Ces dernières semaines ont été mouvementées pour BitMEX. Le 1er octobre, il a été annoncé que les fondateurs de l’échange de dérivés cryptos feraient face à des accusations de la part du ministère américain de la Justice (DOJ).

Ces frais incluent l’exploitation d’une plateforme de trading non enregistrée et la violation de la loi sur le secret bancaire. Comme rapporté le jeudi 8 octobre par BeInCrypto.com, BitMex a annoncé que ses hauts dirigeants, y compris le PDG Arthur Hayes, démissionneraient.

Le vendredi 9 octobre, il a été annoncée que l’ancien directeur technique de BitMEX, Samuel Reed, qui avait été arrêté dans le Massachusetts le 1er octobre, avait signé une caution de comparution non garantie de 5 millions de dollars pour sa libération dans l’attente de la procédure judiciaire. Dans le cadre de cet accord, les passeports de Reed et de son épouse auraient également été saisis.

Des changements ont été apportés à la direction du groupe 100x, avec effet immédiat. Nous avons publié les détails sur notre blog:

Selon un document judiciaire découvert par The Block, la caution de Reed a été approuvée il y a six jours. Avec l’éventualité, il comparaîtra pour une procédure judiciaire et, s’il est reconnu coupable, se rendra aux autorités.

Pendant ce temps, les co-fondateurs de Reed, Arthur Hayes, Ben Delo et l’exécutif Gregory Dwyer, tous inculpés des mêmes chefs d’accusation, restent «en liberté», selon un communiqué de presse du DoJ.

Parallèlement aux actes d’accusation, la US Commodity Futures Trading Commission (CFTC) a intenté une action civile contre Reed, Hayes, Delo et deux autres sociétés liées à BitMEX.

Le volume du trading sur l’exchange BitMEX a chuté la semaine dernière et les opinions sur son sort ont été partagées. Certains commentateurs de la crypto ont critiqué BitMEX pour avoir endommagé l’image de l’industrie après les accusations, tandis que d’autres ont noté l’opportunité qu’ils présentent pour les plateformes de trading décentralisées.

Reed attend actuellement sa prochaine audience. Il est représenté par le cabinet d’avocats Latham & Watkins LLP.