Les réseaux sociaux basés sur la blockchain visent à rendre la socialisation en ligne véritablement libre

Partager l’article
EN BREF
  • La technologie blockchain est innovante et connue pour évoluer rapidement.

  • Bien que les réseaux sociaux aient été révolutionnaires, la collecte de données et la confidentialité y sont devenues des problèmes fondamentaux.

  • Les plateformes de réseaux sociaux basés sur la blockchain visent à résoudre les problèmes majeurs dans ce secteur à l'heure actuelle.

  • promo

    Participez à LA PLUS GRANDE ICO d’Espagne: achetez le B2M dès maintenant.

The Trust Project est un consortium international d'organismes de presse basé sur des normes de transparence.

La technologie blockchain est innovante et connue pour évoluer rapidement. Les plateformes et protocoles basés sur la blockchain prennent place dans de nouveaux secteurs pour révolutionner notre façon d’interagir avec le monde, y compris les réseaux sociaux.

Sponsorisé



Sponsorisé

L’un des plus grands changements dans les capacités de communication au 21ème siècle a été le développement des réseaux sociaux. Ces espaces numériques ont cultivé certains des moments et des figures les plus influents de la société moderne.

Cependant, les médias sociaux déjà établis s’associent avec la technologie blockchain, apportant ainsi une nouvelle frontière d’espaces communs numériques sur le marché.

Sponsorisé



Sponsorisé

Alors que les réseaux sociaux ont été révolutionnaires, la collecte de données et la confidentialité sont devenues des problèmes fondamentaux.

C’est là que la blockchain fournit des solutions et innove pour créer de meilleures plateformes.

La crypto dans les médias

Les lignes se sont déjà adoucies entre le monde de la crypto et la sphère des réseaux sociaux. Facebook, Twitter et Instagram, entre autres, constatent une présence croissante de contenu lié à la crypto.

Rien que cette année, les réseaux sociaux ont connu une forte augmentation de l’engagement autour du terme de recherche “bitcoin“.

La quantité folle d’activité engendrée par les NFT a également donné lieu à des collaborations inattendues avec les médias sociaux.

Récemment, une influenceuse sur Instagram a vendu son “amour” à 250 000$ en NFT. Au sujet de la vente, elle explique que cela faisait partie de sa personnalité en ligne.

Les réseaux sociaux ont également été un important outil d’influence et de sensibilisation du secteur. Des personnes de renoms présentent ainsi leurs opinions à propos de la crypto sur les plateformes de réseaux sociaux.

Par exemple, Elon Musk utilise régulièrement les réseaux sociaux pour rallier les masses derrière le célèbre DogeCoin, une crypto inspirée des mèmes.

Les réseaux sociaux de la blockchain

Cependant, les plateformes de réseaux sociaux établies ne sont pas étrangères à la controverse. Ces problèmes qui sont les plus cruciaux et les plus préoccupants, incluent le data mining, la sécurité, et surtout la confidentialité.

Les plateformes de médias sociaux centralisées telles que Twitter, Whatsapp et Facebook sont surveillées et régies par une seule société.

Par conséquent, lorsque les utilisateurs s’inscrivent sur une plateforme de réseaux sociaux traditionnelle, ils cèdent leurs droits en matière de confidentialité, de sécurité et de données à cette société. Malgré des politiques médiatisées, ces sociétés sont connues pour mal gérer ces précieuses informations.

Cependant, c’est là que les plateformes de réseaux sociaux basées sur la blockchain pourraient avoir le dessus. Ainsi, la technologie ledger décentralisée redonne du pouvoir aux utilisateurs.

Dans une configuration standard de réseaux sociaux, l’entreprise centralisée qui possède la plateforme possède également le serveur sur lequel repose le réseau.

Cela donne aux grands comme Jack Dorsey de Twitter ou Mark Zuckerberg de Facebook beaucoup de contrôle sur les gens (et par conséquent leurs données) au travers de ces réseaux.

Ceci dit, si un réseau de médias sociaux est décentralisé, les données des utilisateurs sont réparties partout et aucune entité n’en a le contrôle.

La façon dont cette décentralisation se produit est au travers du collectif. Les utilisateurs définissent les conditions. À la base, les réseaux sociaux basés sur la blockchain permettent aux utilisateurs une transparence et une sécurité élevées.

Des réseaux sociaux sans censure

Bien que cela puisse apparaitre comme des idées fantaisistes pour l’avenir, il existe déjà des travaux sur les espaces sociaux par la blockchain. Il s’agit notamment de start-ups comme Subsocial, Kahuna, Blockster et Uhive.

Basé sur la blockchain Polkadot, Subsocial est une plateforme de reseau social décentralisée qui met l’accent sur une existence sans censure. Alex Siman, fondateur de Subsocial, vise à ce que la plateforme soit un “réseaux florissant de pensées diverses et de création de contenu”.

“Fini le temps où vous vous inquiétez d’être banni pour avoir publié quelque chose ou voir vos données personnelles vendues à une entreprise de la Big Tech. La nature décentralisée de la plateforme signifie que vous seul possédez vos données et qu‘elles ne sont pas commercialisées.”

Contrôle sur les données

La censure sournoise semble aller de pair avec l’exploitation des données. Les plateformes décentralisées quant à elles, ont également une solution pour ce fléau.

La future plateforme Kahuna est spécialement conçue pour “protéger la propriété intellectuelle des créateurs de contenu”, déclare Olli Mäenpää, directeur général de Kahuna :

“Il y a une raison pour laquelle cela s’appelle “médias sociaux”. Nous nous demandons pourquoi toutes les données trouvées sur les médias sociaux devraient être détenues et stockées par les entreprises de la Big Tech au lieu des créateurs de contenu eux-mêmes” dit-il.

“S’il y a une conversation entre deux personnes sur une plateforme de réseau social, cette conversation doit rester décentralisée, ce qui signifie qu’elle doit rester entre ces deux personnes, tout comme une discussion en face à face. La conversation ne doit pas être stockée sur un serveur central (comme Facebook ou Twitter) car cette approche est sujette à des failles de sécurité et à des fraudes.”

L’intérêt pour le contrôle des données et la confidentialité s’est accru depuis que les révélations sur la façon dont les sites utilisent les données sont devenues plus largement connues.

Dans une étude de 2020, Viasat a constaté que 71% des personnes interrogées vérifient leurs paramètres de confidentialité avancés lorsqu’elles rejoignent une plateforme de réseaux sociaux. Bien que cela montre qu’ils s’inscrivent toujours, l’intérêt de garder le contenu privé est clair.

“Partout dans le monde, les gens veulent récupérer leur vie privée et conserver leur propriété intellectuelle, et la technologie peer-to-peer est le meilleur moyen de les aider à atteindre ces objectifs”, déclare Mäenpää.

La monétisation de la bonne manière

Parallèlement à la confidentialité et au contrôle, la monétisation des données des médias sociaux est un sujet très discuté.

Déjà, les entreprises d’innovation blockchain trouvent des moyens d’apporter la monétisation crypto aux espaces de médias sociaux connus. Toutefois, dans un espace de réseaux sociaux décentralisé, la monétisation ajoute à la liberté de choix que ces espaces favorisent.

Les deux plateformes mentionnées précédemment, Subsocial et Kahuna, ont toutes deux des systèmes de monétisation intégrés qui permettent aux utilisateurs de contrôler où vont leurs micro-fonds.

De plus, ces plateformes ainsi que d’autres d’entre elles décentralisées, incluent leurs propres écosystèmes NFT. Par conséquent, les créateurs de contenu n’ont pas besoin d’aller ailleurs que dans leur propre petit écosystème pour gérer la monétisation de leur contenu.

La plateforme Uhive permet aux utilisateurs d’aller plus loin avec les NFT. Ceux du métaverse Uhive peuvent transformer leur profil social lui-même en NFT.

“Imaginez que vous possédez votre profil et ses données sur n’importe quelle plateforme de réseaux sociaux existante et que vous pouvez dire comment vos données sont utilisées pour générer des revenus, vous gagnerez la part du lion”, explique l’équipe.

Se tailler une niche dans la blockchain

A l’heure actuelle, bon nombre de ces plateformes en sont à leurs balbutiements ou encore en développement. Cependant, comme nous l’avons vu avec d’autres innovations venant de l’espace décentralisé, ce n’est qu’une question de temps avant que cela gagne le grand public.

Sans surprise, les communautés décentralisées et crypto sont les premiers groupes que certains ciblent. On peut citer par exemple Blockster.

Il se présente comme “l’espace officiel de l’industrie de la blockchain. Notre plateforme est un outil de mise en réseau tout-en-un pour les personnes du secteur de la blockchain”, selon la directrice marketing de la plateforme, Lidia Yadlos.

C’est en effet un endroit unique pour ceux qui s’intéressent au monde de la cryptomonnaie. Il comprend des données sur les performances du marché depuis l’intérieur, un wallet, du trading social, où les traders influents peuvent rendre leurs mouvements publics.

C’est un moyen intelligent d’obtenir l’adhésion d’une communauté déjà engagée dans la technologie. Plutôt que d’avoir à convaincre les gens de faire confiance à un espace décentralisé, leur objectif est de commercialiser l’espace auprès de ceux qui ont déjà investi.

Un dépannage pour l’avenir

Aussi différentes et innovantes soient-elles, les plateformes de réseaux sociaux basées sur la blockchain visent à résoudre les principaux problèmes de l’espace actuel de ces nouveaux médias.

Bien que ce soit un grand exploit, les partisans des technologies décentralisées sont motivés par les possibilités de cette technologie. Et ce malgré les challenges.

Bien entendu, ces plateformes décentralisées auront leurs propres problèmes. Ceux-ci incluent les possibilités de bugs, d’éventuelle centralisation, de rejet des hiérarchies de pouvoir et de gestion de contenu explicite non censuré.

Tel que le commente Siman de Subsocial, “concevoir un système décentralisé n’est pas toujours facile, car la nature humaine penche vers la centralisation du pouvoir”.

Néanmoins, avec les nombreux autres médias sociaux basés sur la blockchain, il pense que l’exploitation d’une technologie de pointe permet aux utilisateurs “de s’engager les uns avec les autres à leur guise, de manière vraiment libre”.

Avis de non-responsabilité

Toutes les informations présentes sur notre site web sont publiées de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. Toute action entreprise par le lecteur sur la base des informations trouvées sur notre site web est entièrement à ses propres risques.
Sponsorisé
Share Article

Savannah Fortis is a multimedia journalist covering stories at the intersection culture, international relations, and technology. Through her travels she was introduced to the crypto-community back in 2017 and has been interacting with the space since.

SUIVRE CET AUTEUR

L’ICO de Bit2Me VIENT DE DEMARRER! Achetez le token B2M dès maintenant.

J’achète!

Signaux de marché, études et analyses. Rejoignez notre chaîne Telegram dès aujourd’hui !

Rejoignez-nous