Journée mondiale de la lutte contre le sida : les solutions de la blockchain pour combattre le virus

Partager l’article
EN BREF
  • Ce 1er décembre est la Journée mondiale de lutte contre le sida.

  • Il existe plusieurs solutions de blockchain visant à lutter contre la maladie.

  • Dans cet article, nous vous présenterons quelques cas notables de ces solutions, allant de la prévention aux dons.

The Trust Project est un consortium international d'organismes de presse basé sur des normes de transparence.

Le syndrome d’immunodéficience acquise ou virus de l’immunodéficience humaine (SIDA ou VIH) est une maladie sexuellement transmissible qui, depuis sa première apparition, fait trembler le monde. Pour l’instant, il n’existe ni vaccin ni remède définitif. Cependant, le blockchain peut être un outil formidable.

Selon l’organisation EngenderHealth, on estime qu’environ 5 400 citoyens du monde entier sont infectés chaque jour.

Il y existe actuellement environ 37 millions de personnes vivant avec le VIH. Soixante-huit pour cent de ces personnes se trouvent en Afrique subsaharienne, tandis que 40% des nouvelles infections se produisent au sein des populations de moins de 25 ans.

Le 1er décembre, pour la Journée mondiale du sida, BeInCrypto commémore cette lutte en présentant des solutions de blockchain qui pourraient aider à traiter la maladie.

Titres de guérison

Les “titres de guérison”, basés sur la technologie des blockchains, sont un projet issu d’une alliance formée par la firme Fintech Finclusion de Londres et les Blockchain Labs d’UBS. Ce dernier a fait don de son code de blockchain pour créer une plateforme de support appelée HEAL Alliance, qui servirait à émettre des titres publics sur Ethereum.

Peter A. Jensen, PDG de Finclusion Systems, a rejoint les Blockchain Labs d’UBS et est en charge de HEAL Alliance. L’entreprise a également reçu le soutien de sponsors, tels que le Centre de virologie et d’immunologie pour la recherche sur le sida, Intel et Microsoft.

L’initiative vise à éradiquer le VIH par la distribution de titres sociaux. Les fonds fournis par chaque titre, achetés de manière transparente et sûre sur la blockchain, seront utilisés pour la recherche d’un remède contre le sida.

HEAL Alliance est une organisation à but non lucratif. M. Jensen explique que l’idée de créer des “titres intelligents” découle de la nécessité de les rendre publiques et traçables, et de les sécuriser. Le public sait également que HEAL cherche à réunir jusqu’à 10 milliards de dollars en émettant ces titres.

Ascendance Biomedical

Ascendance Biomedical était une start-up américaine de traitement médical se trouvant en dehors de la réglementation de la Food and Drug Administration (FDA).

Elle était dirigée par Aaron Traywick et proposait un traitement génétique expérimental aux personnes atteintes du VIH, qui pouvait supposément être acheté par l’intermédiaire d’Ethereum.

L’objectif principal d’Ascendance Biomedical était de fournir un traitement alternatif à tous les citoyens n’ayant pas les moyens de se le payer. Il était censé fonctionner en reproduisant chez le patient un anticorps identifié comme “N6”, qui a été trouvé chez un sujet sain porteur du virus et qui a presque complètement supprimé la maladie.

Bien que de telles affirmations ne puissent pas être prouvées, l’idée de Traywick était de distribuer ce traitement en exchange d’Ethers (ETH). Le fait d’utiliser des transactions en Ethereum permettrait également de suivre le contrôle de qualité, et le produit aurait pu être offert à des personnes du monde entier.

Ascendance Biomedical a disparu en même temps que son créateur, qui est décédé dans d’étranges circonstances en 2018. Toutefois, cette idée pourrait servir de référence pour d’autres entreprises.

Un token LGBT

La Fondation LGBT a fait sa part en matière de santé sexuelle. Elle a créé son propre jeton, qui aidera les citoyens à se faire tester pour le sida dans le monde entier. L’intention principale de la Fondation est de niveler les coûts et de disposer d’un outil qui permette aux malades de commencer le traitement et d’assurer la protection de leurs partenaires sexuels potentiels.

Comme les responsables de la fondation l’expliquent, environ 37 millions de personnes sont porteuses du virus, mais au moins 20% d’entre elles ne le savent pas, ce qui contribue à la propagation de la maladie. Avec le jeton LGBT basé sur Ethereum, on s’attend à ce que l’acquisition du test soit plus sûre et plus personnelle.

En outre, LGBT Impact cherche à offrir des tests gratuits à ceux qui en ont besoin par le biais du jeton. Les utilisateurs peuvent également acheter d’autres produits de santé sexuelle, mais leurs données restent privées.

Ce jeton est soutenu par le réseau social LGBT Hornet, qui l’a adopté pour ses achats.

Les crypto-monnaies contre le sida

Les organisations caritatives qui acceptent la crypto-monnaie ou qui luttent contre la maladie ne manquent pas. Dignitas International du Canada est l’une des plus connues, et a reçu des millions de dollars en dons et en reconnaissance du gouvernement.

Contrairement à d’autres organisations, Dignitas veut offrir ses services à la communauté du Malawi (Afrique), où le taux de prévalence de séropositivité est l’un des plus élevés au monde. Elle y a mis en place une campagne pour y fournir des services de santé aux plus défavorisés.

L’organisation accepte les dons en Bitcoin (BTC). Elle a également mentionné que, lors de l’envoi d’argent du Canada au Malawi, Bitcoin s’avère être une méthode efficace, sûre et économique. L’adresse de son portefeuille est disponible sur le site web officiel, au cas où quelqu’un souhaiterait faire un don.

D’autre part, EngenderHealth est une organisation à but non lucratif basée à Washington D.C. Elle opère dans 20 pays et travaille pour la santé sexuelle et reproductive. Elle possède un programme de lutte contre le sida et accepte les dons dans tous les types de devises, y compris Bitcoin (BTC), Ethereum (ETH) et Litecoin (LTC).

L’une des organisations les plus connues, l’UNICEF, a également son propre programme de lutte contre le VIH, qui s’adresse en particulier aux enfants. L’objectif de l’UNICEF est d’offrir un traitement accessible et de mettre fin au virus d’ici 2030. L’UNICEF dispose de son propre fonds en crypto-monnaie, soutient des projets d’innovation et accepte les dons.

Des applications blockchain à but préventif

Plus généralement, il existe de même des applications de rencontre qui utilisent la blockchain pour promouvoir l’autotest des maladies sexuellement transmissibles (y compris le sida) parmi leurs utilisateurs.

Les résultats sont partagés grâce à une blockchain décentralisée (comme Ethereum), qui préserve la vie privée et la sécurité et permet la prévention de ces maladies avant toute rencontre. L’une de ces applications est encore à venir : GotChckd.

Selon le site web de l’application, les étapes sont les suivantes : l’utilisateur s’inscrit, commande son auto-test, examine ses résultats en privé et peut les partager sur des sites de rencontre ou directement. Vous pouvez également rechercher d’autres utilisateurs qui ont partagé leurs résultats ou les inviter anonymement à passer le test. Les résultats sont stockés sur une blockchain, ce qui garantit la confidentialité du processus.

Une autre application visant à atteindre cet objectif est LegalFling, originaire d’Espagne. Celle-ci était davantage axée sur le consentement sexuel, les couples pouvant établir leurs conditions dans un contrat intelligent avant toute rencontre. Ces conditions peuvent inclure des tests pour assurer la sécurité des deux parties.

Malheureusement, l’application a été abandonnée, prétendument en raison de plaintes du féminisme radical. Cependant, comme pour Ascendance Biomedical, l’idée reste ouverte à d’autres sociétés.

Au-delà du sida

L’un des secteurs ayant le plus bénéficié de la technologie blockchain est justement celui des soins de santé. Plusieurs initiatives dans le monde ont vu le jour sur la base de différentes blockchains, qui visent à améliorer les procédures actuelles du secteur.

Parmi plusieurs projets, on peut citer MediLedger, un réseau ouvert et décentralisé pour l’industrie pharmaceutique, MiPasa, un système mondial de contrôle et de communication qui permet une détection précoce plus rapide et plus précise des porteurs de COVID-19, et ConsenSys Health, une division qui cherche à créer de nouvelles solutions pour le secteur médical en utilisant Ethereum.

Toutes ces idées, à long terme, permettront de lutter contre un grand nombre de maladies, dont le VIH. Aujourd’hui, plus que jamais, il est important de se rappeler que nous avons entre les mains les outils nécessaires pour lutter contre tout ce qui menace notre santé.

Avis de non-responsabilité

Toutes les informations présentes sur notre site web sont publiées de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. Toute action entreprise par le lecteur sur la base des informations trouvées sur notre site web est entièrement à ses propres risques.
Share Article

The opinion of BeInCrypto staff in a single voice.

SUIVRE CET AUTEUR

Faites du trading avec les meilleurs signaux crypto - des profits garantis avec plus de 70% d’exactitude

Adhérez

Want to learn how to trade? Get a beginners guide from BeInCrypto Academy!

Learn now