Voir plus

Si Donald Trump se présente aux présidentielles de 2024, Bitcoin y gagnera-t-il ?

7 mins
Par jeffgogo
Traduit Célia Simon
Rejoignez Notre Communauté de Trading sur Telegram

EN BREF

  • Donald Trump souhaite retenter sa chance en tant que président américain.
  • Bitcoin pourrait se trouver en position de force si l'un des présidents les plus controversés d'Amérique se trouve réélu.
  • Pendant son premier mandat, Bitcoin comme les marchés financiers traditionnels ont semblé prospérer.
  • promo

Donald Trump voudrait renouer avec la présidence américaine. Le mois dernier, il a présenté le plus solide indice en date de ses intentions. Bitcoin (BTC) et la crypto pourraient alors se trouver dans une position privilégiée dans le cas où l’un des présidents américains les plus controversés de son histoire récente serait réélu.

“Afin de redonner à notre pays son succès, sa sécurité et sa gloire, je vais probablement devoir recommencer”, a déclaré M. Trump lors d’un rassemblement de campagne à Sioux City, dans l’Iowa. Les Américains ont également voté pour les élections de mi-mandat de ce 8 novembre, ce afin de choisir les nouveaux membres du Congrès jusqu’en 2024.

Certains sondages prédisent une victoire des républicains, et qu’une annonce de la candidature de Trump à la présidence de 2024 sera alors dévoilée. C’est du moins ce que rapportent les médias grand public en citant les proches collaborateurs de l’ancien président. Selon ces mêmes sources, cette annonce aurait lieu le 14 novembre.

Selon ses proches, Donald Trump reste très populaire au sein du parti républicain. Les ramifications d’une éventuelle candidature de l’ancien président ne sont pas encore claires.

Trump et BTC : une relation complexe
Donald Trump

Des marchés plus performants sous Donald Trump ?

Donald Trump a été le 45ème président des États-Unis, ce de 2017 à 2021. Son mandat a été pour le moins mouvementé. En effet, le milliardaire de l’immobilier a brisé presque toutes les conventions rectilignes de la présidence américaine, ayant par exemple utilisé Twitter pour exprimer ses positions politiques.

L’ancien président Barack Obama avait quitté ses fonctions avec l’accord sur le nucléaire iranien, qui constitue l’un de ses coups de maître diplomatiques et un effort de paix dans le cadre d’un mandat par ailleurs éprouvé par la guerre. Trump n’a pas, pour sa part, souhaité hériter de l’accord, renouvelant les sanctions contre Téhéran avec l’approbation de Tel Aviv.

Trump a également défait des accords cruciaux sur le climat, tels que l’accord de Paris de 2015. De même, il a affronté directement les personnes avec lesquelles il n’était pas d’accord. Ainsi, les méthodes peu conventionnelles de l’ancien président ont été critiquées par beaucoup.

Les acteurs de la crypto et les marchés financiers traditionnels sont peut-être les seuls à ne pas l’avoir critiqué. En effet, pendant sa présidence, le marché Bitcoin a semblé prospérer. Le cours du BTC a notamment augmenté de plus de 2 600 % durant les quatre années de mandat de Trump, s’envolant d’environ 1 100 dollars pour grimper à un peu moins de 30 000 dollars, pour entrer dans le courant dominant.

Les marchés boursiers ont ensuite continué à grimper. Faisant fi de “toutes les craintes pré-électorales concernant une présidence Trump [qui se sont réalisées], l’attitude “erratique” du président “a favorisé l’autarcie” selon Bryn Lim, du département de commerce et d’économie de l’Université de Melbourne.

En effet, face à l’imprévisibilité de Trump, le marché a trouvé le moyen de réaliser des profits dans un environnement sensible, a déclaré M. Lim. Il s’agirait là du résultat de la deuxième lecture de la performance du marché appliquée par le capital, a-t-il ajouté.

“Selon la première interprétation, si les marchés sont performants, les prix sur les marchés reflètent fidèlement toutes les informations disponibles. Selon la seconde interprétation, si les marchés sont performants, les investisseurs ne peuvent pas réaliser de profits anormaux en négociant sur la base des informations disponibles”, a-t-il expliqué dans un ancien article de blog.

Trump et Bitcoin : des rapports difficiles

Trump ne s’est cependant pas soucié de ces perceptions. “Tous ces millions de personnes qui ont des 401(k) et des retraites s’en sortent bien mieux qu’elles ne l’ont jamais fait auparavant avec des hausses de 60, 70, 80, 90 et 100 % et même plus”, a-t-il vanté dans un discours au Congrès en 2020, selon Reuters.

L’ancien président faisait là référence à l’impact que la hausse des cours boursiers pendant sa présidence a exercé sur les fonds de pension et de retraite. Cependant, selon les experts, comparer l’impact de la politique sur le marché financier au sens large et, plus précisément sur l’écosystème crypto, constitue un exercice très subtil.

“Compte tenu de ses antécédents en matière de déploiement de palliatifs basés sur l’argent, l’écosystème crypto pourrait avoir de meilleures chances de connaître une croissance ciblée sur le long terme sous l’ancien président”, a déclaré à BeInCrypto Ben Sharon, PDG de la plateforme crypto Illumishare adossée à l’or.

Cependant, Donald Trump a une relation compliquée avec la crypto. S’il a tendance à affecter les marchés, il n’a jamais affirmé aimer Bitcoin, au contraire. “Je ne suis pas un fan de Bitcoin et des autres crypto-monnaies, qui ne sont pas de l’argent, et dont la valeur est très volatile et basée sur du vent”, a-t-il notamment tweeté en 2019.

“Les crypto-actifs non réglementés peuvent favoriser les comportements illicites, y compris le trafic de drogue et d’autres activités illégales”, a ajouté l’ancien président. Le tweet a depuis été supprimé, ainsi que le compte de Trump, qui a été suspendu en janvier 2021. Plus tard dans l’année, il a toutefois qualifié le BTC de “très dangereux”.

Le chemin d’une campagne

Plus récemment, Donald Trump est apparu dans des débats politiques, aidant le célèbre médecin Mehmet Oz dans sa campagne en faisant front à ses côtés. M. Oz, comme Donald Trump, défend un discours de campagne dans lequel la suprématie de l’Amérique occupe une place centrale.

Mehmet Oz est en compétition avec John Fetterman pour le siège de sénateur en Pennsylvanie, et a dû recourir à des attaques ad-hominem, un tour sorti tout droit du chapeau de Trump. Cela peut laisser penser beaucoup de choses, notamment que l’ancien président n’a pas perdu son excentricité.

Dans ce sens, une victoire de Trump en 2024 pourrait marquer un retour des politiques séparatistes imprévisibles, lesquelles ont semblé avoir un impact positif sur Bitcoin et les marchés financiers traditionnels pendant sa première ère. Cela dit, on ne sait pas clairement pourquoi les marchés se sont comportés de cette façon

“Compte tenu de la première interprétation, les marchés étaient-ils performants si, à un moment donné, ils craignaient une présidence de Trump mais que, peu de temps après, ils en venaient à la favoriser ?” s’est interrogé Bryan Lim, expert de l’Université de Melbourne.

“Peut-être que oui, peut-être que non, en fonction de ce que l’on pense concernant la condition ‘exacte’ qui exige que les croyances des investisseurs soient cohérentes. Ce que la présidence de Trump a mis en évidence, c’est que la deuxième interprétation de la performance du marché est presque certainement vraie.”

Bitcoin gagnera-t-il à une nouvelle présidence de Trump ?

Si Trump gagne, Bitcoin gagne

Les présidents “ont rarement eu beaucoup d’influence sur les cours des actions, étant donné les limites de leur fonction”, a déclaré M. Lim. Cependant, “pour le meilleur ou pour le pire, Donald Trump n’est pas un président ordinaire”. En effet, Bitcoin a enregistré une croissance impressionnante pendant la présidence de ce dernier.

Toutefois, c’est pendant le mandat de son successeur, le président Joe Biden, que le BTC a grimpé en flèche pour atteindre son record historique de plus de 69 000 dollars en novembre 2021.

Ben Sharon, le PDG d’Illumishare, a déclaré pour sa part à BeInCrypto qu’il existe des spéculations sur le fait que certains électeurs favoriseront “les politiciens connaissant les crypto-monnaies, ce indépendamment de leur affiliation à un parti.”

“Lorsque les investisseurs réalisent le potentiel d’un retour de Trump, les cours des actifs numériques pourraient refléter cette nouvelle à moyen terme, forçant certaines des cryptos phares du secteur à clôturer cette année de manière légèrement plus positive que ce qui est déjà envisagé”, a-t-il déclaré.

“Si ces projections se réalisent, Bitcoin pourrait clôturer l’année au-dessus de 30 000 dollars et Ethereum au-dessus de 2 000 dollars”, a prédit Sharon.

Politique crypto : démocrates vs républicains

Au-delà des clivages politiques, Bitcoin a gagné des admirateurs tant chez les démocrates que chez les républicains américains. En effet, des députés tels que Ritchie Torres et Jim Himes du camp démocrate ont fréquemment parlé de la crypto.

“La crypto est l’avenir”, a déclaré le député Torres dans un article d’opinion en mars. “Elle pourrait permettre aux pauvres d’effectuer des paiements et des transferts de fonds sans longs délais et sans frais élevés. Elle pourrait également permettre aux artistes et aux musiciens de gagner leur vie. Cela pourrait défier le pouvoir concentré de Big Tech et de Wall Street”, a-t-il ajouté.

Le même parti soutient toutefois les crypto-sceptiques comme la sénatrice Elizabeth Warren, qui a notamment critiqué la volatilité de Bitcoin, “aggravée par sa vulnérabilité aux caprices d’une poignée d’influenceurs”.

La sénatrice a tenu ces propos en référence à une décision de Fidelity qui a permis aux retraités d’investir une partie de leur argent en crypto. De manière générale, les démocrates sont globalement considérés comme opposés à Bitcoin. Cela peut donc indiquer la direction que la politique crypto pourrait suivre sous les démocrates : celle de la polarisation.

Les républicains plus favorables aux crypto-monnaies ?

En comparaison, les républicains sont considérés comme favorables à la crypto. En avril, les députés Patrick McHenry et Bill Huizenga ont notammennt reproché à la Securities and Exchange Commission (SEC) américaine de déborder de son mandat.

“Nous sommes particulièrement préoccupés par le fait que les règles proposées puissent être interprétées comme une extension de la juridiction de la SEC au-delà de son autorité statutaire existante pour réglementer les participants au marché dans l’écosystème des actifs numériques, y compris dans la DeFi“, ont-ils écrit dans une lettre ouverte au président de la SEC, Gary Gensler.

Le 8 novembre, les Américains ont été sommés de choisir 435 membres de la Chambre des représentants et seulement 35 sénateurs sur un total de 100 sièges disponibles.

Les démocrates détiennent actuellement une courte majorité de 8 sièges à la Chambre des représentants. Le Sénat, quant à lui, est divisé selon les partis. Les démocrates détiennent toutefois une courte majorité. Les sondages prédisent cependant une victoire des républicains.

Source: Reuters

Alors que l’inflation a atteint 8,2 %, son plus haut niveau depuis 40 ans, la cote de popularité du président Joe Biden est en chute libre. En effet, selon un sondage Reuters, environ 55 % des Américains désapprouvent le président actuel. Il semble que Biden perdra la Chambre des représentants sous le poids des pressions économiques croissantes.

Les meilleures plateformes de cryptos | Juillet 2024
Les meilleures plateformes de cryptos | Juillet 2024
Les meilleures plateformes de cryptos | Juillet 2024

Trusted

Avis de non-responsabilité

Avis de non-responsabilité : Conformément aux directives de The Trust Project, BeInCrypto s'engage à fournir des informations impartiales et transparentes. Cet article vise à fournir des informations exactes et pertinentes. Toutefois, nous invitons les lecteurs à vérifier les faits de leur propre chef et à consulter un professionnel avant de prendre une décision sur la base de ce contenu.

Celia-Simon.jpg
Célia Simon
Célia a poursuivi des études de langues ainsi que de traduction générale et juridique à l'Université de Bordeaux, l'Université de Tours et la Organización Mexicana de Traductores à Guadalajara au Mexique. Après avoir découvert le potentiel des cryptomonnaies en 2020, elle travaille actuellement en tant que rédactrice en chef pour BeInCrypto France. Membre de la Organización Mexicana de Traductores et traductrice assermentée de l'État de Jalisco. Ses zones d'expertise : - Les...
READ FULL BIO
Sponsorisé
Sponsorisé