Une toilette qui convertit les besoins en crypto

13 juillet 2021, 17:59 CEST
Mis à jour par Célia Simon
13 juillet 2021, 18:07 CEST
EN BREF
  • Un chercheur de l'Institut national des sciences et technologies d'Ulsan (UNIST) en Corée du Sud a créé une toilette intelligente capable de convertir les excréments humains en énergie.
  • En guise d'incitation, les étudiants du campus qui les utilisent sont récompensés par une petite quantité de cryptomonnaie échangeable contre des articles tels que du café ou de la nourriture.
  • promo

Pratiquement tous les déchets peuvent avoir une seconde vie en tant que source d’énergie, et les excréments humains n’allaient pas faire exception. Un chercheur sud-coréen a conçu une toilette capable de convertir les besoins en énergie. Et même… en cryptomonnaies.

Une toilette atypique mais utile

Cho Jae-weon, professeur d’ingénierie urbaine et environnementale à l’Institut national des sciences et technologies d’Ulsan (UNIST) est à l’origine de cette toilette reliée à un laboratoire qui utilise des excréments pour produire du biogaz et du fumier.

Ce laboratoire récupère les clés de cette curieuse invention qui rémunère les étudiants qui utilisent ces toilettes particulières. En échange de leurs déchets corporels, les toilettes intelligentes les récompensent avec une petite quantité de cryptomonnaie qu’ils peuvent ensuite échanger contre du café ou des nouilles sur le campus.

Comment ça marche ?

Les toilettes s’appellent BeeVi, acronyme des mots abeille et vision. Les toilettes récupèrent les excréments à travers une pompe dans un réservoir souterrain. Ainsi, elles utilisent moins d’eau par rapport à une toilette traditionnelle.

Ensuite, les micro-organismes décomposent les déchets pour être transformés en gaz méthane, transformant ainsi les eaux usées en une précieuse source d’énergie pour le bâtiment, alimentant une cuisinière à gaz, une chaudière à eau chaude et une pile à combustible à oxyde solide.

Si nous sortons des sentiers battus, les matières fécales ont une valeur précieuse pour produire de l’énergie et du fumier. J’ai mis cette valeur en circulation écologique.

Cho Jae-weon, professeur d’ingénierie urbaine et environnementale à l’Institut national des sciences et technologies d’Ulsan (UNIST).

Dans le détails, 400 grammes de déchets humains solides, la moyenne qui est déféqué en une journée, seraient utilisés pour se transformer en 50 litres de méthane. Cette quantité peut produire un demi-kilomètre-heure d’électricité, assez pour conduire une voiture électrique sur un peu plus d’un kilomètre.

De plus, une autre occurrence est associée à cette invention. C’est la création d’une crypto appelée Ggool, qui signifie miel en coréen. Chaque utilisation de la salle de bain rapporte 10 Ggool par jour, qui peuvent être utilisés pour acheter des choses sur le campus universitaire. Des produits comme des livres, des bananes, du café ou des nouilles instantanées.

Les étudiants peuvent acheter les produits de leur choix dans un magasin et scanner un code QR pour payer avec Ggool.

Je pensais seulement que les excréments étaient sales, mais maintenant c’est un trésor d’une grande valeur pour moi

Heo Hui-jin étudiant diplômé du Campus

Avis de non-responsabilité

Toutes les informations présentes sur notre site web sont publiées de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. Toute action entreprise par le lecteur sur la base des informations trouvées sur notre site web est entièrement à ses propres risques.