La BCE réalise des tests d’euro numérique sur les blockchains Tezos (XTZ) et NEM

Partager l’article
EN BREF
  • Plusieurs banques centrales de l’Union européenne ont publié un rapport sur l’euro numérique.

  • La Banque centrale européenne (BCE) révèle des tests sur des forks des blockchains Tezos (XTZ) et NEM.

  • promo

    Participez à LA PLUS GRANDE ICO d’Espagne: achetez le B2M dès maintenant.

The Trust Project est un consortium international d'organismes de presse basé sur des normes de transparence.

La Banque centrale européenne (BCE) réalise des tests d’euro numérique sur les blockchains Tezos (XTZ) et NEM

Sponsorisé



Sponsorisé

Des tests sur Tezos et NEM

La Banque centrale européenne (BCE) a récemment publié un rapport au sujet des expérimentations de l’euro numérique qui ont été lancées en septembre 2020.

La blockchain Tezos et NEM ont été utilisées dans une expérimentation du potentiel futur euro numérique de la Banque centrale européenne (BCE). Cette expérimentation d’un modèle à plusieurs niveaux (Tier 1 et Tier 2) a réuni plusieurs banques centrales de la zone euro, dont la Banque de France, la Banque centrale du Luxembourg et bien entendu la BCE.

Sponsorisé



Sponsorisé

Le rapport nous apprend également que deux autres registres distribués, Hyperledger Besu et Hyperledger Fabric, ont été utilisés pour mener une expérimentation différente avec un euro numérique échangé soit entre comptes existants soit sous la forme de token entre différents portefeuilles

Et techniquement ? Un fork de Tezos et de NEM a été utilisé afin de permettre la mise en œuvre d’une solution de couche 2. En outre, deux autres Ledgers distribués ont été utilisés pour permettre la mise en œuvre d’un système Tier 2 basé sur les comptes et sur la valeur.

3 piliers de travail

Dans l’annonce, la banque centrale a révélé plusieurs piliers qui serviront de base au travail. Le premier est l’engagement, tant au niveau parlementaire qu’auprès des citoyens, des commerçants et du secteur des paiements.

Deuxièmement, la BCE devra concevoir des prototypes. Elle a déjà étudié la possibilité d’utiliser soit le système actuel de règlement instantané des paiements (TIPS), soit la blockchain, et a constaté que tous deux étaient capables de traiter plus de 40 000 transactions.

Enfin, elle étudiera l’impact d’un euro numérique. Il s’agit notamment des questions de confidentialité, de l’impact sur les intermédiaires et de l’effet sur les dépôts des banques commerciales, ainsi que des ramifications potentielles pour l’économie au sens large. La banque centrale a déjà émis l’idée de limiter les dépôts en euros numériques à 3 000 euros par personne afin de réduire la fuite des dépôts des banques commerciales.

Avis de non-responsabilité

Toutes les informations présentes sur notre site web sont publiées de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. Toute action entreprise par le lecteur sur la base des informations trouvées sur notre site web est entièrement à ses propres risques.
Sponsorisé
Share Article

Journaliste engagé dans l’écosystème crypto depuis 2017, Florent s’intéresse particulièrement à la finance décentralisée (DeFi), Ethereum 2.0 et aux tokens non fongibles (NFT).

SUIVRE CET AUTEUR

L’ICO de Bit2Me VIENT DE DEMARRER! Achetez le token B2M dès maintenant.

J’achète!

Signaux de marché, études et analyses. Rejoignez notre chaîne Telegram dès aujourd’hui !

Rejoignez-nous