Blockchain: les solutions de couche 2 ne sont pas toujours les meilleures, affirme Emin Gün Sirer

Partager l’article
EN BREF
  • Leila Stein, de BeInCrypto, a animé une session sur les solutions de couche 2 lors du 2e Sommet mondial annuel de DeFi.

  • Les intervenants de la session ont parlé des utilisations optimales des solutions de couche 2, ainsi que de leurs préoccupations.

  • En fin de compte, les applications décentralisées (dApps) alimentées par des solutions de couche 2 seront bientôt en mesure de concurrencer les applications centralisées.

  • promo

    Participez à LA PLUS GRANDE ICO d’Espagne: achetez le B2M dès maintenant.

The Trust Project est un consortium international d'organismes de presse basé sur des normes de transparence.

Au cours du deuxième sommet mondial annuel de la DeFi, Leila Stein, membre de l’équipe de BeInCrypto, a animé une session sur les solutions de couche 2 au cours de laquelle les intervenants ont discuté de leurs cas d’utilisation optimale, ainsi que de leurs préoccupations et de leurs espoirs pour cet espace.

Sponsorisé



Sponsorisé

Pour lancer la discussion, le professeur de Cornell et PDG d’Ava Labs, Emin Gün Sirer, a abordé la question de savoir quand les solutions de couche 2 sont les plus appropriées pour les réseaux de cryptomonnaies. Il a déclaré que la couche 2 est une technique raisonnable pour résoudre les problèmes d’évolutivité, en soulageant le réseau sous-jacent. Les transactions peuvent être retirées de la chaîne, résolues, puis réintroduites, sans avoir à utiliser la sécurité du réseau ou à le fatiguer.

M. Sirer a souligné que cette méthode fonctionne mieux dans les réseaux de paiement. “Lorsque A paie B, c’est vraiment une question bilatérale. Il n’implique pas vraiment nécessairement le reste du réseau”, a-t-il déclaré. “Il peut être résolu hors chaîne de manière plus efficace”. Cependant, il a noté que lorsqu’il y a plusieurs utilisateurs d’un contrat intelligent, alors les solutions hors chaîne sont plus difficiles, ce qui fait que les implémentations de couche 2 ne sont pas la meilleure solution. 

Sponsorisé



Sponsorisé

Préoccupations relatives à la couche 2 des réseaux crypto

Les intervenants de la session ont également abordé leurs préoccupations concernant les solutions de couche 2. Par exemple, le PDG de SKALE Labs, Jack O’Halloran, a déclaré que certaines solutions de couche 2 risquent de s’éloigner des blockchains principales qu’elles sont censées servir. 

En outre, M. O’Halloran a également souligné la passion que suscite cet espace. Il pense que cela a conduit de nombreuses personnes qui, autrement, travailleraient sur l’apprentissage automatique ou les réseaux sociaux, à se lancer dans l’espace blockchain.

Cependant, Sirer a noté que ce n’est pas nécessairement une bonne chose. En raison de l’engouement suscité par la blockchain, la plupart d’entre eux créent “les solutions les moins chères et les plus sales”, qui ne durent pas. Sirer a noté que c’était particulièrement le cas avec les solutions de couche 2. Alors que les projets de la couche 1 “essaient d’agrandir le gâteau pour tout le monde”, de nombreux participants de la couche 2 sont plus opportunistes. Selon lui, ils ont une vision à somme nulle de l’industrie et préfèrent “prendre une part du gâteau”.

Une vision pour des dApps sans faille

Toutefois, les intervenants de la session étaient en fin de compte motivés par le potentiel des solutions de couche 2 et élaborent de nombreux cas d’utilisation. Marek Olszewskithe, directeur technique et cofondateur de cLabs, a parlé de son expérience avec Celo. Alors que les adresses avec des clés publiques et privées sont généralement intimidantes pour de nombreux utilisateurs, Celo est une solution qui vise à simplifier les paiements décentralisés.

Celo utilise un protocole décentralisé de vérification des téléphones, qui permet de vérifier facilement les numéros de téléphone, puis d’envoyer des paiements en utilisant uniquement ces numéros de téléphone. M. Olszewski a souligné la nécessité de simplifier les choses pour les utilisateurs afin de généraliser l’adoption du système.

En effet, Sirer a convenu que l’objectif des applications décentralisées (dApps) devrait être de fournir une interface transparente aux utilisateurs. Il a souligné son expérience avec la dApp Pangolin. Il a noté que les utilisateurs ont l’impression d’être sur un site Web centralisé, car les finalisations sont très rapides. En réalité, il y a 1 000 nœuds en arrière-plan qui traitent les transitions. Les utilisateurs ne devraient avoir aucune idée qu’ils interagissent avec une blockchain.

O’Halloran est également d’accord, soulignant que des temps de bloc de 0,35, 0,45 seconde offrent une “expérience absolument transformatrice en utilisant une application blockchain”. Les utilisateurs finaux doivent être satisfaits des résultats, et non inquiets du processus. À cette fin, les développeurs doivent “gagner le cœur et l’esprit des utilisateurs.” Il conclut en disant que de nombreux investissements de 2017 portent leurs fruits, certains étant enfin capables de concurrencer les solutions centralisées.

Avis de non-responsabilité

Toutes les informations présentes sur notre site web sont publiées de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. Toute action entreprise par le lecteur sur la base des informations trouvées sur notre site web est entièrement à ses propres risques.
Sponsorisé
Share Article

Nick is an Oral Communication Skills Professor and Data Science Specialist in Budapest, Hungary with an MSc in Business Analytics. He is a relative latecomer to the field of cryptocurrency and blockchain technology, but is intrigued by its potential economic and political usage. He can best be described as an optimistic center-left skeptic.<a href="mailto:editorinchief@beincrypto.com">Email him!</a>

SUIVRE CET AUTEUR

L’ICO de Bit2Me VIENT DE DEMARRER! Achetez le token B2M dès maintenant.

J’achète!

Signaux de marché, études et analyses. Rejoignez notre chaîne Telegram dès aujourd’hui !

Rejoignez-nous