Voir plus

Binance : les réserves de l’exchange encore questionnées

4 mins
Mis à jour par Célia Simon
Rejoignez Notre Communauté de Trading sur Telegram

EN BREF

  • Binance et ses réserves sont encore mis en doute, notamment du fait que l'exchange ne travaille pas avec les quatre grands cabinets d'audit.
  • Or, près de 46 % de l'industrie crypto travaille déjà avec PwC, KMPG, EY ou Deloitte.
  • C'est notamment le cas de Coinbase, Ripple ou Circle.
  • promo

Alors que certaines sociétés cryptos ont levé les doutes sur leurs réserves, certaines personnalités pointent encore l’ombre qui persiste  sur celles de Binance.

Après le cataclysme de FTX en novembre dernier, un grand besoin de clarté s’est fait ressentir au sein de la crypto sphère. D’ailleurs, Binance a été un des acteurs les plus actifs du milieu a promouvoir cette nécessité.

Binance encore dans la tourmente ?

Malgré tout, c’est bien sur l’exchange de CZ qu’ont 🤔 plané les doutes et c’est également ce dernier qui est constamment attaqué. Peut-être par jalousie, tant la réussite et l’empire de Binance est impressionnante, mais les persécutions n’ont pas cessé. Et apparemment, elles ne sont pas prêtes de cesser.

En effet, une annonce évoquant que 46 % des entreprises crypto sont audités par le carré magique de l’audit (PwC, KPMG, EY et Deloitte) pourrait relancer le débat. Pourquoi ? Parce que Binance ne fait étrangement pas partie de ces 46 %.

Dans la foulée de la chute de FTX, Binance avait 🏢 travaillé avec le cabinet d’audit Mazars Group. Ce, afin de rassurer les investisseurs. En effet, après cet épisode troublant, obtenir une preuve-de-réserve commençait à s’avérer capital pour les investisseurs. D’autant plus une preuve-de-réserve crédible.

Finalement, Mazars Group s’est retiré de l’industrie crypto et a même prit ses distances avec Binance et le reste des exchanges crypto. Au moment de mettre fin à la collaboration, 🚨 aucune affirmation claire de viabilité des entreprises auditées n’a circulé. D’ailleurs, Mazars Group n’a pas qualifié d’audit le travail effectué et n’a pas attesté de l’exactitude de la preuve-de-réserve effectuée.

PwC, KPMG, EY et Deloitte travaillent bel et bien avec l’industrie crypto !

Actuellement, une grande partie des sociétés crypto ont établis des contacts avec les quatre grandes sociétés d’audit, PwC, KPMG, Deloitte et EY. Ce, malgré les déclarations répétées de certains acteurs crypto, affirmant que ✋ ces dernières ne souhaitaient pas se mêler à l’industrie. Binance avait notamment attesté que les grandes compagnies avaient du mal à travailler avec l’industrie crypto. Tant par peur de se compromettre comme par difficulté pour évaluer l’entièreté des réserves.

Noah Perlman, le chef de la conformité de Binance, avait même déclaré :

“Ils ne demandent qu’à travailler avec Binance et d’autres acteurs du secteur. Mais lorsqu’ils s’adressent à leurs comités de risque internes, certains d’entre eux se heurtent à des obstacles : peuvent-ils travailler avec nous, veulent-ils travailler avec nous ?”.

Cependant, un sondage récent effectué par Bloomberg est à nouveau venu semer le doute. En effet, puisqu’avec ce chiffre des 46 %, cela atteste que ces quatre grands noms de l’audit ont d’ores et déjà franchit le pas. Ainsi, ils collaborent même avec près de la moitié de l’industrie crypto.

Source : Bloomberg

Des grands noms du secteur déjà audités par le carré magique !

Par ailleurs, la liste des compagnies auditées rassemble des grands noms de l’industrie. Par exemple, on retrouve les exchanges Coinbase et Bitpanda, et les sociétés Circle (USDC) et Ripple. Pour rappel, cette dernière est l’émettrice du jeton XRP, actuellement 6ème cryptomonnaies par capitalisation boursière.

Ainsi, ne pas retrouver Binance, le plus grand acteur crypto peut sembler étrange. L’exchange de Changpeng Zhao travaillerait avec une autre société, tout comme les 54 % des acteurs restants.

La question qui semble se poser est donc la suivante : le drapeau rouge doit-il se hisser lorsqu’une société crypto ne travaille pas avec une des quatre principales société d’audit ? Notamment lorsque cela concerne une telle entité comme le plus grand exchange crypto au monde. Mais surtout, lorsque l’on se rend compte que finalement, les cabinets d’audit savent travailler avec les entreprises du secteur des cryptomonnaies.

En tout cas, c’est bien l’avis de Rusty O’Kelley, CEO chez Russell Reynolds Associates. Ce dernier a notamment déclaré :

“Si je suis un investisseur et que 40 % des entreprises crypto sont auditées par les quatre grands (cabinets d’audit), ma question serait la suivante : pourquoi faites-vous partie des 60 % qui n’en font pas partie ?”.

Morale de l’histoire : Binance dans la tourmente, réellement une nouveauté ?

Les meilleures plateformes de cryptos | Juillet 2024
Les meilleures plateformes de cryptos | Juillet 2024
Les meilleures plateformes de cryptos | Juillet 2024

Trusted

Avis de non-responsabilité

Avis de non-responsabilité : Conformément aux directives de The Trust Project, BeInCrypto s'engage à fournir des informations impartiales et transparentes. Cet article vise à fournir des informations exactes et pertinentes. Toutefois, nous invitons les lecteurs à vérifier les faits de leur propre chef et à consulter un professionnel avant de prendre une décision sur la base de ce contenu.

TCPMHRYSU-U03BCDHK0DQ-642cb60bf249-512.jpg
Matias Calderon
Matias Calderón Velarde est un journaliste/éditeur au sein de l'équipe France de BeInCrypto. Après un diplôme de Master en Science Politique obtenu à l'Université de Genève, il s'est progressivement réorienté vers le monde des cryptomonnaies. Dès 2020, son intérêt pour le secteur s'est concrétisé avec l'obtention de plusieurs certifications académiques liées à la crypto comme Bitcoin and Cryptocurrencies de l'Université Berkeley de Californie. Désormais, il est devenu un fervent croyant de...
READ FULL BIO
Sponsorisé
Sponsorisé