Metaverse : après le krach de la crypto, les mondes virtuels eux aussi sous perfusion

Partager l’article
EN BREF
  • Contrairement aux idées reçues, le metaverse n'a pas échappé au krach des cryptomonnaies.

  • Malgré une grande attractivité, le metaverse éprouve quelques difficultés à retrouver sa splendeur.

  • Les mondes virtuels se maintiennent mais quelques fragilités pourraient les faire plonger à leur tour.

  • promo

    Discutez des sujets les plus brûlants avec des traders et la communauté crypto sur Telegram S’abonner

The Trust Project est un consortium international d'organismes de presse basé sur des normes de transparence.

Le metaverse semblait ne pas connaître la crise. Suite à la chute des monnaies numériques, les mondes virtuels ont continué d’attirer du monde, sans toutefois garder la tête hors de l’eau.

Un marché à succès… ou presque

Le krach de la crypto a obligé les investisseurs à se tourner vers des projets moins risqués, et surtout moins soumis aux caprices de l’économie. Certains d’entre eux n’ont pas eu à chercher bien loin puisque le metaverse, qui semblait à première vue peu touché, leur a ouvert des bras. Il s’agissait malheureusement d’une illusion.

Selon un rapport publié par Kraken Intelligence et datant du mois de mai, soit en plein krach de la crypto, les jetons liés au metaverse ont fait preuve d’excellentes performances. En tout, on estime que ces derniers ont bénéficié d’une hausse moyenne de près de 400% en un an.

Si l’on considère les performances sur 1 an, le secteur du metaverse a largement surperformé le marché en glissement annuel avec un rendement de +389%. Ceci inclut des actifs tels que Decentraland (MANA), Sandbox (SAND) et Axie Infinity (AXS). La performance reste positive avec l’inclusion de projets tels que Apecoin (APE) et STEPN (GMT).

Extrait du rapport publié par Kraken Intelligence
Source : rapport publié par Kraken Intelligence

Un tel phénomène pourrait s’expliquer par l’intérêt constant de la communauté crypto pour les mondes virtuels, qui étaient alors tout à fait nouveaux. Alors que la mode leur offrait toutes ses faveurs, les utilisateurs se sont précipités pour acheter un terrain virtuel et donc se servir de ces fameuses pièces liées au metaverse. Les plus gourmands ont pu spéculer sur leur prix à loisir comme ils le faisaient sur le cours du Bitcoin par exemple, tout en trouvant un public d’acheteurs.

Le marché du NFT, qui a fait des mondes virtuels une véritable marketplace et qui jouit encore de toute sa popularité, joue également un rôle dans le phénomène. Quant aux différentes marques, elles n’ont jamais cessé de manifester leur intérêt pour le metaverse et ont également continué d’y affluer.

D’un point de vue plus large, le metaverse a également pu devenir l’échappatoire des investisseurs lésés et de la population qui, touchée durement par les nouvelles de guerre et l’inflation mondiale, y a trouvé une bouffée d’air frais grâce à son côté récréatif et virtuel. S’est ainsi créé tout un écosystème de visiteurs qui ont permis à l’économie du crypto-metaverse de grandir et à leurs pièces d’atteindre les 400% de hausse en quelques mois.

Néanmoins, contrairement aux idées reçues, le metaverse n’a pas échappé au krach de la crypto qui a fauché l’industrie et mis fin à la hausse constante des jetons associés. Si les mondes virtuels restent populaires et que les investissements continuent aujourd’hui d’affluer, les jetons qui y sont liés ont vu leur cours chuter au même titre que n’importe quelle autre cryptomonnaie.

L’économie du metaverse reste toujours fragile

Le metaverse est loin d’être tiré d’affaire. Certains investisseurs qui se sont rabattus sur son économie ainsi que sur celle des NFT pour continuer à spéculer n’ont fait que renforcer la fragilité de sa bulle qui pourrait exploser à son tour d’un moment à l’autre. Plus sa popularité augmente, plus les risques sont présents.

Malheureusement, pour Tony Tran, fondateur de la société Peer qui travaille sur l’élaboration de technologies destinées au metaverse, la crypto sphère n’est pas équipée pour faire face à un tel événement. Au contraire, les mondes virtuels auraient émergé trop tôt, avant même que la blockchain ne se soit construite une structure solide.

Tout le monde s’efforce de rendre la blockchain sécurisée, rapide et aussi décentralisée que possible, mais nous soutenons que ce n’est pas le bon problème à résoudre. C’est comme si on construisait des autoroutes à grande vitesse sans aucune ville ! Tout dans la blockchain tourne autour du trading, des jetons aux NFT. Mais pour apporter la blockchain aux masses, nous devons faire ce que l’expérience de bureau a fait pour l’interface utilisateur de la ligne de commande : nous devons cacher les complexités de la blockchain et exposer les possibilités afin que les gens normaux puissent l’utiliser. […] Plutôt que d’amener le monde physique dans le cyberespace, nous commençons à cartographier le cyberespace directement sur le monde physique.

Extrait d’une intervention de Tony Tran pour le média Decrypt

Avis de non-responsabilité

Toutes les informations présentes sur notre site web sont publiées de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. Toute action entreprise par le lecteur sur la base des informations trouvées sur notre site web est entièrement à ses propres risques.
Share Article

Après avoir parcouru le monde en tant qu'artiste, Laure Elizabeth a décidé de se poser et de se plonger dans le monde de la cryptomonnaie. Basée en France, elle compte plusieurs années d'expérience dans le journalisme et la traduction dans différentes langues. Elle se consacre désormais à informer le public des dernières nouvelles du secteur.

SUIVRE CET AUTEUR