Ripple veut rendre XRP compatible avec Ethereum

19 octobre 2022, 06:00 CEST
19 octobre 2022, 06:00 CEST
EN BREF
  • Peersyst et Ripple s'associent pour rendre l’écosystème XRP accessible aux développeurs Ethereum.
  • La première phase du projet consiste à lancer une sidechain EVM sur le Devnet XRPL, ainsi qu’un nouveau pont entre le Devnet et la sidechain EVM.
  • L'objectif ultime du projet est de créer, sur le réseau principal XRPL, une chaîne latérale compatible avec la machine virtuelle d’Ethereum.
  • promo

En partenariat avec Peersyst, Ripple Labs vient de lancer une sidechain XRP compatible avec la machine virtuelle d’Ethereum.

La nouvelle sidechain permettra aux développeurs Solidity de créer des applications sur XRPL, bénéficiant ainsi de ses frais de transaction abordables, sa rapidité et ses nombreuses fonctionnalités.

Les développeurs peuvent désormais tester les transferts XRP

Peersyst compte également lancer un pont inter-chaînes entre le Devnet XRPL et la sidechain EVM. Ensemble, ces deux modules aideront à tester les transferts de XRP entre la sidechain et le registre principal de Ripple. Ils permettront également aux développeurs de Solidity de proposer leurs applications décentralisées aux utilisateurs du Devnet XRPL.

Pour rappel, un Devnet est généralement une copie d’une blockchain ou d’un réseau principal. Il s’agit d’une plateforme où les développeurs peuvent tester leurs applications sans prendre de risques. Les Devnets utilisent souvent des tokens qui ont peu ou pas de valeur. De même, ils ne nécessitent pas beaucoup de puissance de calcul pour valider les transactions.

Afin de tester les transferts XRP sur la nouvelle sidechain, les développeurs doivent connecter XUMM (un wallet crypto auto-dépositaire conçu pour l’écosystème XRP) au Devnet XRPL. Ensuite, ils doivent connecter leur portefeuille MetaMask à la sidechain EVM. 

Les risques et les avantages de la nouvelle sidechain 

Le lancement de la sidechain et du nouveau bridge constitue la première étape d’un projet en trois phases. L’objectif ultime du projet est de créer, sur le réseau principal XRPL, une chaîne latérale compatible avec la machine virtuelle d’Ethereum, ainsi qu’un pont cross-chain. Notons que David Schwartz, le directeur technologique de Ripple Labs, a été le premier à proposer l’idée d’une sidechain.

Les sidechains sont des blockchains indépendantes qui ont leurs propres mécanismes de consensus et paramètres. À l’instar d’un réseau principal, une sidechain compatible avec EVM permet aux développeurs de déployer des contrats intelligents Solidity. Les développeurs sont cependant confrontés à un défi majeur : les sidechains ne sont sécurisées que par leurs propres mécanismes. Chose qui pourrait poser des risques à leurs utilisateurs dans le cas d’une attaque.

Il convient également de souligner qu’une sidechain n’est pas une solution L2 comme Arbitrum ou Optimism, car elle ne renvoie pas les données des transactions au réseau principal Ethereum.

La machine virtuelle Ethereum s’occupe du déploiement et de l’exécution des contrats intelligents (smarts contracts). Ces derniers sont des logiciels informatiques immuables, souvent programmés dans un langage de programmation de haut niveau comme Solidity. Ils sont ensuite déployés sur le réseau Ethereum via une transaction de “création de contrat”. 

Pour s’exécuter sur EVM, les contrats intelligents doivent d’abord être “compilés”, ce qui signifie qu’ils doivent passer par un processus qui traduit le langage Solidity en un langage que la machine virtuelle d’Ethereum peut comprendre. Les contrats intelligents ne sont exécutés que lorsqu’ils sont sollicités par une transaction.

Ripple et Peersyst : un partenariat de longue date

Peersyst, une entreprise spécialisée en technologie blockchain, s’est récemment associée à Ripple Labs pour l’aider à tokeniser les titres fonciers de terrains vides en Colombie. Les deux sociétés comptaient créer des certificats publics (contenant tous les documents liés aux terrains ainsi qu’un lien vers leurs informations) de propriété sur le registre de la blockchain XRP. Malheureusement, le projet a été suspendu par le nouveau gouvernement colombien.

La société basée à Barcelone a également aidé Ripple à créer XRP Stamp. Il s’agit d’un tampon digital qui permet d’authentifier n’importe quel fichier informatique via son empreinte numérique enregistrée sur le registre de XRP. La plateforme stocke tous les fichiers dans le système IPFS et bénéficie de l’immuabilité de la blockchain XRPL.

Rappelons enfin que Ripple Labs mène une bataille juridique contre la SEC des États-Unis depuis décembre 2021. Le gendarme boursier américain accuse l’entreprise et deux de ses dirigeants d’avoir tiré profit de la vente de XRP, qu’il considère comme “un titre non enregistré”.

Avis de non-responsabilité

Toutes les informations présentes sur notre site web sont publiées de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. Toute action entreprise par le lecteur sur la base des informations trouvées sur notre site web est entièrement à ses propres risques.