IPFS : de quoi s’agit-il et comment ça marche ?

EN BREF
  • Pourquoi le système IPFS suscite-t-il actuellement autant d’intérêt ? Nos explications.
  • promo

    Profitez de 70 CFD sur les cryptomonnaies, sans frais de commission et avec des spreads ultra bas Profitez

IPFS (InterPlanetary File System), est un protocole hypermédia peer-to-peer (P2P) créé dans l’objectif de “révolutionner Internet”. Il s’agit d’un système distribué qui permet aux utilisateurs de stocker et d’accéder à des fichiers, des applications et des sites web. 

Comment fonctionne IPFS ? Pourquoi suscite-t-il autant d’intérêt ? Et en quoi la centralisation du web pose-t-elle problème ? Explications.

Table des matières

  • Pourquoi la centralisation du web pose-t-elle problème ?
  • IPFS, qu’est-ce qu’est ?
  • Pourquoi utiliser IPFS ?
    • Rapidité
    • Décentralisation
    • Sécurité
    • Efficacité
  • IPFS, comment ça marche ?
  • Comment stocke-t-il les données ?
  • IPFS : mode d’emploi
  • Comment créer un node IPFS ?
  • Avantages et inconvénients d’IPFS
  • Questions fréquentes (FAQ)

Pourquoi la centralisation du web pose-t-elle problème ?

IPFS

Pour comprendre la vision d’IPFS, nous devons d’abord comprendre ce qui ne va pas avec la structure actuelle d’Internet.

Il y a 15 ou 20 ans, Internet était beaucoup plus décentralisé qu’il ne l’est aujourd’hui. Pourquoi ? Tout simplement parce que les codes de notre monde virtuel sont dictés par un petit groupe de grandes entreprises qui contrôlent le trafic, les données et bien plus encore.

En effet, ces entreprises ont un impact direct sur les vies et les carrières de milliards de personnes dans le monde, et il va sans dire que les répercussions d’un monopole aussi flagrant peuvent être dangereuses. Par exemple, les Big Tech comme Google ou les réseaux sociaux comme Twitter, Instagram et Facebook, sont souvent accusés de se livrer à des pratiques commerciales contraires à l’éthique.

Pire encore, la plupart des serveurs qui hébergent les données créées et partagées chaque jour (y compris nos photos, vidéos, documents et autres fichiers personnels) sont contrôlés par une petite poignée d’entreprises, notamment Amazon, Google, IBM et Microsoft. Que se passerait-t-il si les serveurs d’une ou plusieurs de ces entreprises tombaient en panne ? Que se passerait-il si ces entités perdaient le contrôle de nos données ?

N’oublions pas non plus que les gouvernements peuvent, en un claquement de doigts, censurer ou même supprimer n’importe quelle plateforme digitale. Les décisions gouvernementales de ce type sont monnaie courante dans les quatre coins du monde.

Avec un peu de recul, on se rend compte que la centralisation est la mère de la plupart des maux dont souffre le web actuel. Comment IPFS compte-t-il résoudre tous ces problèmes ?

IPFS, qu’est-ce qu’est ?

IPFS (InterPlanetary File System) est un protocole hypermédia P2P créé par Protocol Labs. Il s’agit d’un service web3 décentralisé qui utilise un grand réseau distribué d’ordinateurs pour héberger du contenu.

Des bases de données aux applications, en passant par les sites web3 et les fichiers multimédia, IPFS peut héberger n’importe quel type de contenu. À l’image du HTTP, le protocole permet d’accéder à ces contenus en saisissant des “liens”. En effet, le processus d’accès au contenu est presque identique à la façon dont vous accédez à une page web ordinaire en saisissant son URL.

Tout comme les réseaux blockchain qui utilisent des nœuds pour obtenir la puissance de calcul nécessaire à la validation des données, IPFS stocke les informations en utilisant la bande passante de centaines de milliers de nœuds.

Pour rappel, les nœuds sont les systèmes informatiques individuels qui forment collectivement le réseau IPFS. Ainsi, le protocole est capable de faire tout ce que font les plateformes centralisées du web2, mais sans dépendre d’une entité centralisée.

Pourquoi utiliser IPFS ?

Protocol Labs, la société mère du protocole IPFS, promet une rapidité, une décentralisation, une sécurité et une efficacité optimales.

Rapidité

Actuellement, le protocole de transfert hypertexte (HTTP) constitue la forme standard du protocole de requête-réponse de l’infrastructure client-serveur. Le protocole HTTP vous guide uniquement vers un emplacement, généralement un serveur unique. En revanche, le modèle P2P d’IPFS vous permet de récupérer simultanément différents éléments de contenu à partir de plusieurs nœuds (ou systèmes informatiques). Résultat ? Une réduction de l’utilisation de la bande passante et une meilleure connectivité.

Décentralisation

Aujourd’hui, les entreprises comme Amazon Web Services ou Google Cloud possèdent pratiquement toutes les données que nous choisissons (de notre plein gré) de stocker sur leurs serveurs Web. À tout moment, ces entreprises peuvent vous refuser l’accès à leurs plateformes et à votre propre contenu.  

Dans certains pays comme l’Iran et la Chine, ces plateformes peuvent même aider les gouvernements à vous sanctionner. En revanche, le modèle P2P du réseau IPFS assure une décentralisation complète, qui, à son tour, protège vos données contre la censure.

Sécurité

Le protocole s’appuie sur deux mécanismes pour protéger vos données contre les attaques et les acteurs malveillants : 

  • Un système d’immuabilité pour empêcher toute modification des données hébergées dans un node IPFS.
  • Chaque fichier a son propre identifiant de hachage. En termes simples, le hachage est une empreinte digitale unique à un fichier spécifique. Ainsi, vous pouvez vous assurer de l’authenticité de n’importe quel fichier en vérifiant son code de hachage.

Efficacité

La décentralisation du réseau nous rappelle les fonctionnalités de certaines plateformes de l’ancienne génération comme BitTorrent. En effet, chaque node IPFS possède des copies d’un fichier. À chaque fois que le code de hachage (code de localisation spécifique au fichier) lui est envoyé, il envoie les données vers l’expéditeur du message. Le processus est en effet similaire au “seeding” d’un fichier torrent.

Notez cependant que lorsqu’un fichier est téléchargé pour la première fois sur IPFS, le réseau n’en fait qu’une seule copie, avec un seul hachage. Cela permet de réduire la quantité de données et le besoin d’espace de stockage. Par conséquent, le protocole peut fonctionner même avec un débit internet très moyen, ce qui le rend accessible à la plupart des internautes.

IPFS, comment ça marche ?

Lorsque vous téléchargez un fichier sur IPFS, le réseau le divise en plusieurs petits morceaux et les distribue sur plusieurs ordinateurs (nœuds). Tous les morceaux de ce fichier sont identifiables par un seul hachage. En d’autres termes, le hachage aide le réseau à identifier les nœuds contenant les différentes parties du fichier correspondant à ce hachage.

Si vous souhaitez accéder à ce fichier, il vous suffit d’entrer son hachage (URL) sur un navigateur web compatible avec IPFS comme Brave Browser ou Opera. Le processus est presque identique à la navigation classique sur Internet. Une fois le hash identifié, IPFS demande à tous les nœuds de transmettre les morceaux du fichier dont ils disposent via une connexion P2P.

À l’image des autres réseaux blockchain, IPFS est immuable, ce qui signifie que le contenu des fichiers ne peut pas être modifié. Par conséquent, si vous altérez ou modifiez un fichier ou son contenu, son hachage changera de façon automatique.

Cependant, le réseau dispose d’un système de gestion des versions qui limite les inconvénients de l’immuabilité. Ainsi, vous pouvez ajouter de nouvelles versions d’un fichier et les connecter à des versions antérieures. Grâce à cette fonctionnalité, l’historique des fichiers reste intact et accessible.

Comment stocke-t-il les données ?

IPFS divise les fichiers volumineux en morceaux de 256 Ko, appelés “objets IPFS”. Chaque objet IPFS d’un fichier contient des liens vers tous les autres objets correspondant à ce fichier.

L’identifiant de hachage (ou hash ID) associé à un fichier comporte 24 caractères et s’appelle “content ID” (CID). Lorsque vous récupérez un fichier, le réseau vérifie le hachage pour confirmer l’intégrité de ce dernier. Si la vérification du hachage échoue, cela signifie que quelqu’un a modifié le fichier.

Supposons par exemple que vous avez téléchargé un fichier sur le réseau IPFS à partir de votre nœud. Peu de temps après, une autre utilisatrice nommée Alice le demande et le télécharge sur son ordinateur (nœud). Après un certain temps, un utilisateur nommé Olivier demande le même fichier. Maintenant, Olivier peut récupérer le fichier depuis votre nœud, ou depuis celui d’Alice, ou depuis vos deux nœuds. Plus le nombre de téléchargements est élevé, plus de nœuds seront disponibles pour répondre aux demandes de téléchargement ultérieures.

Il convient cependant de noter que le réseau supprime périodiquement les objets IPFS mis en cache des nœuds. Afin d’éviter que cela ne se produise, vous pouvez épingler vos fichiers pour les stocker de façon permanente sur votre nœud.

Notez enfin que vous pouvez vous inscrire sur des plateformes de stockage cloud compatibles avec IPFS et mettre vos données à la disposition de ce dernier. De cette façon, vos données resteront toujours épinglées. 

IPFS : mode d’emploi

Comment utiliser IPFS ?

Certains navigateurs, dont Brave Browser et Opera, sont compatibles avec le protocole IPFS. Sur Brave et Opera, vous pouvez directement coller le lien IPFS (CID) dans la barre d’adresse pour accéder au site ou au fichier que vous recherchez. Pour les autres navigateurs, vous aurez probablement besoin d’un module complémentaire.

Il convient également de noter que Brave Browser vous permet d’accéder au contenu IPFS via votre propre nœud local ou via une passerelle publique. La première option est préférable pour ceux qui souhaitent vérifier localement leur contenu.

Si vous utilisez un autre navigateur comme Google Chrome ou Mozilla Firefox, vous pouvez accéder au contenu IPFS via une passerelle publique comme Cloudflare, IPFS.io ou n’importe quelle autre passerelle alternative répertoriée sur cette liste.

Comment créer un node IPFS ?

Pour exécuter votre propre node IPFS, le moyen le plus simple et le plus rapide consiste à installer un IPFS Desktop. Il s’agit d’une gamme de logiciels développée par Protocol Labs et compatible avec la plupart des systèmes d’exploitation y compris Windows, Mac et Ubuntu.

IPFS Desktop est relativement simple à utiliser, et il est accompagné de plusieurs tutoriels. De plus, il vous permet de télécharger n’importe quel fichier sur le réseau IPFS en seulement quelques clics.

Il existe également un module complémentaire de navigateur (IPFS Companion) qui vous permet d’interagir avec IPFS Desktop et votre nœud directement depuis votre navigateur. Le module complémentaire est compatible avec Chrome, Edge, Firefox, Brave et Opera.

Avantages et inconvénients d’IPFS

Axé sur le web3 et la décentralisation, le protocole IPFS offre de nombreux avantages à ses utilisateurs, notamment :

  • IPFS permet d’accéder facilement aux fichiers (sites web, vidéos, images, documents, articles, etc.) de n’importe où sans dépendre d’une entité centralisée. Sa décentralisation le rend plus rapide, plus démocratique et plus sûr.
  • Les utilisateurs sont beaucoup moins susceptibles d’être affectés par la censure du contenu. Étant donné que vous accédez aux données directement à partir d’une source (via une connexion P2P), vous pouvez voir des contenus censurés ou bloqués dans votre région.
  • IFPS offre une sécurité optimale et une bonne connectivité, même dans les endroits où les débits Internet sont relativement faibles.

Malgré tout ses avantages, IPFS a aussi son lot d’inconvénients, en voici quelques-uns :

Par exemple, le protocole offre très peu d’outils de recherche de contenu. Actuellement, IPFS ne dispose pas d’un moteur de recherche entièrement fonctionnel que vous pourriez utiliser pour rechercher du contenu. En d’autres termes, il ressemble à Internet tel que nous le connaissons aujourd’hui, mais sans Google (ou Bing ou DuckDuckGo, etc).

De même, la décentralisation du protocole peut aussi constituer une arme à double tranchant, surtout en termes de réglementation. En effet, IPFS ne semble pas avoir de mécanisme pour limiter le contenu potentiellement dangereux (discours haineux, fausses informations, pédopornographie, violation des droits d’auteur, etc). En l’absence d’un mécanisme de contrôle, la plateforme peut rapidement se transformer en un terrain d’activités illégales.

Cela dit, si Protocol Labs parvient à résoudre ces problèmes le plus tôt possible, IPFS pourrait très bien devenir un pilier important de l’univers émergent du web3 et ouvrir la voie à une révolution d’Internet.

  • Vous voulez en discuter avec d’autres passionnés de crypto ? N’hésitez pas à rejoindre notre groupe Telegram en français !

Questions fréquentes (FAQ)

Qu’est-ce que IPFS ?

IPFS (InterPlanetary Filing System) est un protocole hypermédia P2P créé par Protocol Labs. Il s’agit d’un service décentralisé qui s’appuie sur un réseau distribué d’ordinateurs pour héberger du contenu.

Le protocole peut héberger plusieurs types et catégories de contenu, notamment les bases de données, les sites web, les fichiers multimédias, les documents et les applications. Vous pouvez accéder à tout contenu stocké sur le réseau IPFS en saisissant un lien (tout comme lorsque vous saisissez l’URL d’un site web sur votre navigateur).

IPFS peut-il être piraté ?

C’est vraiment peu probable. En effet, le réseau IPFS se compose d’un vaste réseau d’ordinateurs (appelés nœuds) et il ne dispose pas de serveurs ou de systèmes centralisés qui pourraient être ciblés par les hackers.

IPFS est-il une base de données ?

Non, IPFS est un protocole hypermédia peer-to-peer (P2P) et un système distribué qui permet aux utilisateurs de stocker et d’accéder à des données, des fichiers, des applications et des sites web.

IPFS est-il centralisé ?

IPFS n’a pas de stockage centralisé. Il déploie des centaines de milliers de nœuds qui mettent leur bande passante à la disposition du réseau pour stocker des données.

Quel est l’objectif d’IPFS ?

L’objectif premier d’IPFS est de créer un réseau informatique mondial incensurable qui garantit la confidentialité et la sécurité.

IPFS est-il une blockchain ?

IPFS n’est pas une blockchain. Cependant, il est également immuable et décentralisé.

Avis de non-responsabilité

Toutes les informations contenues sur notre site web sont publiées de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. Toute action entreprise par le lecteur sur la base des informations figurant sur notre site web est strictement faite à ses propres risques. Dans la section S'instruire, notre priorité est de fournir des informations de haute qualité. Nous prenons le temps d'identifier, rechercher et créer un contenu éducatif qui sera utile à nos lecteurs. Afin de maintenir ce niveau de qualité et continuer à créer un contenu valable, nos partenaires sont susceptibles de nous verser une commission pour des placements figurant dans nos articles. Toutefois, ces commissions n'affectent pas nos processus de création de contenu objectif, honnête et pertinent.