Bitcoin btc
$ usd

Le metaverse est-il le bide du siècle ?

6 mins
Traduit Célia Simon
Rejoignez Notre Communauté de Trading sur Telegram

EN BREF

  • La chute libre du metaverse Decentraland soulève des doutes quant à l'avenir du monde virtuel.
  • De son côté, l'IA apparaît comme une technologie prometteuse avec des applications dans le monde réel.
  • L'adoption limitée de la RV, des coûts trop élevés et le manque de diversité des contenus contribuent au déclin des mondes virtuels.
  • promo

Pour étudier l’état actuel du métavers, ou metaverse, il est essentiel d’examiner les facteurs qui contribuent à son déclin et d’en analyser les conséquences potentielles. Ce royaume numérique, jadis très célèbre, est maintenant confronté à d’importants défis qui remettent en jeu jusqu’à son avenir. Dans cet article, nous examinerons notamment les difficultés rencontrées par le metaverse Decentraland, les implications plus larges pour l’ensemble de ce secteur et la domination émergente de technologies alternatives telles que l’intelligence artificielle.

Autrefois considéré comme la “frontière numérique”, le metaverse est aujourd’hui confronté à une situation critique. Decentraland, un monde virtuel de premier plan au sein duquel les utilisateurs échangent des biens immobiliers virtuels sous forme de jetons non fongibles (NFT), se trouve en grande difficulté.

En effet, ses revenus ont chuté et l’intérêt pour la détention de terrains virtuels s’est considérablement amoindri. Avec un nombre décroissant de traders actifs, l’avenir du metaverse semble de plus en plus incertain.

L’abandon de Meta : Un coup de grâce ?

Le récent ↪️ virage de Meta, qui s’est finalement détourné de ses ambitions en matière de metaverse, soulève des questions cruciales sur la viabilité du concept. Le metaverse tel que nous le connaissons est-il mort ? Les difficultés rencontrées par Decentraland s’avèrent peut-être symptomatiques d’une baisse plus générale de l’enthousiasme pour les mondes virtuels.

La bulle metaverse

Le métavers était auparavant considéré comme une mine d’or pour les entreprises technologiques, les investisseurs et les utilisateurs. De grands acteurs comme Meta, anciennement appelé Facebook, ont ainsi investi massivement dans le développement des technologies de réalité virtuelle (VR) et de réalité augmentée (AR).

Toutefois, l’engouement pour ce monde virtuel pourrait avoir été prématuré, car les événements récents indiquent que la bulle risque d’éclater.

Des chiffres d’affaires désastreux

De récents rapports ont révélé qu’à peine 20 à 30 personnes achètent et vendent des biens immobiliers chaque semaine au sein de 🖥️ Decentraland, ce pour un montant d’environ 50 000 dollars.

Ventes de Decentraland en USD – Nonfungible

On doit comparer ce chiffre aux millions de dollars échangés entre la fin de 2021 et le début de 2022. Le marché de l’immobilier virtuel semble ainsi s’enfoncer dans une spirale descendante.

La propriété virtuelle : Un investissement risqué ?

La baisse d’intérêt pour l’immobilier virtuel soulève des inquiétudes quant à la valeur sur le long terme de ce type d’investissement. En effet, à mesure que le marché se contracte, ceux qui ont investi massivement dans l’immobilier virtuel risquent de subir des pertes importantes.

Ce déclin remet également en question la viabilité des mondes virtuels en tant que modèle de source de revenus.

L’intelligence artificielle : la nouvelle frontière ?

Alors que l’éclat du metaverse se ternit, l‘intelligence artificielle (IA) s’impose comme le nouveau fer de lance de la course à la technologie.

Des géants de l’industrie comme Google, Apple et Amazon accordent désormais la priorité aux innovations basées sur l’IA, orientant leur industrie vers le développement de produits et de services toujours plus intelligents et efficaces.

L’invasion de l’IA

L’IA a commencé à s’immiscer dans divers secteurs, allant de la santé à la finance. Les entreprises explorent les moyens d’intégrer l’intelligence artificielle dans les processus quotidiens, ce afin de gagner en efficacité et d’offrir des expériences personnalisées à leurs utilisateurs.

Ce large éventail d’applications confère à l’IA une longueur d’avance sur la réalité virtuelle, laquelle reste pour sa part largement confinée aux jeux et aux divertissements.

Un boom des startups et des investissements

L’évolution de cette tendance a entraîné une forte hausse du nombre de startups spécialisées dans l’IA qui reçoivent des fonds.

Les investisseurs en capital-risque sont de plus en plus conscients du potentiel à long terme de l’intelligence artificielle par rapport aux mondes virtuels, ce qui les incite à se concentrer sur les solutions basées sur cette technologie.

Réussites en matière d’investissement IA

Des startups d’IA prospères, telles que UiPath, une plateforme d’automatisation d’entreprise, et OpenAI, un organisme de recherche en intelligence artificielle, illustrent le potentiel de croissance et d’impact de ce secteur.

Ces entreprises ont attiré des investissements importants, consolidant ainsi la position de l’IA en tant que frontière technologique prometteuse.

L’impact sur le monde réel, le véritable attrait de l’IA

Le véritable attrait de l’intelligence artificielle réside dans sa capacité à résoudre des problèmes concrets.

En effet, ses solutions en matière de soins de santé, de transport et de durabilité environnementale font de l’IA un domaine plus intéressant pour l’innovation et l’investissement, contrastant avec l’évasion offerte par les mondes virtuels.

L’IA pour un avenir durable

Les technologies d’intelligence artificielle, notamment l’apprentissage automatique et la vision par ordinateur, servent à lutter contre le changement climatique, ou encore à optimiser l’utilisation des ressources et à réduire les déchets.

Des projets tels que l’initiative AI for Earth de Microsoft démontrent ainsi le potentiel de l’IA à induire des changements significatifs, ce à échelle mondiale.

Une stagnation concernant l’adoption de la réalité virtuelle

Une étude récente de la banque d’investissement Piper Sandler a révélé que seuls 29 % des 5 600 adolescents américains interrogés possédaient un appareil compatible avec la réalité virtuelle.

Ce taux d’adoption limité suggère que les mondes virtuels pourraient ne pas être aussi populaires que ce que l’on pensait. Les plateformes traditionnelles telles qu’Instagram et YouTube retiennent toutes davantage l’attention. TikTok, relativement nouveau venu, est d’ailleurs de loin la plus populaire.

Graphique de popularité des technologies et plateformes de réseaux sociaux – Piper Sandler

Accessibilité et prix abordables

L’un des facteurs contribuant à la stagnation de l’adoption de la RV pourrait être le coût des dispositifs de réalité virtuelle et l’accessibilité limitée à cette technologie. Les casques de RV de haute qualité restent relativement chers, ce qui constitue un obstacle pour les utilisateurs potentiels.

Il semble également que peu de personnes apprécient l’aspect ou la sensation que procure le port d’un casque de RV.

Des problèmes de confort

Certains utilisateurs ont signalé qu’ils se sentaient malades ou inconfortables lorsqu’ils utilisaient des dispositifs de RV.

Ces problèmes peuvent dissuader l’adoption de cette technologie, ce qui freine encore la croissance des mondes virtuels.

Utilisation quotidienne minimale : Un manque d’intérêt ?

Parmi les personnes possédant un dispositif de RV, seules 4 % ont déclaré l’utiliser quotidiennement.

Cette utilisation minimale laisse supposer que l’intérêt pour les mondes virtuels pourrait être éphémère, jetant un doute sur les perspectives à long terme du metaverse.

Les limites de la RV

Le manque de contenu diversifié et de haute qualité pourrait constituer un facteur expliquant l’utilisation quotidienne limitée des appareils de réalité virtuelle.

Alors que les options de jeu et de divertissement sont abondantes, on note encore une pénurie d’expériences de RV attrayantes qui répondent à des intérêts divers.

L’avenir incertain du metaverse

Le déclin de Decentraland et le récent abandon des projets de metaverse par Meta brossent un tableau sombre de l’avenir des mondes virtuels.

Alors que l’IA gagne du terrain et offre des solutions pratiques à des problèmes mondiaux urgents, le metaverse pourrait peiner à rester pertinent.

S’orienter vers de nouvelles opportunités

Les entreprises qui ont autrefois popularisé le metaverse devront peut-être réévaluer leurs stratégies et explorer d’autres possibilités.

En se concentrant sur l’IA ou d’autres technologies émergentes, les entreprises peuvent s’adapter à l’évolution des conditions du marché et assurer leur survie dans un paysage de plus en plus concurrentiel.

Réévaluer les priorités

Le metaverse, autrefois symbole d’un potentiel numérique illimité, se trouve aujourd’hui confronté à un avenir incertain. Alors que l’intérêt pour l’immobilier virtuel est en chute libre et que l’IA occupe le devant de la scène, il est peut-être temps de réévaluer nos priorités et de nous concentrer sur les technologies qui promettent d’avoir un impact tangible dans le monde réel.

En adoptant l’intelligence artificielle et ses nombreuses applications, nous pouvons œuvrer pour un avenir qui relève les défis mondiaux et améliore la qualité de vie de tous.

Morale de l’histoire : Un bon metaverse possède sa propre IA.

Avis de non-responsabilité

Avis de non-responsabilité : Conformément aux directives de The Trust Project, cet article présente les opinions et les perspectives d’experts du secteur ou d’autres individus. BeInCrypto s’engage à fournir des informations transparentes, mais les opinions exprimées dans cet article ne reflètent pas nécessairement celles de BeInCrypto ou de son équipe. Les lecteurs sont invités à vérifier les informations de leur propre chef et à consulter un professionnel avant de prendre des décisions sur la base de ce contenu.

BIC_userpic_sb-51.jpg
Célia Simon
Célia a poursuivi des études de langues ainsi que de traduction générale et juridique à l'Université de Bordeaux, l'Université de Tours et la Organización Mexicana de Traductores...
READ FULL BIO
Sponsorisé
Sponsorisé