BitClout est accusé d’avoir téléchargé les clés des utilisateurs sur un serveur public

Partager l’article
EN BREF
  • Le fondateur de Summa, James Prestwich, a dénoncé BitClout sur Twitter.

  • Son tweet révèle que tout employé ayant accès aux serveurs de BitClout pouvait voler tout l'argent présent sur la plateforme.

  • Ce n'est que la dernière en date d'une série de controverses sur la violation de données impliquant BitClout ces dernières semaines.

The Trust Project est un consortium international d'organismes de presse basé sur des normes de transparence.

BitClout a été publiquement dénoncé sur Twitter dans la matinée de ce 8 avril après qu’il ait été révélé que la plateforme télécharge les clés des utilisateurs sur son serveur à chaque demande d’API.

Ce faisant, tout employé de BitClout accédant à ce serveur a la possibilité de voler tous les fonds présents sur la plateforme à ce moment-là.

Le tweet provient de James Prestwich, fondateur de Summa, une société spécialisée dans l’interopérabilité des blockchains et la communication inter-chaînes.

Il a terminé son tweet de manière encore plus venimeuse, cette fois-ci à l’égard du fondateur de BitClout, Nader Al-Naji :

“@Nadertheory et son équipe [sic] sont trop incompétents pour construire un portefeuille de navigateur, alors ils ont décidé de ne pas le faire…”

James Prestwich au sujet du fondateur de BitClout

D’autres tweets sarcastiques ont suivi, Prestwich faisant remarquer : ” [il est]…très poli de leur part de prendre la garde de vos fonds sans vous le dire”. Un autre a comparé le scénario au fait de prendre les cartes de crédit d’un utilisateur et de les faire circuler dans le bureau.

De plus, il a conseillé à tous les utilisateurs qui avaient utilisé une phrase séminale en question de “la considérer comme compromise et de transférer les fonds vers de nouvelles adresses à partir d’une nouvelle phrase séminale”.

Déjà dans le pétrin

Ce n’est pas la première révélation controversée impliquant BitClout ces dernières semaines. Fin mars, il a été rapporté que le projet crypto faisait face à des poursuites judiciaires pour avoir vendu des tokens sociaux sans l’autorisation des utilisateurs. 

Le cabinet d’avocats américain Anderson Kill P.C. a adressé une lettre de mise en demeure à Al-Naji au nom de son client Brandon Curtis. M. Curtis estimait que BitClout utilisait ses informations privées sans son consentement. Dans son propre tweet, l’employé de Radar Relay a qualifié BitClout de “contraire à l’éthique” et de “manifestement illégal”.

Plus récemment encore, BitClout a supprimé le compte du Premier ministre singapourien Lee Hsien Loong après qu’il ait exigé qu’ils cessent d’induire le public en erreur. Il a accusé les créateurs du site d’avoir utilisé son nom et sa photo sans son autorisation. Selon un rapport antérieur, le Premier ministre Lee a également insisté sur le fait qu’il n’avait rien à voir avec la plateforme BitClout.

Qu’est-ce que BitClout ?

BitClout est un type de blockchain ayant sa propre cryptomonnaie (BTDX) et sa propre plateforme.

Plateforme sociale dans la même veine que Hive ou Steem, elle permet aux utilisateurs d’acheter et de vendre des pièces. Ces pièces personnalisées sont étiquetées sur des profils Twitter réels – en particulier ceux de célébrités et d’autres personnes influentes. Les BTDX peuvent être achetés et tradés avec des bitcoins.

Avis de non-responsabilité

Toutes les informations présentes sur notre site web sont publiées de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. Toute action entreprise par le lecteur sur la base des informations trouvées sur notre site web est entièrement à ses propres risques.
Share Article

The opinion of BeInCrypto staff in a single voice.

SUIVRE CET AUTEUR

Faites du trading avec les meilleurs signaux crypto - des profits garantis avec plus de 70% d’exactitude

Adhérez

Want to learn how to trade? Get a beginners guide from BeInCrypto Academy!

Learn now