Les exchanges crypto s’empressent de retirer le XRP suite aux charges de la SEC

Partager l’article
EN BREF
  • Les exchange ont commencé à retirer le XRP de leur liste suite aux accusations de la SEC contre Ripple.

  • L'agence américaine des titres allègue que Ripple et ses cadres ont vendu illégalement des XRP.

  • Avec d'autres exchanges susceptibles de retirer l'actif, le cours du XRP s'est déjà effondré d'environ 36%.

The Trust Project est un consortium international d'organismes de presse basé sur des normes de transparence.

Plusieurs exchange de cryptomonnaie ont commencé à retirer le XRP de leur cote. Ces actions font suite à des accusations portées par la Securities and Exchange Commission (SEC) contre Ripple pour avoir vendu son token en tant que titre non enregistré.



Le cours du XRP a plongé depuis que l’annonce des accusations. La cryptomonnaie, antérieurement classée troisième en termes de capitalisation boursière, est passée d’environ 0,52 dollar lundi 21 décembre à environ 0,31 dollar au moment de la rédaction du présent rapport.

Veuillez noter : Face aux mesures d’exécution de la Securities & Exchange Commission américaine contre Ripple Labs et deux de ses cadres, nous avons suspendu tous les services de paiement et de trading de #XRP sur la plateforme OSL, avec effet immédiat et jusqu’à nouvel ordre.

Les exchanges crypto délaissent le XRP

Comme BeInCrypto l’a rapporté ce mercredi 23 décembre, la SEC a officiellement accusé les cadres de Ripple de vendre un titre non enregistré. L’organisme américain affirme que l’entreprise et ses cadres ont vendu illégalement pour plus de 1,3 milliard de dollars de monnaie numérique.

Selon un communiqué de presse de la SEC, Ripple, son PDG Brad Garlinghouse et son co-fondateur Chris Larsen n’ont pas enregistré les ventes en cours. De leur côté, les dirigeants affirment que le XRP est une monnaie et non un contrat d’investissement.

Si la SEC considère que le XRP est un titre, le jugement aura probablement un impact sur les plateformes d’échange non enregistrées proposant la cryptomonnaie. La réglementation actuelle exige que toutes les sociétés qui vendent des titres s’inscrivent auprès de l’agence.

En conséquence, plusieurs exchanges basés aux États-Unis ont commencé à retirer le XRP de leurs plateformes. Jusqu’à présent, OSL, Beaxy et CrossTower ont tous annoncé une suppression ou une suspension immédiate du trading de XRP :

La SEC a présenté des charges contre @Ripple sur la réalisation d’une vente de titres non enregistrée.

Pour cette raison, #Beaxy a arrêté le commerce de XRP dans l’attente de d’autres nouvelles.

Les retraits de $XRP resteront possibles jusqu’à nouvel ordre.

Davantage d’exchanges et d’entreprises pourraient également annoncer des politiques similaires avant l’issue éventuelle du procès.

le youtuber et analyste du secteur Alex Saunders a déclaré que les exchanges et le secteur des services financiers autour desquels tourne le modèle économique de Ripple “n’oseront pas toucher” au XRP tant que son statut juridique ne sera pas clarifié.

En effet, la société Bitwise Asset Management a annoncé le 23 décembre qu’elle avait liquidé sa propre position en XRP. Selon un communiqué de presse, le fonds avait une allocation de 3,8% au XRP. Les fonds ont été réinvestis dans d’autres actifs du portefeuille.

Le cours du XRP est en chute libre suite à la nouvelle

Si la SEC gagne le procès en cours, l’impact ne se limitera pas à la légalité de Ripple et des autres sociétés qui vendent du XRP. Elle pourrait également limiter le cas d’utilisation supposée du bien numérique.

Il est compréhensible que la nouvelle ait eu un impact négatif sur le cours de l’actif. Ripple a d’abord annoncé s’attendre à un procès de la SEC le lundi 21 décembre. À cette date, le XRP s’échangeait à environ 0,52$.

Dans les jours qui ont suivi, le cours du XRP a chuté d’environ 36%. Au moment de la rédaction du présent document, la cryptomonnaie se négociait autour de 0,31$ l’unité.

En termes de capitalisation boursière, le XRP a plongé d’environ 9 milliards de dollars sur la même période. Cette chute a signifié qu’il a perdu sa position de troisième plus grand actif numérique en termes de taille totale du marché.

Une menace pour l’ensemble de l’industrie ?

Comme le prouve le procès du token Kin de Kik, la SEC s’en prend peu à peu aux sociétés qui, d’après l’agence, aurait vendu des cryptomonnaies illégalement. Cependant, le XRP de Ripple est de loin sa plus grande cible à ce jour.

De telles actions soulèvent des questions sur d’autres projets dans l’industrie. Si la SEC a déjà déclaré que les pièces dominantes Bitcoin (BTC) et Ether (ETH) ne sont pas des titres, on ne peut pas en dire autant de chaque projet.

Le boom de l’offre initiale de pièces (ICO) en 2017/18 a vu de nombreux nouveaux projets lever des fonds par la vente de tokens. Un nombre important de ceux qui vendent des tokens à des investisseurs américains passeront probablement le test de Howey, que la SEC utilise pour déterminer si un actif est un titre.

Avis de non-responsabilité

Toutes les informations présentes sur notre site web sont publiées de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. Toute action entreprise par le lecteur sur la base des informations trouvées sur notre site web est entièrement à ses propres risques.
Share Article

A former professional gambler, Rick first found Bitcoin in 2013 whilst researching alternative payment methods to use at online casinos. Having concluded that the root of most of the world’s evils stem from a toxic financial system during his time reading International Politics at university, the disruptive potential of a decentralised, borderless asset was immediately clear. After transitioning to writing full-time in 2016, Rick was able to put his passion for Bitcoin to work for him professionally. He has since written for a number of digital asset publications in a variety of capacities.

SUIVRE CET AUTEUR