La BCE présente 4 axes de travaux avant la création d’un euro numérique

Partager l’article
EN BREF
  • Fabio Panetta, membre du conseil d’administration de la BCE, a parlé des stablecoins et des travaux concernant l’euro numérique.

  • Il identifie 4 grands axes de travaux : résilience du système TIPS, interopérabilité, identité électronique et expérience utilisateur.

The Trust Project est un consortium international d'organismes de presse basé sur des normes de transparence.

Samedi 28 novembre — Fabio Panetta, membre du conseil d’administration de la Banque centrale européenne (BCE), a parlé des stablecoins et des travaux concernant l’euro numérique lors d’un discours à la Banque fédérale d’Allemagne.

4 axes de recherche pour l’euro numérique

M. Panetta préside la « Task Force » de l’Europe sur les cryptomonnaies de banques centrales (CBDC).

Il a déclaré que la BCE et les banques centrales nationales explorent 4 axes.

  • Résilience du système de paiement instantané TIPS

Le premier est de voir si le système de règlement de la banque centrale baptisé « Target Instant Payment Settlement (TIPS) » pourrait soutenir ce service avec des centaines de millions de clients. Actuellement, seuls les fournisseurs de paiement éligibles accèdent directement au TIPS lorsque le règlement nécessite de la monnaie de banque centrale.

  • L’interopérabilité

Deuxièmement, l’interopérabilité entre les systèmes centralisés et la technologie des ledgers distribués (DLT) sera explorée. Pour les entreprises, l’une des principales exigences d’une CBDC est de pouvoir régler instantanément les transactions sur un Ledger.

  • L’identité électronique

Cela conduit au troisième domaine d’investigation, l’utilisation d’une « blockchain de paiement avec identité électronique. »

  • L’expérience utilisateur

Et enfin, la BCE explore également des dispositifs pour les transactions hors ligne qui garantissent la protection de la vie privée. L’objectif est d’étudier l’expérience des utilisateurs.

Menace des stablecoins pour la souvraineté

Le banquier a souligné que l’objectif de l’euro numérique est d’effectuer des paiements, et non de constituer une réserve de valeur ou un investissement. Il l’a décrit comme la « matière première » pour les intermédiaires privés qui proposent des solutions de paiement orientées vers le client.

Sur ce point, M. Panetta a une fois de plus souligné la menace potentielle que représentent les stablecoins pour la souveraineté monétaire. Mais il a poursuivi en disant que « les risques ne sont pas imminents ». Et ce, malgré de récentes nouvelles affirmant que Facebook prévoit de lancer son stablecoin adossé au dollar en janvier.

Avis de non-responsabilité

Toutes les informations présentes sur notre site web sont publiées de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. Toute action entreprise par le lecteur sur la base des informations trouvées sur notre site web est entièrement à ses propres risques.
Share Article

Rédacteur freelance basé à Paris et Zagreb. Je suis engagé dans l’écosystème blockchain depuis 2017. Je m'intéresse particulièrement au Bitcoin et à la finance décentralisée.

SUIVRE CET AUTEUR

Faites du trading avec les meilleurs signaux crypto - des profits garantis avec plus de 70% d’exactitude

Adhérez

Want to learn how to trade? Get a beginners guide from BeInCrypto Academy!

Learn now