Fiscalité crypto : la France serait l’un des pays les plus taxeurs selon une étude

Mis à jour par Matias Calderon
EN BREF
  • Une étude de Coinclub place la France au registre des mauvais élèves en termes de fiscalité crypto.
  • Toutefois, le pays s'intéresse de plus en plus à la crypto et plusieurs initiatives pourraient faire table rase des taxes.
  • promo

    Profitez de 70 CFD sur les cryptomonnaies, sans frais de commission et avec des spreads ultra bas Profitez

La France s’intéresse de plus en plus au secteur crypto. Toutefois, selon une étude, la fiscalité serait encore loin d’être avantageuse.

La France, mauvaise élève de la fiscalité crypto ?

Alors que les cryptomonnaies deviennent des actifs de plus en plus considérés par les pays du monde, les régulations, lois et fiscalités sont en pleine transformation. La France n’est pas en reste avec un gouvernement plutôt favorable à la crypto. Toutefois, selon une étude, quelques points manquent encore pour faire d’elle un pays avantageux pour le secteur.

Chaque année, Coinclub publie une étude évaluant les pays les plus ouverts à la crypto sphère. Fiscalité ou encore frais de transaction sont analysés afin d’établir un classement global. Les dernières évolutions en matière de réglementation sont également prises en compte. Dans l’édition 2022, Coinclub affirme que l’Allemagne serait le pays avec la fiscalité la plus avantageuse pour les investisseurs en crypto. En effet, l’Outre-Rhin a récemment annoncé la détaxation des bénéfices en cryptomonnaies si celles-ci sont détenues pendant au moins un an. On estime en outre que 44% de la population allemande serait susceptible d’investir dans l’industrie. Quant à la Belgique, elle est qualifiée comme le pire pays pour la crypto. Les gains et leurs transactions sont en effet taxés jusqu’à 50%.

Source : compte Twitter de Coinclub

Et la France dans tout cela ? Selon l’étude, le pays aurait de grands efforts à faire car il serait l’un des pays avec la fiscalité crypto la plus lourde. Le seuil de taxation reste en effet de 305 euros. Quant au trading, il est également imposé à la hauteur de 30 à 45%. En outre, le pays des droits de l’homme se hisse à la 49ème place du classement, avec un score négatif. Ainsi, pour Coinclub, la France semblerait être un pays à éviter pour le moment.

Bientôt quelques progrès ?

Toutefois, cette étude n’est pas à considérer comme une malédiction. En effet, la France semble encore novice dans son intérêt pour les cryptomonnaies. Le désir du gouvernement de développer le web3, porté par le nouveau Ministre du Numérique, ne date que de plusieurs mois. Entre temps, l’association Adan a proposé d’affiner la fiscalité crypto en participant aux débats du Projet de Loi de Finances Rectificative. Les premiers résultats, si tant est qu’elle ait réussi à convaincre, pourraient être annoncés lors de la sortie de la loi définitive.

Enfin, le Trésor français a lui aussi fait part de son engouement pour les cryptomonnaies. Le sous-directeur Pierre Chabrol nourrirait en effet de grands desseins pour l’industrie avec l’objectif de faire de la France la capitale de l’innovation. La prochaine étude de Coinclub, en 2023, saura nous dire si le pays des droits de l’homme aura su remplir ses objectifs.

Avis de non-responsabilité

Toutes les informations présentes sur notre site web sont publiées de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. Toute action entreprise par le lecteur sur la base des informations trouvées sur notre site web est entièrement à ses propres risques.