La Banque du Japon reconnaît le potentiel des stablecoins mais critique les autres cryptomonnaies

Partager l’article
EN BREF
  • Le gouverneur de la Banque du Japon, Haruhiko Kuroda, a rejoint d'autres banquiers centraux qui critiquent Bitcoin et les autres cryptomonnaies.

  • Plusieurs dirigeants de banques centrales considèrent les cryptomonnaies comme volatiles et spéculatives.

  • Cependant, M. Kuroda admet qu'il existe un potentiel dans les stablecoins, ce qu'a également reconnu le président de la Réserve fédérale américaine, M. Powell.

  • promo

    Participez à LA PLUS GRANDE ICO d’Espagne: achetez le B2M dès maintenant.

The Trust Project est un consortium international d'organismes de presse basé sur des normes de transparence.

Le gouverneur de la Banque du Japon, Haruhiko Kuroda, a rejoint les rangs des nombreux dirigeants de banques centrales à critiquer Bitcoin, mais admet que les stablecoins présentent un potentiel.

Sponsorisé



Sponsorisé

“La plupart des échanges sont spéculatifs et la volatilité est extraordinairement élevée”, a déclaré Kuroda à propos de Bitcoin. “Il est à peine utilisé comme moyen de règlement”.

Avec ces remarques, il rejoint les rangs des dirigeants de banques centrales qui considèrent que les cryptomonnaies ne sont rien de plus que des actifs volatils et spéculatifs. En avril, le président de la Réserve fédérale, Jerome Powell, a fait remarquer que les cryptomonnaies n’étaient que des véhicules de spéculation. De même, le vice-président de la Banque centrale européenne, Luis de Guindos, a déclaré que les investissements en cryptomonnaies ont des “fondamentaux faibles” et ne sont pas des actifs réels.

Sponsorisé



Sponsorisé

De son côté, le gouverneur de la Banque d’Angleterre, Andrew Bailey, a fait plusieurs déclarations sur le sujet ce mois-ci. M. Bailey a déclaré que les cryptomonnaies n’avaient aucune valeur intrinsèque, mais il a reconnu “l’énorme enthousiasme”qui les entoure. En ce qui concerne cet enthousiasme, le gouverneur de la banque centrale du Danemark, Lars Rohde, considère les cryptomonnaies comme une mode spéculative. Toutefois, il considère la privatisation des systèmes de paiement comme “une véritable menace pour l’autonomie et l’indépendance des banques centrales”.

Ces préoccupations sont partagées par le vice-gouverneur de la Banque d’Angleterre, Jon Cunliffe, qui souligne les “implications en termes de stabilité financière” d’une telle évolution. C’est là que les stablecoins et les monnaies numériques des banques centrales peuvent jouer un rôle.

Les dirigeants des banques centrales au sujet des stablecoins

Malgré son antipathie à l’égard des cryptomonnaies, M. Kuroda a fait une exception pour les stablecoins, qui disposent d’actifs qui soutiennent leur valeur. Il a également approuvé les stablecoins car ceux-cis répondent à des normes juridiques et à des codes de gouvernance. En remplissant ces conditions préalables, M. Kuroda admet que les stablecoins pourraient devenir un moyen pratique d’effectuer des paiements à l’avenir.

Dans un récent discours, le président de la Fed américaine, M. Powell, a exprimé des sentiments similaires quoique divergents à l’égard des stablecoins. M. Powell a reconnu que la technologie de registre distribué permettait de développer des produits et services financiers, dont les cryptomonnaies. Toutefois, il a déclaré qu’ils étaient trop volatiles pour constituer un mode de paiement pratique. En revanche, étant liés à la valeur d’une monnaie, les stablecoins ont le “potentiel d’améliorer l’efficacité des paiements, d’accélérer les flux de règlement et de réduire les coûts pour l’utilisateur final.”

Malgré cette constatation positive, M. Powell a souligné qu’ils ne bénéficient toujours pas d’une protection appropriée. En fin de compte, la capacité d’utiliser ces avantages, tout en fournissant une protection appropriée, serait une raison d’émettre une monnaie numérique de banque centrale (CBDC).

Avis de non-responsabilité

Toutes les informations présentes sur notre site web sont publiées de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. Toute action entreprise par le lecteur sur la base des informations trouvées sur notre site web est entièrement à ses propres risques.
Sponsorisé
Share Article

Nick is an Oral Communication Skills Professor and Data Science Specialist in Budapest, Hungary with an MSc in Business Analytics. He is a relative latecomer to the field of cryptocurrency and blockchain technology, but is intrigued by its potential economic and political usage. He can best be described as an optimistic center-left skeptic.<a href="mailto:editorinchief@beincrypto.com">Email him!</a>

SUIVRE CET AUTEUR

L’ICO de Bit2Me VIENT DE DEMARRER! Achetez le token B2M dès maintenant.

J’achète!

Signaux de marché, études et analyses. Rejoignez notre chaîne Telegram dès aujourd’hui !

Rejoignez-nous