Voir plus

Ethereum : la mise à jour Shanghai permettra-t-elle vraiment de retirer ses ETH stakés ?

2 mins
Par Martin Young
Traduit Célia Simon
Rejoignez Notre Communauté de Trading sur Telegram

EN BREF

  • La mise à jour Shanghai est prévue pour mars 2023.
  • Les validateurs d'Ethereum souhaitant retirer entièrement leurs positions doivent s'attendre à un processus lent.
  • Le processus impliquera une longue file d'attente.
  • promo

Le réseau Ethereum va subir une mise à jour majeure en mars. Baptisée Shanghai, cette actualisation permettra de débloquer les ETH placés en staking sur Beacon Chain. Cependant, la situation s’avère un peu plus complexe qu’elle ne paraît de prime abord.

Lorsque le réseau Ethereum sera mis à jour en mars, les ETH placés en staking à la fin de l’année 2020 seront enfin débloqués. Cependant, ce déblocage ne se fera pas simultanément en raison de problèmes de sécurité du réseau.

La mise à jour Shanghai implémentera l’EIP (Ethereum Improvement Proposal) 4895. Cette modification permettra les retraits de la couche de consensus, ce pour la première fois depuis décembre 2020.

Le 13 janvier, le chercheur de Blockworks ” Westie ” a expliqué en détail le processus, impliquant une file d’attente de déblocage :

Une file d’attente pour débloquer ses ETH ?

La période de retrait d’Ethereum sera variable et dépendra du nombre de validateurs qui se retireront à ce moment-là. De plus, ces derniers doivent suivre un processus en deux étapes pour retirer leurs actifs : une file d’attente de sortie et une période de retrait.

Divers paramètres différents permettent de définir la file d’attente de sortie du rôle de validateur. On retrouve notamment le nombre total de validateurs, et ce que l’on appelle la limite de résiliation. La limite de résiliation est un mécanisme qui garantit la stabilité et la sécurité du réseau.

La limite de résiliation détermine le nombre de validateurs qui pouvant entièrement se retirer par epoch, ou tous les 32 blocs. Avec une estimation d’un demi-million de validateurs, le chercheur a estimé que la limite de résiliation serait d’environ 7. De plus, cette limite augmente de un pour chaque tranche de 65 536 validateurs.

Lorsqu’un validateur est passé par la file d’attente de sortie définie par la limite de résiliation, il entre alors dans une période de retrait. Cette période a été estimée à environ 27 heures pour les validateurs qui ne sont pas limités.

Cependant, cette période dépend entièrement du nombre de validateurs qui souhaitent effectuer un retrait complet. Si un tiers d’entre eux tentent de le faire en une seule fois, la période de retrait pourrait durer jusqu’à trois mois.

Le chercheur a ajouté en guise de conclusion qu’il serait difficile de faire des prévisions, car nous ne savons pas combien des 498 925 validateurs actifs du réseau ont l’intention de se retirer entièrement de leurs positions.

“Pour ce qui est de ce à quoi s’attendre concernant la période de retrait après Shanghai, c’est difficile à dire. Je pense personnellement qu’il y a de fortes chances que la file d’attente soit d’abord très longue (70 jours ou plus) car il y aura une sorte de recyclage des validateurs.”

Graphique des validateurs actifs d’Ethereum – BeaconCha.in

Le staking liquide a la cote en ce moment

Une partie des stakers d’Ethereum vont probablement se tourner vers des plateformes de staking liquide pour de meilleures opportunités de rendement. Les tokens ETH seront ainsi indirectement “re-stakés”.

Les plateformes de staking liquide, telles que Lido, ont enregistré de bonnes performances ces derniers temps, ce justement en raison de cette nouvelle tendance. De plus, le nombre d’ETH stakés vient d’atteindre 16 millions, soit une valeur d’environ 22,5 milliards de dollars.

Morale de l’histoire : validateurs d’ETH, ne vous attendez pas à retirer vos ETH stakés en un clin d’oeil.

Les meilleures plateformes de cryptos | Juin 2024

Trusted

Avis de non-responsabilité

Avis de non-responsabilité : Conformément aux directives de The Trust Project, BeInCrypto s'engage à fournir des informations impartiales et transparentes. Cet article vise à fournir des informations exactes et pertinentes. Toutefois, nous invitons les lecteurs à vérifier les faits de leur propre chef et à consulter un professionnel avant de prendre une décision sur la base de ce contenu.

Celia-Simon.jpg
Célia Simon
Célia a poursuivi des études de langues ainsi que de traduction générale et juridique à l'Université de Bordeaux, l'Université de Tours et la Organización Mexicana de Traductores à Guadalajara au Mexique. Après avoir découvert le potentiel des cryptomonnaies en 2020, elle travaille actuellement en tant que rédactrice en chef pour BeInCrypto France. Membre de la Organización Mexicana de Traductores et traductrice assermentée de l'État de Jalisco. Ses zones d'expertise : - Les...
READ FULL BIO
Sponsorisé
Sponsorisé