L’industrie crypto s’épanouit sur le continent africain

Partager l’article
EN BREF
  • Plusieurs régions d'Afrique prouvent être un centre d'intérêt de taille pour les cryptomonnaies.

  • Lors de ces dernières semaines, plusieurs développements ont permis d'étendre l'industrie sur le continent.

  • Les volumes de recherche Google sur des thèmes "Bitcoin" et "cryptomonnaie" révèlent le niveau d'intérêt de plusieurs nations africaines.

The Trust Project est un consortium international d'organismes de presse basé sur des normes de transparence.

L’Afrique est en train de devenir l’un des principaux centres d’intérêt de la planète pour Bitcoin et la cryptomonnaie. Ces dernières semaines ont vu plusieurs développements qui montrent une industrie florissante sur le continent.


Parmi ces développements, nous pouvons citer l’ajout de l’USDT au plus grand marché pair à pair (P2P) d’Afrique, l’expansion des services d’échange de cryptomonnaies et de cartes cadeaux dans de nouveaux pays, et l’adhésion d’une grande banque sud-africaine au Contour Blockchain Network.

Parallèlement, les données de Google Trends démontrent l’intérêt croissant de l’Afrique pour les actifs numériques.


L’industrie de la cryptomonnaie continue de s’accroître en Afrique

Des années durant, les partisans de cette technologie ont spéculé que la cryptomonnaie pourrait être adoptée massivement par ceux qui n’ont pas accès aux services bancaires modernes. Selon ItNewsAfrica.com, jusqu’à 66% des Africains subsahariens ne sont pas “bancarisés“.

Ceux qui n’ont pas accès aux services bancaires utilisés dans les pays dits “développés” sont largement exclus d’une économie mondiale de plus en plus numérique. Pourtant, la cryptomonnaie semble maintenant changer cela.

Comme le souligne sur Twitter Elisha (@ghcryptoguy), partisan de la cryptomonnaie, de nombreux développements industriels ont eu lieu en Afrique ces dernières semaines.

Cette semaine dans Crypto & Blockchain (Afrique) :

1. YellowCard arrive en Tanzanie.
2. La Standard Bank rejoint le Contour Blockchain Network.
3. Paxful ajoute le commerce P2P en USDT.
4. FastBitcoins s’associe à Flexepin.
5. L’Afrique mène toujours la recherche de #bitcoin 🙂

Une solide semaine !

La prolifération des plateformes d’échange crypto et des cartes cadeau

Deux événements survenus la semaine du 21 au 27 septembre vont permettre à un plus grand nombre d’Africains d’utiliser des cryptomonnaies chez divers vendeurs en ligne. Tout d’abord, la plateforme d’échange de cryptomonnaie et de cartes-cadeaux Yellow Card, axée sur l’Afrique, a annoncé qu’elle commencerait à offrir ses services en Tanzanie.

La société permet aux utilisateurs d’acheter ou de vendre des crypto en ligne ou en magasin. Elle s’est révélée populaire auprès de ceux qui envoient des fonds dans leur pays d’origine.

Récemment, un rapport de Reuters a déclaré que les volumes de la plateforme s’étaient multipliés par cinq en 2020. Yellow Card affirme avoir traité 25 millions de dollars en paiements crypto durant le mois d’août seulement.

De même, FastBitcoins, un service qui permet également aux utilisateurs d’acheter et de vendre des bitcoins en ligne et dans le monde réel, s’est associé à Flexepin. Selon le site web de Flexepin, la société propose des services de bons de recharge en espèces, permettant à ceux qui n’ont pas de compte bancaire de réaliser des achats en ligne.

Ce partenariat, annoncé le 24 septembre, augmente considérablement la couverture de FastBitcoins, qui peut désormais desservir 14 pays africains.

D’autres développements contribuent à stimuler l’intérêt en Afrique

Récemment, Paxful, l’exchange crypto de pair-à-pair le plus populaire d’Afrique, a ajouté l’option de trading en USDT. L’ajout du stablecoin contribuerait à protéger les utilisateurs de Paxful non seulement de la volatilité du BTC, mais aussi des fluctuations des monnaies nationales.

https://twitter.com/BitcoinKE/status/1304015196562886658?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E1304015196562886658%7Ctwgr%5Eshare_3&ref_url=https%3A%2F%2Fd-39152864902284030706.ampproject.net%2F2009190410000%2Fframe.html

Les banques traditionnelles en Afrique s’intéressent également de plus en plus à la technologie de blockchain. L’annonce de la semaine dernière de l’adhésion de la Standard Bank d’Afrique du Sud au réseau de financement du commerce par blockchain Contour, basé à Singapour, en est un bon exemple.

 

Contour utilise la blockchain R3 Corda afin d’augmenter l’efficacité des délais de traitement des banques. La Standard Bank est la première banque du continent africain à rejoindre l’écosystème du financement du commerce.

L’intérêt à l’égard de Bitcoin et de la cryptomonnaie semble être florissant en Afrique grâce à des développements comme ceux que nous venons de mentionner. De même, les données de Google Trends montrent que les trois premières régions à rechercher le terme “Bitcoin” sont le Nigeria, l’Afrique du Sud et le Ghana.


Trois nations africaines domines les recherches Google mondiales du terme “Bitcoin” | Source: Google Trends

En ce qui concerne les recherches du terme “cryptomonnaie”, le Niger et le Ouganda occupent la première et la deuxième place. En sixième, septième et neuvième place, on retrouve le Ghana, l’Afrique du Sud et le Kenya.

Share Article

A former professional gambler, Rick first found Bitcoin in 2013 whilst researching alternative payment methods to use at online casinos. Having concluded that the root of most of the world’s evils stem from a toxic financial system during his time reading International Politics at university, the disruptive potential of a decentralised, borderless asset was immediately clear. After transitioning to writing full-time in 2016, Rick was able to put his passion for Bitcoin to work for him professionally. He has since written for a number of digital asset publications in a variety of capacities.

SUIVRE CET AUTEUR