La mort des galeries : comment la crypto a révolutionné le monde de l’art

Partager l’article
EN BREF
  • Les gens se rassemblent au Bitcoin Mining Market pour célébrer BitBasel, un rassemblement d'artistes crypto, de collectionneurs et de fans.

  • Qu'est-ce qu'est vraiment le crypto-art et qu'est-ce qui le différencie des autres formes d'art ?

  • Plusieurs plateformes ont été créées pour répondre aux besoins des artistes et des collectionneurs, et d'autres sont sur le point d'être lancées.

The Trust Project est un consortium international d'organismes de presse basé sur des normes de transparence.

Décembre 2020 sous le soleil de la Floride. Art Basel Miami, l’un des plus grands et des plus importants événements artistiques du monde, a été annulé en raison de la pandémie du coronavirus. Cela dit, la communauté de l’art crypto ne baisse pas les bras pour autant face au virus.

Dans le quartier artistique Wynwood de Miami, une centaine de personnes se réunissent au Bitcoin Mining Market pour célébrer BitBasel, une rencontre entre artistes crypto, collectionneurs et fans. On y voit beaucoup de tatouages, de coiffures funky et de robes sexy. Contrairement à la plupart des événements de crypto, le ratio homme/femme y est d’environ 50/50.

Un livestream relie cette salle sur le thème du bitcoin (BTC), qui inclut notamment un banc construit à partir de machines minières hors d’usage, et des intervenants du monde entier. Certaines interviews et la modération se déroulent sur une petite scène, mais la plupart des orateurs et des panélistes ne peuvent être vus que sur plusieurs écrans plats.

BitBasel Miami

Environ 1 000 téléspectateurs suivent l’événement en ligne. Deux autres écrans présentent une sélection d’œuvres d’art crypto, la plupart étant des animations aux couleurs vives et psychédéliques, qui ont été sélectionnées par l’artiste crypto Johnny Dollar pour l’occasion. Beaucoup de ces œuvres peuvent être acquises et échangées sur une blockchain sous forme de jetons non fongibles (NFT).

L’art crypto, qu’est-ce que c’est ?

Mais qu’est-ce que le crypto-art ? Qu’est-ce qui attire la foule branchée de Miami et les spectateurs en ligne du monde entier vers ce nouveau phénomène ? Qu’est-ce qui le différencie des autres formes d’art ?

La définition la plus précise de l’art crypto est la suivante : un art numérique qui obtient sa rareté par des jetons non fongibles sur une blockchain. L’art ne peut avoir de valeur que s’il est rare. Les peintures et les sculptures sont rares par nature. Les photographies, les gravures ou les lithographies sont généralement des éditions limitées signées par l’artiste. Au contraire, les fichiers numériques peuvent être copiés à l’infini sans perte de qualité et ne pouvaient donc pas être rares. Du moins avant l’invention de la blockchain.

La blockchain a été créé pour garantir la rareté de l’argent numérique sans qu’il soit nécessaire de faire confiance à une institution centrale. Les jetons d’une blockchain peuvent aussi représenter autre chose que de l’argent, et l’art en fait partie.

Cependant, il y a une grande différence entre l’argent et l’art. L’argent doit être fongible, ce qui signifie que peu importe qu’on vous paie en billets de 20 euros ou en pièces de un euro. Tant que la valeur est correcte, vous ne vous souciez pas de la forme. Il en va de même pour les bitcoins ou les jetons numériques. Chaque jeton qui représente une valeur est aussi bon qu’un autre.

C’est pour cela que les NFT ont été inventés

Les œuvres d’art fonctionnent différemment : elles sont uniques. C’est pourquoi le NFT a été inventé. Chaque NFT est différent. Il peut être clairement identifié et est accompagné de métadonnées telles qu’une image ou une description. Les jetons non fongibles peuvent être envoyés par internet et stockés dans un wallet (ou portefeuille électronique), tout comme les bitcoins.

Il peut représenter n’importe quel type d’objet de collection, mais l’art numérique est devenu son cas d’utilisation le plus populaire et le plus réussi. Les peintures traditionnelles peuvent également être représentées par des NFT. Ici, l’avantage n’est pas la rareté artificielle, mais le fait qu’un token de blockchain peut prouver l’authenticité et la provenance d’une œuvre d’art.

Jusqu’à présent, les collectionneurs devaient faire confiance à une galerie pour savoir qu’une œuvre d’art était authentique. La galerie devait également produire un document indiquant les anciens propriétaires d’une œuvre d’art. Tout cela peut maintenant être fait beaucoup plus efficacement grâce à la technologie de blockchain. Cela renforce la position des artistes vis-à-vis des galeries, qui ont pris une part importante dans chaque vente pour leurs services.

La crypto change tout cela. L’artiste mexicain Moxarra commente ce fait en reprenant à sa manière le logo de MTV (qui s’écrit désormais NFT) et la première chanson jamais diffusée sur cette chaîne, “Crypto Killed the Gallery Star” [inspiré de la chanson “Video Killed the Radio Star“]. “Cette œuvre d’art se présente sous la forme d’un t-shirt en édition limitée. Seuls les propriétaires du NFT correspondant peuvent le porter”, explique Moxarra.

NFT-Shirt par Moxarra

Les marchés de l’art crypto ouvrent de nouvelles portes

Plusieurs plateformes de marché ont été créées pour répondre aux besoins des artistes et des collectionneurs, et d’autres sont sur le point d’être lancées. L’une des plus grandes est OpenSea.io, où chacun peut télécharger ses œuvres et les vendre pour de l’argent numérique. SuperRare.com a une approche plus sélective : en tant qu’artiste, vous devez déposez une demande, et ils n’acceptent que des œuvres uniques, pas de séries ou d’éditions.

Rarible.com est ouvert à tous, et il offre un moyen facile de créer des NFT à la fois pour des œuvres uniques et multiples. La plupart de ces plateformes sont basées sur Ethereum (ETH), mais d’autres blockchains comme WAX ou RSK commencent à se faire concurrence pour ce nouveau marché.

“Cela ouvre de nouvelles portes aux artistes pour vivre de leur art”, a déclaré Gus Grillasca, un artiste crypto mexicain. Ce dernier a ajouté :

Dans le monde de l’art traditionnel, seules quelques superstars gagnaient tout l’argent. Maintenant, tout le monde a une chance. Je ne suis pas une superstar, mais quand je vends une œuvre d’art sur SuperRare, j’en gagne 600 à 800 dollars, ce qui est une somme d’argent considérable au Mexique.

Un autre avantage que ces platesformes de marché offrent aux artistes est qu’ils obtiennent une part des ventes secondaires, généralement de l’ordre de 10%. Dans le secteur de l’art ancien, une fois qu’un artiste avait vendu son œuvre à un collectionneur, il ne touchait pas un centime si ce dernier la vendait à un prix plus élevé à quelqu’un d’autre.

Si l’artiste était devenu célèbre entre-temps, seuls les propriétaires de ses premières œuvres bénéficieraient de leurs cours plus élevés, mais pas l’artiste lui-même. Dans l’art crypto, les artistes reçoivent leur juste part.

Ce ne sont toutefois pas seulement les avantages économiques qui rendent l’art crypto attrayant. La technologie permet également de nouvelles formes d’expression. De nombreuses œuvres d’art crypto ne sont pas statiques, mais animées. Certaines sont interactives et comprennent un code informatique.

L’œuvre ETH Boy, un portrait du fondateur d’Ethereum, Vitalik Buterin, habillé en Harlekin de style Picasso par Alotta Money et Trevor Jones, change tous les jours en fonction de données telles que le cours de l’éther ou les frais de gaz du réseau Ethereum.

“J’étais enthousiaste à l’idée que ce tableau change tous les jours en réponse à des variables externes qui échappent à notre contrôle ou à celui de quelqu’un d’autre”, déclare Jones, son co-créateur. L’ETH Boy a été vendu 260 ETH (169 234$ au cours actuel) sur la plateforme Async Art, spécialisée dans l’art programmable.

Un élément fascinant du monde crypto

Pour moi, l’art crypto est l’un des domaines les plus fascinants du monde crypto. Je suis le manager d’un jeune artiste appelé Max Cryptohead, qui crée des portraits numériques de pionniers de la crypto tels que Satoshi Nakamoto, Nick Szabo, ou Adam Back sur 21heads.com.

Jusqu’à présent, ses œuvres sont statiques ; il s’agit de JPEG haute résolution qui peuvent être imprimés sur une toile pour être accrochés aux murs. Cela dit, Max est totalement fasciné par les nouvelles possibilités de l’art crypto, et il apprend à travailler avec Adobe After Effects et d’autres programmes pour créer des formes d’art plus dynamiques. Il a déclaré :

Quand j’ai commencé à créer mes portraits de héros de la crypto, je n’avais aucune idée des possibilités du crypto-.art. Plus je m’y plonge, plus il m’intrigue. J’ai même déjà gagné un peu d’argent avec mon art.

Max Cryptohead et deux de ses peintures

En dehors de cela, j’ai lancé ma nouvelle émission vidéo Café Moonmartre. Dans chaque épisode, j’interviewe un artiste, un galeriste, un conservateur ou un collectionneur qui joue un rôle dans cette nouvelle et dynamique scène artistique.

L’émission d’art crypto d’Aaron Koenig : “Café Moonmartre”

Auteur : Aaron Koenig

NOTE : Les opinions exprimées ici sont celles de l’auteur et ne représentent ou ne reflètent pas nécessairement les vues de BeInCrypto.

Avis de non-responsabilité

Toutes les informations présentes sur notre site web sont publiées de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. Toute action entreprise par le lecteur sur la base des informations trouvées sur notre site web est entièrement à ses propres risques.
Share Article

The opinion of BeInCrypto staff in a single voice.

SUIVRE CET AUTEUR

Faites du trading avec les meilleurs signaux crypto - des profits garantis avec plus de 70% d’exactitude

Adhérez

Want to learn how to trade? Get a beginners guide from BeInCrypto Academy!

Learn now