Marché des prêts décentralisés : une crise se profile à l’horizon

Partager l’article
EN BREF
  • Grâce à tous les avantages qu’il offre, le marché des prêts décentralisés a la capacité de se développer de façon exponentielle.

  • En obligeant les emprunteurs à “sur-garantir” leurs prêts, les plateformes de prêt n’agissent pas comme des banques, mais plutôt comme des prêteurs sur gages.

  • Si certains problèmes sont résolus, la finance décentralisée peut devenir un marché important pour les prêts aux entreprises et un grand pilier du secteur financier mondial.

  • promo

    BeInCrypto France – Trading et actualités S’abonner

The Trust Project est un consortium international d'organismes de presse basé sur des normes de transparence.

Au cours des dernières années, les prêts DeFi ont connu une croissance remarquable. Aujourd’hui, ce segment de la finance décentralisée (DeFi) représente près de la moitié du volume total des transactions du marché, soit environ 40 milliards de dollars selon Statista.

Compte tenu de la flambée de la demande et de l’énorme base de prêteurs potentiels, cette expansion est loin d’être terminée, selon les experts. En effet, grâce à tous les avantages qu’il offre par rapport aux prêts traditionnels, le marché des prêts décentralisés peut croître de façon exponentielle.

Source de l’image : Statistica

Le principal avantage de ce marché est l’augmentation importante du nombre de prêteurs potentiels. La nature ouverte de la finance décentralisée (DeFi) permet à tout utilisateur de cryptomonnaies de devenir prêteur s’il est prêt à prendre le risque. Mais d’autre part, les risques liés au crédit sont moins importants au sein du système décentralisé. Car en effet, les informations sur la situation financière des emprunteurs sont plus transparentes que dans le système financier traditionnel.

Des coûts moins élevés pour les emprunteurs

Le marché des prêts décentralisés permet aux emprunteurs de faire des économies importantes, puisqu’il leur donne la possibilité de rencontrer des prêteurs sans recours aux intermédiaires. De plus, les emprunteurs peuvent interagir simultanément avec plusieurs pools de prêteurs, ce qui leur permet d’obtenir des taux plus avantageux.

Depuis l’arrivée des protocoles de crédit Aave et Compound, donner et recevoir des prêts en cryptomonnaies est devenu monnaie courante. En effet, ces protocoles permettent aux utilisateurs de prêter des crypto-actifs contre des intérêts ou d’utiliser leur valeur comme garantie pour emprunter d’autres actifs. 

Cela dit, plusieurs analystes ont souligné que ces plateformes qui obligent les emprunteurs à “sur-garantir” leurs prêts, n’agissent pas comme des banques, mais plutôt comme des prêteurs sur gages. En effet, lorsqu’une personne veut emprunter de l’argent sur ces plateformes, elle doit déposer une garantie moyenne de 120% du montant du prêt.

L’inefficacité de ce système est évidente : déposer 120 $ de garantie pour obtenir un prêt de 100 $ ne peut être avantageux que dans un nombre très limité de cas, comme la spéculation à court terme ou le trading à effet de levier. Mais aujourd’hui, ce système de garantie est le plus courant au sein de la DeFi, car le mécanisme traditionnel d’évaluation de la solvabilité des emprunteurs (cote de crédit) ne peut y être appliqué. La raison est simple : presque toutes les transactions se font de manière anonyme. Cela signifie qu’il est tout simplement impossible d’établir un historique de crédit pour les emprunteurs.

Les garanties trop élevées ralentissent le marché des prêts décentralisés

Il est de plus en plus évident que ce système de garanties excessives sur les prêts, constitue le principal obstacle au développement à la fois des prêts décentralisés et de l’ensemble du secteur de la DeFi. Et la crise peut éclater à tout moment. Selon un nouveau rapport de Messari, au troisième trimestre de cette année, les fournisseurs de liquidité sur Compound ont reçu les taux d’intérêt les plus bas sur leurs contributions depuis le lancement de la plateforme.

Les taux d’intérêt ont chuté principalement en raison de l’afflux de nouveaux prêteurs qui espèrent générer des gains. Et même si l’augmentation du volume des crédits reste supérieure à la croissance du montant des dépôts (57% contre 48%), cet écart se réduit rapidement et va bientôt disparaître. En d’autres termes, l’offre de prêts dépassera la demande. Cela peut entraîner une forte baisse des revenus des prêteurs et un effondrement du marché des prêts décentralisés.

Selon Messari, en raison de la baisse des taux d’intérêt sur les prêts, les revenus des prêteurs ont chuté de 19% (passant de 96 millions de dollars à 78 millions de dollars) au troisième trimestre 2021. Pour inverser cette tendance, les protocoles doivent commencer à accorder des prêts avec de faibles garanties ou, idéalement, sans garanties. Ce sera une étape importante dans l’évolution du secteur. Sans oublier que cela ouvrira des opportunités pour les prêts décentralisés aux entreprises et sauvera la DeFi de la stagnation.

Une stagnation imminente du marché des prêts décentralisés

Il n’y a pas de solutions simples pour ce problème. C’est pourquoi plusieurs entreprises luttent contre la stagnation imminente en offrant des conditions plus attrayantes aux clients, que ce soit en termes de volume de garanties et de taux de prêts. L’exemple le plus parlant est le projet Liquity, lancé en avril, qui propose des prêts sans intérêts où les emprunteurs doivent maintenir un taux de garantie minimum de “seulement” 110%. Malheureusement, les avantages que cette nouvelle offre promet aux emprunteurs ne sont pas encore clairs.

D’autres projets ont choisi de se concentrer sur la protection des clients contre la volatilité du marché crypto en général, et du marché des prêts décentralisés en particulier. Ainsi, les prêts à taux fixe ont le vent en poupe en ce moment. En juin, Compound Labs a lancé un produit appelé “Compound Treasury”, qui garantit les dépôts à un taux d’intérêt fixe de 4% par an. Compound espère que le Trésor génèrera plus de liquidités libellées en dollars, ce qui pourrait rendre les taux de prêt plus attractifs pour les emprunteurs.

Pourtant, ces demi-mesures ne peuvent que retarder la crise du marché des prêts décentralisés. Il devient également clair que la DeFi ne peut pas franchir la prochaine étape de son développement sans offrir des prêts décentralisés aux entreprises. Mais, le problème est que les entreprises ne contracteront jamais de prêts avec des garanties complètes.

L’avenir appartient aux obligations

Comment peut-on résoudre le problème des prêts sans garanties complètes ? Seuls quelques projets ont accepté de relever ce défi. Aave, qui est le principal concurrent de Compound Labs, développe actuellement une forme limitée de prêt sans garantie, via un mécanisme de délégation de prêt. Ce modèle transfère la responsabilité de la garantie à l’assureur de la dette, qui assume également la responsabilité du recouvrement. Ainsi, le client final reçoit son prêt avec une garantie partielle, voire sans aucune garantie. Cependant, l’intégration de l’assureur de la dette dans le processus rendra sans doute les prêts plus chers pour l’emprunteur et réduira les bénéfices du prêteur.

Cream Finance a lancé ce genre de modèle cette année via Iron Bank. Ce service offre des prêts avec peu de garanties à un nombre limité de mandataires, dont la fiabilité a été préalablement évaluée par les experts de Cream Finance. Cela dit, on ne sait toujours pas comment Cream prévoit de rembourser les fournisseurs de liquidités si un emprunteur agréé ne restitue pas l’argent.

Le système de DeBond

DeBond, un autre nouveau projet, a réussi à construire un schéma qui ressemble beaucoup aux pratiques courantes du marché traditionnel. La société fournit un financement par emprunt en utilisant des obligations.

Ce modèle nécessite que l’emprunteur potentiel dépose ses actifs numériques dans un contrat intelligent et définisse les critères du prêt, notamment la durée, le montant, le taux d’intérêt, la date et le montant de chaque échéance. De plus, l’utilisateur peut choisir tous ces paramètres individuellement, en fonction de ses propres besoins et capacités. 

Ce modèle basé sur les contrats intelligents est très similaire aux obligations traditionnelles, dans la mesure où l’emprunteur peut même choisir le type de prêt (taux fixe ou variable). Ensuite, lorsque tous les critères sont déterminés, le contrat intelligent est placé sur un site web d’enchères, où le prêteur peut acheter l’obligation si les conditions proposées l’intéressent. À l’issue de ce processus, l’émetteur reçoit un prêt et le prêteur reçoit un gage et son argent, le tout étant garanti par un contrat intelligent.

Mais ce n’est pas tout : le nouvel algorithme EIP-3475 qu’utilise DeBond permet au prêteur d’émettre des dérivés sur les prêts en cours, en les regroupant dans de nouvelles obligations avec différentes combinaisons de risque et de rendement. Ces dérivés peuvent être échangés sur le marché secondaire, via la plateforme de DeBond. Ainsi, le risque de crédit se partage entre tous les fournisseurs de liquidité. En comparaison avec les autres protocoles DeFi, il s’agit d’un avantage majeur pour le prêteur. En ce qui concerne l’emprunteur, le principal avantage est que la garantie ne sera pas liquidée si sa valeur tombe en dessous du seuil établi de 110-150%.

Les prêts obligataires

La focalisation de DeBond sur le mécanisme des prêts obligataires semble justifiée, puisque les obligations sont aujourd’hui le principal instrument de prêts aux entreprises. Fin 2020, les obligations libellées en dollars ont totalisé près de 21 000 milliards de dollars, dépassant ainsi 132,5% du PIB nominal américain. À titre de comparaison, nous pouvons appliquer le même ratio à la capitalisation totale du marché de la DeFi, qui est légèrement supérieure à 52 milliards de dollars. Cela implique que le volume du marché obligataire dans ce segment devrait être de 69 milliards de dollars.

Si la DeFi parvient à lancer des instruments similaires aux obligations traditionnelles, elle peut devenir un marché important pour les prêts aux entreprises et un grand pilier du secteur financier mondial. Et, comme Cream Finance l’a noté à juste titre dans sa présentation, le marché des prêts bancaires directs, qui vaut 70 milliards de dollars, est “une somme dérisoire par rapport à la taille de l’ensemble de la dette des entreprises américaines qui, à la fin de l’année 2020, a dépassé les 10 000 milliards de dollars”.

Avis de non-responsabilité

Toutes les informations présentes sur notre site web sont publiées de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. Toute action entreprise par le lecteur sur la base des informations trouvées sur notre site web est entièrement à ses propres risques.
Share Article

Julia is a researcher and journalist who covers the latest trends in finance and technology. Her works are featured by popular fintech magazines, including Investing, SeekingAlpha, Cointelegraph and Bitcoinist.

SUIVRE CET AUTEUR

La série de NFT populaire lance sa monnaie.

Tradez ApeCoin!

Gagnez jusqu’à 10 000 USD chaque semaine avec l’AMM + Arena de CoinFLEX !

Gagnez dès maintenant