La Banque centrale du Japon a nommé un économiste en chef au département chargé de s’occuper des monnaies numériques de banques centrales (CBDC, ou central bank digital currency).

Selon un rapport de Reuters, la Banque du Japon (BOJ) a annoncé vendredi que le responsable senior Kazushige Kamiyama dirigera désormais le département des paiements et règlements. Ce dernier sera également responsable des recherches des CBDC.

Le Japon se concentre sur les recherches sur les CBDC

Kamiyama a occupé de nombreux postes clés au sein de la banque centrale. Il a dirigé la division de la planification de la politique, le département des affaires monétaires, le groupe des marchés, le département des marchés financiers, ainsi que le département de la recherche et des statistiques.

L’économiste a également dirigé les initiatives visant à utiliser davantage de technologies de grandes données dans l’analyse de l’économie. Ces activités ont aidé la BOJ à suivre en temps réel les changements affectant l’économie pendant l’épidémie du Covid-19.

Le département des paiements et des règlements de la BOJ a mené des recherches en association avec d’autres banques centrales sur le rôle des CBDC. Ces recherches se sont concentrées sur l’impact que la présence croissante des CBDC aurait sur les banques centrales.

Dans une déclaration, la BOJ a révélé que Seisaku Kameda succédera à Kamiyama en tant que premier économiste de la banque et chef du département des statistiques.

Ces nouveautés accompagnent le changement d’attitude de la Banque du Japon sur la possibilité réelle d’émettre sa propre monnaie numérique à l’avenir.

La pression monte

Le 20 juillet, la banque a formé une équipe d’environ 10 membres chargés de travailler sur des émissions de monnaies numériques comme l‘une de leur premières priorités.

Takeshi Kimura, directeur général adjoint du système financier et de l’examen des banques pour la BOJ, s’est entretenu avec des médias locaux : “Nous allons faire avancer les discussions tout en poussant les considérations au-delà de la phase préparatoire”.

D’après M. Kimura, les tests de la BOJ visent à s’assurer qu’une émission de CBDC présentera deux caractéristiques :

  1. Un accès universel, identique aux monnaies courantes accessibles à n’importe qui.
  2. De la résilience, afin de permettre l’usage d’une CBDC même en cas de catastrophe ou de pandémie pouvant entraîner une perte temporaire d’énergie électrique.

Takeshi Kimura a conclu sur les paroles suivantes : “la BOJ va surement subir une pression croissante afin qu’elle se presse d’introduire sa propre monnaie numérique”.

Vous souhaitez vous joindre à la communauté BeInCrypto? Rejoignez gratuitement notre groupe Telegram pour des nouvelles exclusives, des conseils de trading et une foule d’interactions avec d’autres passionnés de cryptomonnaies.