La France serait le pays le moins disposé à payer avec de la crypto en ligne selon une étude

Mis à jour par Matias Calderon
EN BREF
  • Une étude dresse un portrait mitigé de la France en termes d'achat en ligne avec de la cryptomonnaie.
  • Il semblerait que le public français entretienne un rapport bien particulier avec les achats dans le metaverse.
  • Plusieurs problèmes pratiques pourraient justifier cette aversion pour la crypto, qu'elle soit en ligne ou dans les commerces.
  • promo

    Profitez de 70 CFD sur les cryptomonnaies, sans frais de commission et avec des spreads ultra bas Profitez

Selon une étude, la France hésiterait beaucoup à adopter la crypto pour le shopping en ligne. Cette situation pourrait être le résultat de plusieurs facteurs qui pourraient repousser la population.

La France, le pays le plus tatillon avec la crypto ?

L’utilisation des cryptomonnaies en tant que moyen de paiement fait son cheminement à travers le monde. Avec plusieurs initiatives à son actif, la France semble elle aussi prendre le pli. Alors qu’un restaurant et un centre commercial font d’ores et déjà l’expérimentation des monnaies numériques, aucun problème ne semble avoir été signalé à grande échelle. Toutefois, si les possibilités sont là en ce qui concerne les achats en magasin, qu’en est-il de la motivation du public lorsqu’il s’agit du paiement en ligne ?

Selon un rapport publié par BigCommerce, le public serait encore très hésitant quant à l’utilisation de ce nouveau moyen de paiement. Basé sur l’interrogatoire de plus de 4000 acheteurs issus du Royaume-Uni, des Etats-Unis, de l’Italie, de l’Australie et de la France, le document dresse un portrait mitigé du pays des droits de l’homme. Bien que 66% des interrogés, dont des français, aient affirmé préférer la cryptomonnaie pour régler leurs achats, les motivations sont tout autres lorsqu’il s’agit du shopping en ligne.

Source : compte Twitter de BigCommerce

BigCommerce s’est, par exemple, penché sur l’intérêt du public pour le shopping dans le metaverse. Malgré l’installation de plusieurs marques dans les mondes virtuels et l’existence d’expériences d’achat virtuelles en France, les interrogés du territoire se sont montrés les plus réticents. Alors que 52% des australiens ont affirmé qu’ils auraient plaisir à acheter des objets dans le metaverse, seuls 35% des français interrogés se sont montrés favorables.

La pratique, premier obstacle au paiement en ligne ?

Cependant, contrairement à toute attente de la part de BigCommerce, la compréhension du metaverse par le public ne serait pas un problème. Près de 51% des interrogés ont ainsi affirmé qu’ils en avaient une bonne connaissance, ou du moins une connaissance basique. En outre, la confidentialité ne semble pas faire obstacle non plus puisque 72% des consommateurs ont indiqué qu’ils pourraient vendre leurs données en échange d’une expérience personnalisée.

L’envie d’avoir un contact physique avec son achat et de pouvoir l’examiner pourrait donc être une des premières raisons pour lesquelles les français seraient peu enclins à faire du shopping dans le metaverse. Toutefois, la France serait, pour l’instant, peu avancée en matière de paiement en crypto, même dans les magasins physiques. Selon une étude publiée récemment par PYMNTS, les outils proposés aux commerçants à travers le monde sont encore loin d’être satisfaisants. Certaines mises à jour peuvent par exemple handicaper le système de paiement et empêcher les clients de l’utiliser pendant plusieurs heures.

Le pays des droits de l’homme ne fait donc pas exception et, pour l’heure, un seul système semble utilisé dans les magasins : LYZI. Toutefois, aucun souci n’a été signalé concernant celui-ci. Il se pourrait néanmoins que la France doive attendre l’avènement de plusieurs solutions de paiement crypto, si possibles locales, pour convaincre la population.

Avis de non-responsabilité

Toutes les informations présentes sur notre site web sont publiées de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. Toute action entreprise par le lecteur sur la base des informations trouvées sur notre site web est entièrement à ses propres risques.