Binance : les régulateurs européens se penchent sur les tokens d’action

Partager l’article
EN BREF
  • Les régulateurs européens cherchent à savoir si les tokens de Binance sont conformes aux règles relatives aux valeurs mobilières.

  • De plus en plus de régulateurs pensent que les tokens d'actions sont des valeurs mobilières.

  • Binance affirme que les tokens d'actions n'ont pas besoin de prospectus.

  • promo

    Rejoignez notre groupe telegram et recevez des analyses crypto et signaux de trading quotidiens!

The Trust Project est un consortium international d'organismes de presse basé sur des normes de transparence.

Les régulateurs européens cherchent à savoir si Binance respecte les règles relatives aux valeurs mobilières après le lancement de ses tokens d’actions.

Sponsorisé



Sponsorisé

La semaine dernière, Binance a commencé à offrir des tokens d’actions, ou “stock tokens”, qui valent l’équivalent des actions d’une entreprise.

Initialement lancés avec Tesla, Binance propose désormais des tokens d’actions pour les actions de son rival, l’exchange de cryptomonnaies Coinbase.

Sponsorisé



Sponsorisé

Les tokens sont disponibles pour les utilisateurs en dehors des États-Unis, de la Chine et de la Turquie. Cependant, les régulateurs européens examinent maintenant Binance pour voir si ces nouvelles offres sont conformes à la réglementation sur les valeurs mobilières.

L’approche des régulateurs européens

Les régulateurs financiers d’Europe tentent de déterminer si les tokens respectent les règles régissant la transparence et les divulgations des entreprises.

La Financial Conduct Authority (FCA) du Royaume-Uni a déclaré qu’elle “travaille avec l’entreprise pour comprendre le produit, les réglementations qui peuvent s’y appliquer et la manière dont il est commercialisé”.

Cela dit, la FCA a également indiqué qu’il incombe finalement aux entreprises de déterminer si leurs produits relèvent de la compétence du régulateur.

De son côté, le régulateur allemand BaFin a refusé de commenter spécifiquement le cas de Binance, invoquant des “obligations de confidentialité”.

La BaFin a toutefois déclaré qu’elle considérait ces tokens comme des titres, “si les tokens sont transférables, peuvent être échangés sur un exchange de cryptomonnaies et sont dotés de droits économiques tels que des dividendes ou des règlements en espèces.”

À ce titre, le régulateur affirme que les offres de valeurs mobilières obligent les entreprises à publier un prospectus.

Un prospectus ? Pas selon Binance

Selon Binance, un prospectus n’est pas nécessaire car les tokens ne sont pas transférables aux clients d’autres exchanges.

De plus, les utilisateurs règlent généralement les tokens avec le propre stablecoin de la plateforme (BUSD), plutôt qu’en espèces. Binance a également noté que les tokens ne confèrent pas les mêmes droits de vote que les détenteurs d’actions.

“Actuellement, les utilisateurs n’achètent et ne vendent les tokens que de et vers CM-Equity AG, ce qui ne nécessite pas de prospectus”, explique Binance.

La société maintient que les tokens d’actions sont un produit de CM-Equity, qui est conforme aux règles Mifid II de l’UE sur les marchés et à la réglementation bancaire de la BaFin.

Dans l’accord de service relatif aux tokens d’actions et dans les documents sur les risques clés, Binance souligne également que CM-Equity est responsable de la gestion des services financiers.

Ceux-ci comprennent la garde des actions acquises, ainsi que les contrôles de conformité et de connaissance du client (KYC). Le groupe d’investissement basé à Munich affirme que les tokens fonctionnent comme un certificat pour un échange de rendement total.

Cependant, certains avocats estiment que le statut réglementaire des tokens se situe dans une zone grise. Selon eux, Binance n’indique pas clairement si les tokens d’actions sont des titres ou des produits dérivés.

“Pris ensemble avec les informations de Binance, ce n’est tout simplement pas cohérent”, a déclaré Thomas Tüllmann, un partenaire du cabinet d’avocats Eversheds Sutherland basé à Hambourg. “À la place de la BaFin, je leur écrirais immédiatement pour leur demander où se trouve le prospectus”.

Avis de non-responsabilité

Toutes les informations présentes sur notre site web sont publiées de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. Toute action entreprise par le lecteur sur la base des informations trouvées sur notre site web est entièrement à ses propres risques.
Sponsorisé
Share Article

Nick is an Oral Communication Skills Professor and Data Science Specialist in Budapest, Hungary with an MSc in Business Analytics. He is a relative latecomer to the field of cryptocurrency and blockchain technology, but is intrigued by its potential economic and political usage. He can best be described as an optimistic center-left skeptic.<a href="mailto:editorinchief@beincrypto.com">Email him!</a>

SUIVRE CET AUTEUR

Des prévisions crypto sur le meilleur canal Telegram de signaux, avec une précision de 70% !

Rejoignez-nous

Signaux de marché, études et analyses. Rejoignez notre chaîne Telegram dès aujourd’hui !

Rejoignez-nous