Citibank a déposé par erreur plus de 175 millions de dollars sur un fonds spéculatif qui refuse de rendre l’argent.

Une erreur coûteuse

La banque avait l’intention de payer à Brigade Capital Management environ 1,5 million de dollars en intérêts sur un prêt qu’elle a accordé à Revlon, une société de cosmétiques en difficulté. Au lieu de cela, elle a envoyé par erreur environ 100 fois ce montant de son propre argent au fonds spéculatif.

Citibank n’a pas tardé à remarquer son erreur, et selon le rapport, “prend les mesures appropriées pour récupérer ces fonds”. Jusqu’à présent, cela dit, ces actions ne semblent pas porter leurs fruits, le destinataire de l’argent de Citibank s’avérant peu coopératif. Citibank a qualifié le comportement de Brigade Capital de “déraisonnable” et a décidé de se tourner vers les tribunaux pour obtenir de l’aide.

Ce lundi, la banque américaine a intenté un procès dans le district sud de New York, demandant la restitution des fonds qui, selon elle, ont été transférés en raison d’une “erreur opérationnelle”.

Dans la plainte de Citibank, il est noté que “pratiquement aucune entreprise, et encore moins une entreprise de détail et de consommation en difficulté telle que Revlon, ne réaliserait jamais un paiement anticipé aussi important”.

Un parallèle avec le secteur crypto

Quelques observateurs de l’industrie crypto ont repris l’histoire, établissant des comparaisons douloureuses avec le traitement des actifs numériques.

Un tweet souligne le fait que la crypomonaie, malgré tous ses avantages, n’empêche pas entièrement l’erreur humaine. Sur différents forums, les utilisateurs de cryptomonnaies se plaignent depuis longtemps de situations où ils ont envoyé de l’argent à la mauvaise adresse – comme cet utilisateur de Bitcointalk qui aurait perdu 1 400 euros, ou un Redditor qui affirme avoir envoyé 2 000 dollars en Ethereum à une adresse aléatoire.

En 2014, un autre utilisateur a envoyé 800 bitcoins (environ 9,4 millions de dollars au prix actuel) à la mauvaise adresse. Contrairement à ce qui est dit dans le tweet, cette histoire a connu une fin heureuse, bien que due à la chance plus qu’à toute autre chose.

En effet, l’utilisateur a non seulement envoyé 800 bitcoins à la mauvaise adresse, mais il les a également envoyés à une adresse de la bourse Bitcoin insolvable Mt Gox. D’après ses commentaires suite à l’incident, il a pu récupérer tous ses fonds.

Cela a été possible grâce à l’aide d’un collègue rédacteur en chef, Bobby Lee, PDG de BTC China, ainsi que de la Bitcoin Foundation, d’un cabinet d’avocats de Tokyo et même de Mark Karpeles, l’ancien PDG du Mt Gox.

Il reste à voir si Citibank pourra également obtenir gain de cause.