soit plus de 393 millions de dollars.

Pour comprendre mieux le lien entre coin burn et augmentation du prix du token il suffit d’observer le cas de l’entreprise Stellar. En novembre 2019, elle a fait le choix de détruire les unités de sa cryptomonnaie XLM en sa possession. En détruisant plus de 55 milliards d’unités (sur un total de 85 milliards en circulation), Stellar a fait grimper la valeur d’un XLM de 25 % en un jour.

Le déroulement et les risques de cette pratique

“Bruler des tokens” est une pratique assez simple. Il suffit d’envoyer une quantité déterminée d’unités de cryptomonnaie sur une eater adress (adresse mangeuse), c’est-à-dire un portefeuille de cryptos qui n’appartient à personne, et qui est verrouillé. Le portefeuille est en réalité un portefeuille qui n’a pas de clé. Personne ne pourra jamais accéder aux cryptos qui y sont stockées. Elle sont inutilisable, comme si elles étaient détruites. Pour plus de transparence, les adresses de ces portefeuilles sont publiques et les transactions sont consultables par tout le monde.

En outre, il n’y a pas que des avantages au coin burn. Si la pratique porte beaucoup d’ambition notamment en ce qui concerne la hausse de la valeur d’un token, elle ne garantie pas que les cryptomonnaies restantes vont prendre de la valeur. Même si elles en prennent, les bénéfices associés ne durent pas forcément dans le temps, en témoigne l’exemple de Stella encore une fois, qui après son coin burn a vu la valeur du XLM progressivement chuter, jusqu’à atteindre à nouveau le niveau d’avant le burn — et même d’aller plus bas.

Ethereum : bientôt du coin burn ?

Comme nous l’avons déjà dis, Binance Smart Chain est la blockchain qui use le plus du coin burn, mais toutes les cryptomonnaies n’utilisent pas cette méthode. C’est notamment le cas pour Bitcoin, qui ne détruit pas d’unités. La cryptomonnaie étant limitée à 21 millions d’unités, le coin burning serait complètement contre-productif — surtout au vu du prix et de la quantité d’énergie nécessaire à la production d’un seul BTC.

Pour l’Ethereum, les choses sont différentes. La cryptomonnaie ne pratique pour l’instant pas le coin burn. Cependant, le déploiement de l’Ethereum Improvment Proposal 1559 le 4 août 2021 va surement changer les choses.

En effet, pour chaque future interaction sur la blockchain, des ETH seront détruits. Pour l’instant, pour chaque transaction sur la blockchain, un gaz fee (frais de gaz) qui peut atteindre des sommes très importantes est prélevé par les mineurs. Le déploiement permettra de mettre un gaz fee fixe sur la blockchain, et de réduire le nombre d’ETH disponibles, ce qui devrait plaire aux investisseurs.

Avis de non-responsabilité

Toutes les informations présentes sur notre site web sont publiées de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. Toute action entreprise par le lecteur sur la base des informations trouvées sur notre site web est entièrement à ses propres risques.
Sponsorisé
Share Article

Noé est de formation rédacteur publicitaire. Après des années d'expériences dans des groupes tels que Publicis ou DDB, son intérêt pour la crypto-monnaie l'a conduit à intégrer l'équipe BeInCrypto où il rédige maintenant des articles sur des sujets qui le passionnent allant des NFT à la blockchain dans sa globalité.

SUIVRE CET AUTEUR

L’ICO de Bit2Me VIENT DE DEMARRER! Achetez le token B2M dès maintenant.

J’achète!

Signaux de marché, études et analyses. Rejoignez notre chaîne Telegram dès aujourd’hui !

Rejoignez-nous