Péter Szilágyi, chef d’équipe d’Ethereum, pense que la récente hausse des frais de minage pose une menace pour la santé à long terme du réseau.

À l’approche du lancement d’Ethereum 2.0, les frais de minage de la seconde blockchain du milieu en capitalisation de marché sont en hausse.

La très attendue nouvelle version du réseau subira une transformation fondamentale. Le réseau passera ainsi d’un mécanisme global de preuve de travail (proof-of-work) à un système de preuve d’enjeu (proof-of-stake).

Les mineurs génèrent leur capital avec une hausse du trafic sur le réseau

En raison d’une hausse de l’usage du réseau Ethereum, ses mineurs ont réalisé un vote afin de faire monter la limite de gaz de 10 000 000 Gwei à 12 500 000 Gwei.

Les données d’Etherscan révèlent que la limite de gaz tourne actuellement autour des 12 000 000. Le chef d’équipe d’Ethereum, Péter Szilágyi, est mécontent de cette hausse de 25%. Il affirme également que les mineurs ne se soucient guère de la santé future du réseau.

M. Szilágyi a expliqué dans un tweet que les mineurs ne pensent qu’à leur intérêt personnel, au détriment du réseau. Le co-fondateur d’Ethereum, Vitalik Buterin, s’est joint à conversation et s’avère être du même avis.

Ce à quoi je me sens véritablement connecté est le fait que des frais de transaction élevés rendent la chaîne bien moins utile pour les gens.

Dernièrement, j’ai dépensé 40$ en frais de transactions sur tornado.cash juste pour faire un transfert à trois personnes.

(Au passage, le groupe Sparkpool m’a bien contacté il y a environ 6 semaines pour me demander si je soutenais la hausse de la limite de gaz. Je leur ai répondu que je m’y oppose parce que vous vous y opposez Cela dit, ces 6 dernières semaines de frais de transaction élevés ont réellement pesé sur les gens, et je ne leur jette donc pas la pierre pour cette décision).

Dans son tweet, M.Buterin répondait au groupe de mineurs Sparkpool, basé en Chine, au sujet de son avis quant à la situation.

D’après Bitfly, une société de blockchain basée en Autriche, une hausse de 25% de la limite de gaz pourrait également permettre au réseau, en théorie, d’augmenter ses transactions à la seconde, passant de 35 à 44. En septembre 2019, les mineurs avai déjà rehaussé cette limite, montant de 8 millions à 10 millions.

Les réponses de la communauté d’Ethereum sont mitigées

Sur Twitter, l’opinion de la communauté d’Ethereum semble divisée. Certains sont en faveur d’une hausse de la limite de gaz et d’autres préfèreraient la maintenir à son niveau actuel, voire baisser les frais.

L’argument principal en faveur d’une hausse reste celui de la prochaine upgrade d’Ethereum. Le camp inverse, au contraire, s’inquiète surtout de la santé sur le long terme du réseau. Le lancement de la nouvelle version d’Ethereum, prévu pour juillet, est censé régler les problèmes d’adaptabilité auxquels la blockchain fait face.

On comprend plus ou moins la raison de cette discorde, sachant que les mineurs deviendront obsolètes une fois l’upgrade finalisée. Avec la méthode de staking, les valideurs remplaceront les mineurs.

Un internaute a affirmé sur Twitter qu’aucun mineur, sur aucune chaine, ne se préoccupe de son écosystème. D’après la théorie du jeu :

“Chacun pense à soi-même”, c’est ainsi que ça fonctionne, et cela en sera toujours de la sorte.

Kain Warwick, fondateur de Synthetix, un protocol de trading d’actifs synthétiques sur Ethereum, affirme que la DoS a déjà lieu. Une hausse de la limite de bloc serait donc une solution temporaire afin de gagner du temps.

Des frais de gaz en hausse

Les frais de gaz d’Ethereum se sont accrus de plus de 75% depuis le début de l’année, passant de 130,66$ à 229,14%. Le 20 juin, les données de Glassnode affichaient la hausse suivante :

Source: Glassnode

Le total du gaz utilisé, un important indicateur de l’activité économique d’Ethereum, a atteint un nouveau sommet historique à la fin du mois de mai 2020.

Le prix du gaz pour chaque transaction n’est pas fixe mais dépend plutôt de la complexité de cette dernière. D’un autre côté, les mineurs établissent le prix du gaz en décidant de la quantité qu’ils sont disposés à accepter pour gérer les transactions.

Un rapport de l’époque publié par DelphiDigital a révélé la cause de la hausse de l’usage du réseau :

Des transactions en dollars US et des applications de DeFi, saupoudrées de quelques systèmes de fraude/Ponzi.

Selon les données de Glassnode, les 6 et 7 juin, les frais payés sur le réseau sont montés à 498 000$ et 540 000$, avec un total de plus d’1 million de dollars. Il s’agit de près du double des frais du réseau Bitcoin, lesquels furent de 566 000$ sur une même période.

Vous souhaitez vous joindre à la communauté BeInCrypto?
Rejoignez gratuitement notre groupe Telegram pour des nouvelles exclusives, des conseils de trading et une foule d’interactions avec d’autres passionnés de cryptomonnaies.

Images gracieusement fournies par Shutterstock, TradingView et Twitter.