La tokenisation des actifs se heurte à de nombreux obstacles sur la voie d’une adoption massive

Partager l’article
EN BREF
  • Durant de nombreuses années, la tokenisation a été considérée comme l'une des options les plus prometteuses d'utilisation de la blockchain.

  • Pourtant, plusieurs facteurs entravent cette vision.

  • Parmi ces facteurs, on retrouve le manque d'accès, la fracture numérique et des problèmes de réglementation.

  • promo

    Participez à LA PLUS GRANDE ICO d’Espagne: achetez le B2M dès maintenant.

The Trust Project est un consortium international d'organismes de presse basé sur des normes de transparence.

Pendant de nombreuses années, la tokenisation a été considérée comme l’une des options les plus prometteuses pour la blockchain, car elle peut débloquer des dizaines de billion de dollars non liquides. Et donc offrir aux entreprises et aux investisseurs particuliers des opportunités inédites.

Sponsorisé



Sponsorisé

Cependant, si l’on regarde la situation actuelle on ne décèle ni croissance rapide, ni investisseurs enthousiastes ni même un seul projet réussi. Passons en revue les problèmes qui empêchent l’adoption généralisée de la tokenisation et comment cela peut être résolu.

Peu de gens en ont entendu parler.

Malgré tout le battage médiatique autour de Bitcoin et de la blockchain, seulement 0,71% de la population mondiale (65 millions de personnes) est impliquée dans la technologie blockchain.

Sponsorisé



Sponsorisé

Selon des données de Google Trends, encore moins de personnes connaissent la tokenisation et ses avantages pour les entreprises et les investisseurs.

Ni normes ni règles communes

Le problème qui s’ensuit réside dans le fait que, jusqu’alors, aucun pays n’a mis en place une réglementation claire des actifs tokénisés sur la blockchain.

Par exemple, que se passe-t-il si un agriculteur en Inde tokenise sa future récolte et vend ses tokens sur une plateforme britannique à un résidant américain ? D’un point de vue juridique, cette opération est actuellement risquée et difficilement envisageable. Particulièrement du fait que personne ne sait si c’est légal, comment l’enregistrer, et quels impôts payer.

Une autre difficulté associée à la règlementation est le manque d’expertise juridique professionnelle. Peu d’avocats ont une expérience réussie dans le support juridique de la tokenisation d’actifs basés sur la blockchain.

Cependant, même eux ne peuvent pas garantir pleinement que leur prochain projet de tokenisation se déroule sans heurts et dans les délais spécifiés. Le marché est semé d’embûches.

Problème de fracture numérique

En tant que technologie numérique, la tokenisation est confrontée à des contraintes de déploiement généralisé en raison de la fracture numérique.

Le terme fait référence à l’écart entre ceux qui ont accès aux technologies Internet et ceux qui n’en ont pas. De plus, la plus grande fracture numérique se situe au sein des régions dont les entreprises peuvent bénéficier le plus de la tokenisation de leurs actifs.

Il s’agit principalement des pays d’Afrique, d’Amérique centrale et du bassin de l’océan Indien (à l’exception de l’Australie et de la Malaisie). Les petites et moyennes entreprises de ces pays ont souvent un besoin urgent d’investissements. C’est parce qu’ils n’ont pas accès à des prêts bon marché ou à des banques à proximité.

Cependant, malheureusement, dans ces pays, une majorité de la population n’a toujours pas un accès suffisant à Internet. Cela rend pose problème au niveau de l’accès aux solutions de prêt tokenisées.

Pas de solution “all-inclusive”

En regardant le marché, nous ne trouverons pas un seul fournisseur qui offre une gamme complète de services de tokenisation au même endroit.

Les entreprises et les investisseurs doivent traiter avec de multiples prestataires de services. De plus, ils sont probablement basés dans diverses juridictions. Il s’agit d’une complication supplémentaire, car les tokens devraient idéalement être échangés à l’échelle internationale. Aujourd’hui, cela est carrément impossible, car des pays différents ont des règles différentes.

Un manque de liquidité

Les marchés tokenisés ont actuellement une liquidité très faible, puisque un nombre limité d’échanges ne peut pas attirer assez d’investisseurs.

La seule exception concerne les marketplaces de NFT, qui bénéficient d’une exposition médiatique initialement plus importante que les actifs qu’elles tokenisent.

De plus, l’industrie a des problèmes d’anonymat et de pseudo-anonymat en matière de lutte contre le blanchiment d’argent, le financement de la lutte contre le terrorisme, l’évasion fiscale, la fraude, le piratage, les attaques DoS et d’autres crimes numériques.

Des solutions à l’horizon

Ne vous en faites pas, tout n’est pas lugubre et sombre. Nous avons identifié un certain nombre de difficultés qui s’opposent à l’adoption généralisée de la tokenisation. Cependant, nous verrons probablement une résolution de ces problèmes dans les prochaines années.

Ces résolutions viendront avec l’adoption de l’initiative MiCA dans l’Union Européenne et de lois similaires aux États-Unis et en Chine. Une fois qu’un leader proposera le marché nécessaire de smart contratcs ou de dApps, ces difficultés de normalisation seront résolues.

Si ces deux problèmes sont résolus, les investisseurs pourraient acheter et vendre des actifs tokénisés sans craindre les conséquences des régulateurs et des autorités fiscales. Et ainsi, résoudre les problèmes de liquidité.

Les services de tokenisation sont de plus en plus nombreux. Une attention particulière doit être portée à l’intégration de la plateforme de tokenisation avec la fonctionnalité d’échange. Cette solution permettra aux investisseurs d’interagir librement et surtout, facilement, avec les actifs tokenisés.

D’autres difficultés liées à l’adoption massive de la tokenisation seront abordées à temps, avec la croissance du marché et la diffusion rapide d’internet.

Avis de non-responsabilité

Toutes les informations présentes sur notre site web sont publiées de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. Toute action entreprise par le lecteur sur la base des informations trouvées sur notre site web est entièrement à ses propres risques.
Sponsorisé
Share Article

Oleg Kurchenko is a serial tech entrepreneur, investor and business executive with over 10-years of experience in the fintech industry. Currently, he is serving as Founder and CEO of Binaryx, digital asset exchange. In 2012 he founded his first software development company. He got acquainted with cryptocurrencies in 2014, and in 2016 assembled a mining farm. Oleg started developing FinTech projects in 2017. Binaryx is his second FinTech company. Prior to launching Binaryx, he created a financial services company called Paytion in 2016.

SUIVRE CET AUTEUR

Signaux de marché, études et analyses. Rejoignez notre chaîne Telegram dès aujourd’hui !

Rejoignez-nous

Gagnez jusqu’à 10 000 USD chaque semaine avec l’AMM + Arena de CoinFLEX !

Gagnez dès maintenant