Metaverse : victime d’un accident ? Contactez votre avocat

EN BREF
  • L’exploration du metaverse n’est pas sans risques.
  • Des avocats américains proposent de défendre les victimes d’accidents liés au metaverse.
  • Qui est responsable des accidents du monde virtuel ?
  • promo

    Discutez des sujets les plus brûlants avec des traders et la communauté crypto sur Telegram Rejoignez-nous

Aux États-Unis, une équipe d’avocats propose de défendre les victimes d’accidents liés à l’utilisation des casques VR dans le metaverse.

Un cabinet d’avocats basé en Floride, aux États-Unis, propose d’aider les victimes d’accidents liés au metaverse à faire valoir leurs droits et à poursuivre les coupables en justice.

Proposition sérieuse ou coup de génie publicitaire ? Difficile de le savoir pour le moment, mais une chose est sûre : les avocats américains ne cessent de nous surprendre.

Il est actuellement difficile de déterminer le type d’accidents que l’on peut signaler aux autorités. Ceci dit, les blessures réelles causées par l’utilisation des casques de réalité virtuelle dans le metaverse se font de plus en plus courantes. 

Casques VR : un risque d’accidents

Morgan & Morgan, qui se targue d’être le plus grand cabinet d’avocats américain en matière de dommages corporels, dit vouloir venir en aide aux victimes de blessures, que ce soit dans le metaverse ou dans la vie réelle.

Certes, le metaverse offre beaucoup de divertissement. Cependant, “le corps humain reste toujours dans la réalité, tandis que l’esprit erre dans l’environnement de réalité virtuelle. Ainsi, certaines personnes se blessent en utilisant des appareils de réalité virtuelle”, explique Morgan & Morgan.

Le cabinet souligne également que les expériences virtuelles offertes par ces appareils ne sont pas sans risques. “La plupart des casques VR, comme le HTC Vive et l’Oculus Quest de Facebook, sont conçus pour détacher complètement l’utilisateur de la réalité en l’isolant des bruits et en limitant son champ visuel. Cela peut causer des fractures, des lésions cérébrales et des blessures aux personnes qui l’entourent. De plus, étant donné que les sens de l’utilisateur de réalité virtuelle sont inhibés, il aura du mal à éviter les éléments dangereux de son environnement. Chose qui peut aboutir à la détérioration d’objets personnels ou à un séjour à l’hôpital”.

Aïe !

Réalité virtuelle et sécurité

Morgan & Morgan précise que ces appareils ont été conçus à des fins de divertissement.  Ainsi, lorsqu’ils sont utilisés dans un environnement de travail et que des personnes subissent des blessures, il est possible de poursuivre leurs fabricants en justice.

“Malheureusement, ces appareils se focalisent exclusivement sur le divertissement. Et, certains fabricants ne mettent pas l’accent sur la sécurité lors du processus de fabrication, ce qui cause des blessures à des gens innocents. Si vous avez été blessé par un casque VR ou tout autre appareil lié au metaverse, nos avocats peuvent vous aider à intenter une action en justice contre le fabricant et à obtenir les dommages et intérêts dont vous avez besoin”.

Le cabinet d’avocats a également cité quelques exemples d’accidents subis dans le metaverse. “Ces gens oublient qu’ils sont encore dans le monde réel. Dans certains cas, les utilisateurs ont tenté de monter sur une surface surélevée dans le metaverse et sont tombés tête la première car cette surface n’existait pas réellement, ce qui a entraîné des défigurations nécessitant des traitement très coûteux à l’hôpital.

Même dans le metaverse, nos avocats n’oublient pas leurs cravates

Accidents dans le metaverse, à qui la faute ?

Morgan & Morgan estime que les fabricants d’équipements VR doivent respecter les réglementations en matière de sécurité. “Le problème est partiellement dû à la difficulté de déterminer les responsables des dommages liés à l’utilisation de la réalité virtuelle, car il existe de nombreux facteurs contributifs qui peuvent répartir la responsabilité sur différentes parties.

Par exemple, si un utilisateur n’utilise pas correctement son casque VR et se blesse, il est probablement le seul responsable des dommages puisqu’il a fait preuve de négligence. En revanche, si la blessure est causée par un défaut du casque VR, la responsabilité sera imputée au fabricant. Toutefois l’utilisateur doit être en mesure de prouver que ses propres actions n’ont pas contribué à sa blessure.

Morgan & Morgan promet également que ses clients “ne paieront pas un seul bitcoin avant que leur procès virtuel soit gagné”.

Ceci dit, mieux vaut prévenir que guérir. Faites attention à votre sécurité et prenez toutes les précautions nécessaires avant d’entamer votre aventure dans le metaverse.

Avis de non-responsabilité

Toutes les informations présentes sur notre site web sont publiées de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. Toute action entreprise par le lecteur sur la base des informations trouvées sur notre site web est entièrement à ses propres risques.